Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Consultation dermatologique en milieu carcéral - 29/04/08

Doi : AD-04-2001-128-4-0151-9638-101019-ART5 

F. Grange [1],

B. Levin [2],

E. Pellenq [2],

J.-M. Haegy [2],

J.-C. Guillaume [1]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 3
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Abstract

Introduction

Depuis 1994, la prise en charge sanitaire des détenus en France est de la responsabilité du service public hospitalier. Des unités de consultations et de soins ambulatoires (UCSA) rattachées aux hôpitaux ont été créées dans les centres de détention et les maisons d'arrêt. La pathologie dermatologique y est rapidement apparue comme un motif fréquent de consultation. Néanmoins, il n'y a pas eu à ce jour d'évaluation systématique des besoins ni de l'activité concernant la dermatologie en prison.

Matériel et méthodes

Une consultation mensuelle de dermatologie a été mise en place à la maison d'arrêt de Colmar en mai 1996. Les dossiers de tous les détenus ayant consulté entre mai 1996 et mai 1999 ont été revus. Les motifs de consultation ont été colligés de même que des données concernant la toxicomanie et les sérodiagnostics du virus de l'immunodéficience humaine (VIH) et du virus de l'hépatite C.

Résultats

Deux cent quatre-vingts consultations ont été assurées, pour 180 détenus de sexe masculin, d'âge moyen 30 ans, représentant 16 p. 100 de l'ensemble de la population carcérale. La plupart consultaient pour une ou plusieurs dermatoses bénignes. Les deux plus fréquentes étaient l'acné (29 p. 100 des consultants) et les mycoses (13 p. 100). Trente-six pour cent des consultants (64/180) étaient toxicomanes. Un seul malade était infecté par le VIH. Le sérodiagnostic de l'hépatite C était positif chez 19 p. 100 (28/149) des consultants testés, 39 p. 100 des toxicomanes et 2 p. 100 des non toxicomanes. Les motifs de consultation en dermatologie ne différaient pas selon que les détenus étaient ou non toxicomanes ni séropositifs pour l'hépatite C.

Discussion

Cette étude confirme l'importance de la demande de consultation dermatologique des détenus et la fréquence de l'hépatite C en prison. La mise en place d'une consultation spécialisée mensuelle a permis de répondre à l'essentiel des besoins concernant la dermatologie. Une prise en charge adaptée de l'hépatite C en prison est difficile et nécessite quant à elle des moyens importants.

Abstract

Dermatological consultation behind bars: an analysis on a three-year period in a French prison.

Background

Since 1994, health care in French prisons is managed by the public hospital system. The hospitals created ambulatory consultation units for prisons and detention centers. Skin problems rapidly became a frequent reason for consultation. This is the first systematic assessment of needs concerning dermatological consultation in prisons.

Material and methods

A monthly dermatology consultation was established at the Colmar detention center in May 1996. We reviewed the files of all prisoners who attended between May 1996 and May 1999. Data collected concerned motivation for the consultation, drug use and serology for HIV and hepatitic C virus.

Results

There were 280 consultations for 180 prisoners. All were men, mean age 30 years, who represented 16 % of the total prisoner population. Most consulted for one or more benign skin conditions. The two most frequent conditions were acne (29 %) and mycoses (13 %). Drug use was found in 36 % of the consulting prisoners (64/180). One was HIV-positive. Hepatitis C virus serology was positive in 19 % of those tested (28/149), and in 39 % of the drug users and 2 % of the non-drug users. Motivation for consultation did not differ between drug users and non users, neither between seropositive and seronegative patients for hepatitis C virus.

Discussion

This survey confirms the demand for dermatology consultation in the prison population and points out the frequency of hepatitis C virus in prisoners. A monthly specialized consultation was able to meet the basic demands concerning dermatology. Adapted management of hepatitis C virus in the prison population setting remains a difficult challenge.


Plan



© 2001 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 128 - N° 4

P. 513-515 - juin 2001 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Réactions cutanées médicamenteuses : la réalisation de tests cutanés augmente le score d'imputabilité
  • G. Choquet-Kastylevsky, T. Vial, N. Santolaria, A. Nageotte, M. Faure, A. Claudy, J. Descotes
| Article suivant Article suivant
  • La dacarbazine (Déticène®)
  • M. D'Incan, P. Souteyrand

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.