Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Traumatismes hépatiques : diagnostic et traitement - 25/08/22

[7-032-A-10]  - Doi : 10.1016/S1155-1976(22)41768-2 
P. Boulard a, , C. Maulat a, F. Muscari a, F.-Z. Mokrane b, B. Suc a
a Service de chirurgie digestive et transplantation, CHU de Rangueil, 1, avenue du Professeur-Jean-Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9, France 
b Service de radiologie, CHU de Rangueil, 1, avenue du Professeur-Jean-Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9, France 

Auteur correspondant.

Résumé

La majorité des traumatismes hépatiques en France sont liés aux accidents de la voie publique (environ 60 à 65 % des traumatismes du foie). Il s'agit la plupart du temps d'un traumatisme à mécanisme fermé. La mortalité, liée au traumatisme hépatique et aux lésions associées, bien qu'en constante diminution ces 20 dernières années, reste élevée, entre 10 et 20 %. L'avènement de la prise en charge non opératoire a largement contribué à cette amélioration. Elle est possible dans plus de 80 % des cas, et repose sur une surveillance clinique continue, ainsi que sur la tomodensitométrie et la radiologie interventionnelle. À l'arrivée du patient polytraumatisé, le diagnostic d'un traumatisme hépatique repose sur l'anamnèse (mécanisme du traumatisme), l'examen clinique et l'imagerie abdominale (focused abdominal sonography for trauma [FAST]-écho et body-scanner). La décision chirurgicale en urgence repose sur l'hémodynamique du patient et l'existence de signes péritonéaux. En cas de patient hémodynamiquement stable, le scanner abdominal permet de classer la gravité des lésions, mais ne remet pas en cause la prise en charge non opératoire. Le concept d'opération différée s'intègre, pour certains, de plus en plus comme un prolongement de la stratégie conservatrice et non plus comme un échec de celle-ci. En cas de nécessité de prise en charge chirurgicale initiale, les techniques d'hémostases conservatrices sont à privilégier. Si celle-ci est difficile à obtenir chez un patient instable, le concept de laparotomie écourtée avec tamponnement périhépatique et réintervention ultérieure semble désormais s'imposer. La gestion des complications secondaires doit être pluridisciplinaire.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Traumatisme hépatique, Foie traumatique, Hémorragie interne du foie


Plan


© 2022  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Manifestations hépatiques et biliaires des maladies inflammatoires chroniques des intestins
  • A. Heurgué, C. Boulagnon, A. Biron, G. Cadiot
| Article suivant Article suivant
  • Anatomie pathologique des cirrhoses hépatiques et des lésions prénéoplasiques
  • J. Calderaro, E.-S. Zafrani

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à ce traité ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.