Médecine

Paramédical

Autres domaines


Extraction instrumentale par spatules de Thierry : évaluation du risque périnéal en fonction du dégagement - 06/05/08

Doi : 10.1016/j.jgyn.2007.10.006 
L. Courtois a, , P. Becher a, D. Maticot-Baptista a, A. Cour b, B. Zurlinden b, P. Millet c, Y. Maisonnette-Escot a, D. Riethmuller a, R. Maillet a
a Service de gynécologie-obstétrique, hôpital Saint-Jacques, avenue du 8-Mai-1945, 25030 Besançon, France 
b Service de gynécologie-obstétrique, CHG de Montbéliard, 25200 Montbéliard, France 
c Département de l’information médicale, CHG de Montbéliard, 25200 Montbéliard, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectif

Les facteurs de risque de déchirures périnéales sévères sont actuellement bien connus et les extractions instrumentales ainsi que le dégagement en occipitosacré (OS) en font très clairement partie. Le but de ce travail était de comparer le risque de lésion du sphincter anal en fonction du dégagement au cours d’extractions par spatules de Thierry.

Matériel et méthodes

Étude rétrospective de 163 extractions instrumentales par spatules de Thierry sur une période de cinq ans (janvier 2000 à décembre 2005) au CHG de Montbéliard. Il s’agissait de grossesses singletons à partir de 37 semaines d’aménorrhée en présentation céphalique. L’incidence de lésions périnéales sévères a été évaluée en fonction du dégagement.

Résultats

Dans cette population de 163 patientes, avant la pose des spatules, le diagnostic de variété de présentation au toucher vaginal était de 129 variétés antérieures et 34 postérieures. Lors de l’accouchement, sur les 34 variétés postérieures, 11 ont pu tourner en antérieur avec un dégagement en occipitopubien (OP) et 23 sont restées en postérieur avec un dégagement en OS. Deux groupes ont pu être individualisés en fonction du type de dégagement : un groupe OP avec 140 cas et un groupe en OS avec 23 cas. Le taux de lésion patente du sphincter anal était significativement plus important dans le groupe OS par rapport au groupe OP (17,4% versus 2,9%, p=0,014) avec un OR de 7,1 (95% IC 1,6–31). Une seule lésion du quatrième degré était observée. Dans le groupe OS, il y avait une augmentation du taux de déchirure vaginale mais non significative (43,5% versus 27,9%, p=0,20). En cas de dégagement en OS, le risque de lésion du sphincter anal était significativement augmenté dans les extractions par spatules de Thierry avec un OR de 6,4 (95% IC 1,3–31,5) par rapport à un dégagement en OP. Le dégagement s’est fait en OS dans 14,1% des cas de l’ensemble de la population et les spatules ont permis la rotation vers l’avant de 32,4% des présentations occipitopostérieures.

Conclusion

L’efficacité des spatules de Thierry est certaine. En revanche, l’extraction instrumentale par spatules de Thierry est une situation à risque périnéal comme tout instrument par rapport à l’accouchement spontané et ce risque est majoré en cas d’extraction d’une présentation occipitopostérieure qui va se dégager en OS. Les spatules de Thierry ne nous semblent pas être l’instrument idéal devant une variété occipitopostérieure, même si elles amènent à la rotation vers l’avant dans environ un tiers des cas.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Objective

Risk factors for severe perineal lacerations are nowadays well-known and they include operative vaginal deliveries and extractions in occiput posterior (OP) positions. The aim of this study was to assess whether OP position increases the risk for anal sphincter injury when compared with occiput anterior (OA) positions in operative deliveries using Thierryʼs spatulas.

Methods

Retrospective study of 163 extractions with Thierryʼs spatulas over a five-year period (January 2000 to December 2005) performed in a general hospital. Singleton cephalic pregnancies at term were studied and the incidence of severe perineal lacerations was noted in deliveries in OP and OA positions.

Results

In these 163 cases, the varieties of presentation obtained by vaginal examination were 129 in anterior and 34 in posterior positions. Eleven posterior positions rotated anteriorly on delivery and 23 remained in a posterior position. The OA group (n=140) and the OP group (n=23) were constituted. Anal sphincter injury occurred significantly more often in the OP group compared with the OA group (17.4% versus 2.9%, p=0.014) with an odds ratio of 7.1 (95% CI 1.6–31). Only one fourth-degree laceration was noted. Within the OP group, the incidence of vaginal lacerations was increased compared to the OA group, but without any significant difference (43.5% versus 27.9%, p=0.20). In a logistic regression model, the OP position was 6.4 times (95% CI 1.3–31.5) more likely to be associated with anal sphincter injury than OA position. The incidence of OP position was 14.1% within the whole population studied and Thierryʼs spatulas permit anterior rotations of occipito posterior presentation in only 32.4% of cases.

Conclusion

The efficiency of Thierryʼs spatulas is proven. As with forceps and vacuum extractors, extraction with Thierryʼs spatulas is a risk factor for perineal laceration compared to a spontaneous delivery. In deliveries with spatulas, OP head positions further increase this perineal risk against OA positions. OP positions before fetal extractions do not seem to be an ideal situation for using spatulas, even if an anterior rotation is achieved in one-third of cases.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Spatules de Thierry, Déchirure périnéale, Présentation occipitopostérieure

Keywords : Thierryʼs spatulas, Perineal laceration, Occiput posterior position


Plan


© 2007  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 37 - N° 3

P. 276-282 - mai 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Combien de temps peut-on attendre à dilatation complète ? Analyse de la morbidité maternelle et fœtale selon la durée de la seconde phase du travail chez la primipare
  • A.-F. Naime-Alix, F. Fourquet, D. Sigue, J. Potin, C. Descriaud, F. Perrotin
| Article suivant Article suivant
  • La dystocie vraie des épaules : analyse de 14 cas traités par la manœuvre de Jacquemier
  • A. Collin, X. Dellis, R. Ramanah, L. Courtois, J.-L. Sautière, A. Martin, R. Maillet, D. Riethmuller

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.