Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Les lésions ostéo-chondrales du dôme talien - 06/08/22

Osteochondral lesions of the talar dome

Doi : 10.1016/j.rcot.2022.06.019 
Olivier Barbier
 HIA Sainte Anne, service de chirurgie orthopédique et traumatologie, 2, boulevard Sainte-Anne, 83000 Toulon, France 

Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le Saturday 06 August 2022

Résumé

Des douleurs et/ou une instabilité de la cheville sont un motif de consultation fréquent, non spécifique, qui peut révéler une lésion ostéo-chondrale du dôme talien (LODT). Deux types de LODT ont été identifiés : lésions postéro-médiales : le plus souvent idiopathiques, larges et profondes, dont la symptomatologie prédominante est une douleur isolée, avec un fort retentissement fonctionnel ; lésions antéro-latérales : souvent rencontrées dans un contexte traumatique et associées dans 30 % des cas à une atteinte ligamentaire latérale ; le tableau clinique associe douleur et instabilité. L‘objectif de cette étude est de faire le point sur les LODT en 5 questions.

Comment faire le diagnostic et quel bilan réaliser ?

Il n’existe aucun signe clinique spécifique. Le diagnostic de LODT doit être évoqué devant toute cheville douloureuse et/ou instable, surtout en cas d’antécédent d’entorse de cheville. Le bilan clinique recherchera toujours une laxité ou un défaut d’axe de l’arrière- pied associé. L’arthro-TDM est l’examen de référence, permettant une analyse morphologique de la LODT.

Quelles classifications utiliser ?

L’analyse arthro-scannographique précise la longueur, la profondeur et l’éventuelle dissection cartilagineuse. Il permettra de classer les LODT en 3 stades. Stade 1 : défini par une lésion de moins de 10mm dans son plus grand axe et de moins de 5mm de profondeur. Stade 2 : défini par une lésion de plus de 10mm dans son plus grand axe et/ou de plus de 5mm de profondeur avec un cartilage respecté en regard de la lésion. Stade 3 : défini de la même manière mais le cartilage sus jacent à la lésion est disséqué.

Quelles sont les indications thérapeutiques actuelles ?

Après échec du traitement médical (repos sportif, antalgiques, kinésithérapie) bien conduit pendant 6 mois, les traitements chirurgicaux disponibles en France à ce jour sont : pour les lésions de stade 1, les microfractures, celles de stade 2 un relèvement du fragment, un avivement du fond de la lésion et une refixation du fragment (technique « lift drill fill fix, (LDFF)) et celles de stade 3 une mosaïcoplastie.

Quels traitements à l’avenir et quelle est leur place ?

Les traitements évoluent et se perfectionnent. Le traitement idéal devra permettre de reconstituer un cartilage hyalin pour limiter l’apparition d’une arthrose secondaire. La validation de l’utilisation de matrices et de techniques de culture cellulaire est nécessaire.

Quels résultats en attendre et que dire à nos patients ?

La prise en charge des LODT en fonction de leur stade permet d’obtenir un score AOFAS supérieur ou égal à 80/100 dans 80 % des cas quel que soit le stade de la lésion. Le retour au sport est possible dans 80 % des cas, en moyenne au 6e mois postopératoire. L’évolution est satisfaisante avec un traitement adapté à la lésion.

Niveau de preuve

V, avis d’expert.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Cartilage, Talus, Microfracture, Greffe, Classification


Plan


 Ne pas utiliser, pour citation, la référence française de cet article, mais celle de l’article original paru dans Orthopaedics & Traumatology: Surgery & Research 109/1S (February 2023).


© 2022  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.