Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Insuffisance d’analgésie en cours de césarienne : résumé des recommandations françaises et britanniques et commentaires - 23/09/22

Insufficient analgesia during cesarean section: Summary of French and British guidelines and comments

Doi : 10.1016/j.pratan.2022.09.005 
Dan Benhamou
 Service d’anesthésie réanimation médecine périopératoire, AP–HP, université Paris Saclay, hôpital Bicêtre, 78, rue du Général-Leclerc, 94275 Le Kremlin-Bicêtre cedex, France 

Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le Friday 23 September 2022

Résumé

Parce que des douleurs peuvent gêner ou empêcher la réalisation d’une césarienne et qu’elles peuvent avoir des conséquences psychologiques, voir médico-judiciaires, des recommandations ont été élaborées concernant la conduite à tenir. Le premier point est l’évaluation adéquate du bloc anesthésique qui doit se faire par la technique du toucher léger et doit porter sur le niveau supérieur et inférieur du bloc. En cas d’insuffisance d’analgésie la préconisation est d’injecter un opiacé d’action rapide (remifentanil, alfentanil) ou de la kétamine voire une faible dose de propofol. La coopération entre obstétricien et anesthésiste et l’écoute de la patiente doivent rester essentiels au cours de cette période. Au-delà de la douleur, il est nécessaire de prendre en considération la notion d’inconfort de la patiente pour décider d’une conversion en anesthésie générale. Il est nécessaire en cas de changement de technique anesthésique que la patiente soit revue par l’anesthésiste en post-partum pour des explications. Cette situation doit faire l’objet d’un debriefing rapide pluridisciplinaire et d’une audit éventuelle des pratiques.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Guidelines have been recently elaborated concerning the management of pain during C-section because of possible psychological and judiciary consequences. The first point is a correct assessment of upper and lower level of sensory blockade base on light touch perception. Pain during C-section should be treated by short acting-opioids (remifentanil, alfentanil), ketamine or possibly propofol. Communication and cooperation between anesthetists and obstetricians and listening to parturients are critical during this period of time. Beside pain, the patient being uncomfortable during the procedure could justify a shift to general anaesthesia. In case of change in the anaesthetic technique, the anaesthetist should meet parturients postoperatively for explanations. The anaesthetic and obstetrical staff should debrief all the cases and possibly decide to perform audit of practices.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Césarienne, Échec rachianesthésie, Échec péridurale

Keywords : Cesarean section, Failure of regional anesthesia


Plan


© 2022  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.