Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Déficit en vitamine D chez l’homme âgé vivant à domicile ou en institution en milieu urbain - 14/05/08

Doi : 10.1016/j.lpm.2007.07.012 
Corinne Boüüaert 1, , Marc Vanmeerbeek 1, Philippe Burette 1, Étienne Cavalier 2, Laurence Seidel 3, Stéphanie Blockx 1, Adelin Albert 3, Didier Giet 1
1 Département de médecine générale, Université de Liège, BE-4000 Liège, Belgique 
2 Département de biologie clinique, CHU de Liège, BE-4000 Liège, Belgique 
3 Service d’informatique médicale et biostatistique, Université de Liège, BE-4000 Liège, Belgique 

Corinne Boüüaert, Département de médecine générale, Université de Liège, CHU du Sart-Tilman (bâtiment B23), BE-4000 Liège, Belgique.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 10
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectifs

De nombreux travaux relatent la carence sévère en vitamine D chez les sujets âgés et son implication dans divers problèmes de santé non limités aux troubles du métabolisme osseux. Si la plupart des publications concernent la femme âgée, le problème est moins connu chez le patient masculin. Ce travail s’est intéressé à la déficience en vitamine D chez l’homme âgé vivant à domicile ou en institution, en milieu urbain.

Méthodes

Trois cent trente-six hommes âgés de 65 ans ou plus ont été recrutés aléatoirement en médecine générale à domicile et en institution entre décembre 2005 et juin 2006. Les variables suivantes ont été étudiées : âge, résidence (domicile ou institution), antécédents de chutes et de fractures, autonomie (Katz), mobilité (TUG), équilibre, sorties à l’extérieur, taux sanguin de 25-OH-D, débit de filtration glomérulaire (MDRD) et indice PINI.

Résultats

Parmi les 336 patients, 45 (13%) ont été exclus en raison d’une prise connue de vitamine D, réduisant l’échantillon à 291 patients, 174 en ambulatoire et 117 institutionnalisés. Ces derniers étaient significativement plus âgés et moins autonomes. Leur taux de 25-OH-D était constamment plus bas que celui des sujets ambulatoires. Une carence sévère en vitamine D (25-OH-D<12ng/mL) a été observée chez 79% des patients en institution et 57% des patients ambulatoires (p<0,0001). Les chiffres correspondants pour la déficience légère à modérée en vitamine D (12-32ng/mL) étaient respectivement de 21 et 42%. Seuls 2 patients à domicile n’étaient pas carencés (25-OH-D32ng/mL). Parmi les patients en institution, ceux qui présentent une carence sévère ont plus souvent un TUG30s, un périmètre de marche100m, ils se déplacent peu et sortent moins à l’extérieur. Pour les patients à domicile, aucune de ces variables n’a montré de différence statistiquement significative entre les carencés sévères et les autres.

Discussion

Les biais potentiels de l’étude sont discutés. Les variations saisonnières du taux de vitamine D sont faibles et comparables dans les 2 groupes. L’étude confirme la prévalence élevée de la déficience en vitamine D chez l’homme âgé. Les résultats peuvent probablement être étendus à d’autres villes européennes présentant des caractéristiques semblables. L’interprétation des résultats de 25-OH-D est discutée, notamment le choix des taux de 12 et 32ng/mL pour définir respectivement carence sévère et modérée.

Conclusion

Le patient âgé masculin n’est pas épargné par la carence en vitamine D qui est généralisée et particulièrement sévère en institution. Les patients à domicile montrent aussi fréquemment des carences modérées à sévères. La supplémentation en vitamine D devrait être systématique en institution et probablement recommandée pour tout sujet de plus de 65 ans. Les normes de laboratoire devraient être harmonisées et conformes aux connaissances récentes.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Objectives

Many studies report severe vitamin D deficiency in the elderly and its involvement in various health problems (not limited to bone metabolism disorders). Most papers concern elderly women, however, and little is known about this problem among elderly men. This study focused on vitamin D deficiency in elderly men living in urban areas, whether at home or in an institution.

Methods

Between December 2005 and June 2006, we randomly recruited from general practices 336 men aged 65 years or more, living either at home or in institutions for the elderly. The variables studied were: age, residence (home or institution), fall and fracture history, independence (Katz), mobility (TUG), balance, outdoor walking, blood 25-OH-D level, glomerular filtration rate (MDRD) and PINI index.

Results

Of the 336 men, 45 (13%) were excluded because they were already receiving vitamin D treatment. The study thus included 291 patients, 174 community-dwelling and 117 institutionalized. The latter were significantly older and had less independence. Their 25-OH-D levels were also significantly lower than for community-dwelling subjects. The prevalence of severe vitamin D deficiency (25-OH-D<12ng/mL) was 79% among men in institutions and 57% among those living in the community (p<0.0001), and for mild and moderate vitamin D deficiency (12–32ng/mL), 21% and 42%, respectively. Overall, only 2 men, both living at home, had normal vitamin D levels (25-OH-D ≥ 32 ng/mL). In institutions, factors predictive of severe deficiency were TUG30s, walking distance100m and lack of outdoor walking. Among the men living at home, none of the variables studied was associated with severe vitamin D deficiency.

Discussion

Potential biases of the study are discussed. Seasonal variations of vitamin D levels were small and comparable in both groups. The study confirms the high prevalence of vitamin D deficiency in elderly men. These results could probably be extended to other European cities with similar characteristics. The problem of interpreting 25-OH-D results with respect to current laboratory norms for defining severe or moderate vitamin D deficiency (12 and 32ng/mL, respectively) is also discussed.

Conclusion

Vitamin D deficiency is widespread and severe in elderly men, especially those living in institutions. Moderate to severe deficiency is also frequent among men living at home. Vitamin D supplementation should be routinely prescribed in institutions for the elderly and probably also to any individual over 65 years. Laboratory norms should be harmonized and consistent with recent medical evidence.

Ce qui était connu

Il existe une carence importante en vitamine D chez la femme âgée et chez l’homme âgé à risque.
Une dose minimale de 800 à 1 000UI/j de vitamine D est efficace et sûre pour un adulte, même sans suivi médical particulier ; en cas de carence sévère, des doses plus importantes sont requises (2000 à 4000UI/j).
Cette supplémentation est recommandée systématiquement chez la femme ménopausée et chez l’homme à risque d’ostéoporose ou de chute.

Ce qu’apporte l’article

Il existe une carence importante chez l’homme de 65 ans et plus, même vivant à domicile.
Il n’y a pas de profil type ou de facteur de risque bien identifiable d’une carence sévère.
Une supplémentation est à recommander systématiquement chez tout patient âgé en institution et probablement aussi à domicile.
Un dosage de 25-OH-D peut être utile pour mesurer la sévérité de la carence.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2007  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 37 - N° 2P1

P. 191-200 - février 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Les carences et insuffisances en vitamine D : une situation largement répandue, des mesures préventives à mettre en place
  • Claude Laurent Benhamou
| Article suivant Article suivant
  • La carence en vitamine D chez la femme de 18 à 49 ans portant des vêtements couvrants, une réalité méconnue en médecine générale
  • Sonja Belaid, Ambroise Martin, Anne-Marie Schott, Martine Laville, Marie-France Le Goaziou

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.