S'abonner

Diagnostic et traitement des complications neurologiques des immunothérapies anticancéreuses - 25/01/23

Diagnosis and treatment of neurological complications of anticancer immunotherapies

Doi : 10.1016/j.praneu.2023.01.011 
A. Farina a, b, c, B. Joubert a, b, d,
a Centre de référence maladies rares pour les syndromes neurologiques paranéoplasiques et les encéphalites auto-immunes, hospices civils de Lyon, hôpital neurologique, Bron, France 
b Inserm U1314, MeLiS, UCBL-CNRS UMR 5284, université Claude-Bernard Lyon 1, Lyon, France 
c Dipartimento di Neuroscienze, Psicologia, Area del Farmaco e Salute del Bambino, Università di Firenze, Firenze, Italie 
d Service de neurologie, hospices civils de Lyon, centre hospitalier Lyon Sud, Pierre-Bénite, France 

Auteur correspondant : Unité 202, groupe hospitalier Est, hôpital neurologique de Lyon, 59, boulevard Pinel, 69500 Bron, France.Unité 202, groupe hospitalier Est, hôpital neurologique de Lyon59, boulevard PinelBron69500France
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le Wednesday 25 January 2023

Résumé

Les immunothérapies anticancéreuses sont des traitements de développement récent qui stimulent l’immunité antitumorale des patients atteints de cancer, soit au moyen d’anticorps monoclonaux inhibiteurs de points de contrôle immunitaires (anti-PD1, anti-PD-L1, anti-CTLA4, anti-LAG3), soit au moyen de lymphocytes T modifiés in vitro (CAR T-cells). Les CAR T-cells, essentiellement utilisés pour traiter des hémopathies malignes, sont associés à un syndrome de neurotoxicité associé aux cellules effectrices immunitaires chez jusqu’à 60 % des patients, se manifestant par des troubles attentionnels, des mouvements anormaux, une aphasie ou des difficultés d’écriture, parfois une confusion, des crises comitiales, voire des troubles de vigilance. Les inhibiteurs de point de contrôle immunitaire, quant à eux, sont approuvés pour une grande variété de tumeurs malignes solides et hématologiques ; les toxicités immuno-induites neurologiques (TIn) sont rares, mais souvent graves et parfois fatales. Les phénotypes les plus courants sont des atteintes neuromusculaires, telles que la myosite et la polyradiculoneuropathie, tandis que l’atteinte du système nerveux central est plus rare, dominée par les encéphalites immuno-induites. La prise en charge des TIn est nécessairement multidisciplinaire. Dès lors qu’une TIn est suspectée, les inhibiteurs du point de contrôle immunitaire doivent être interrompus et un bilan diagnostique large doit être effectué pour exclure les diagnostics différentiels potentiels et fournir des preuves cliniques et paracliniques appuyant le diagnostic. La plupart des patients sont susceptibles de répondre aux corticostéroïdes, mais le traitement des cas réfractaires reste mal codifié.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Cancer immunotherapies comprise a group of treatments recently developed to promote activation of the immune system against tumor cells, by means either of monoclonal antibodies targeting immune checkpoints (anti-PD1, anti-PD-L1, anti-CTLA4, anti-LAG3) or autologous T-cells modified in vitro (CAR T-cells). CAR T-cells are approved mostly for hematological malignancies and lead to immune effector cell-associated neurotoxicity syndrome in up to 60% of cases, a toxicity syndrome manifesting with aphasia, handwriting changes, hyperkinetic movement disorders, confusion, seizures, and/or decreased vigilance. Immune checkpoint inhibitors are approved for a broad range of solid and hematological malignancies; neurological immune-related adverse events (n-irAEs) are rare but are usually severe and often life-threathening. The most common phenotypes are neuromuscular disorders such as myositis and polyradiculoneuropathy, while central nervous system involvement is rarer, dominated by immune-related encephalitis. Management of n-irAE needs to be multidisciplinary. As soon it is suspected, immune checkpoint inhibitors must be interrupted, and a comprehensive diagnostic work-up carried out, in order to exclude alternative diagnoses and provide clinical and paraclinical evidence supportive of n-irAE. Although most patients respond at least partially to corticosteroids, management of steroids-refractory cases remains poorly codified.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Immunothérapie anticancéreuse, CAR-T cells, Inhibiteurs de point de contrôle immunitaire, Neurotoxicité, Toxicité immuno-induite neurologique

Keywords : Cancer immunotherapy, CAR T-cells, Immune checkpoint inhibitors, Neurotoxicity, Neurological immune-related adverse events


Plan


© 2023  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.