Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Conduite à tenir devant une piqûre de scorpion au Maroc - 14/05/08

Doi : 10.1016/j.annfar.2008.01.027 
R. Soulaymani Bencheikh a, A. Khattabi a, , b , Z. Faraj c, I. Semlali a
a Centre antipoison et de pharmacovigilance du Maroc, Rabat-Institut, rue Lamfadel-Cherkaoui, Madinate-Al-Irfane, B.P. 6671, Rabat, Maroc 
b Faculté des sciences, université Ibn-Tofail, Kenitra, Maroc 
c Organisation mondiale de la santé, bureau régional de la Méditerranée orientale de Rabat-Maroc, 3, rue prince Sidi-Mohammed-Souissi-Rabat, B.P. 812, Rabat Mechouar, Maroc 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 6
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Les piqûres de scorpion représentent la première cause d’intoxication avec une incidence de 30 à 50 % de l’ensemble des intoxications déclarés au centre antipoison du Maroc (CAPM). Conscient de l’ampleur de ce problème, nous avons réalisé des études rétrospectives et prospectives qui ont montré la nature et la chronologie des événements cliniques dans l’envenimation scorpionique, ainsi que les facteurs de gravité épidémiologiques, cliniques et thérapeutiques. Sur cette base, nous avons élaboré une conduite à tenir nationale pour la prise en charge des malades piqués. Cette conduite à tenir avait pour objectif d’uniformiser la prise en charge dans tout le pays, de diminuer la létalité par envenimation et de rationaliser les dépenses économiques inhérentes aux prises inutiles de médicaments, au transfert et à l’hospitalisation des malades. Cette standardisation de la conduite à tenir était une composante de la stratégie nationale de lutte contre les piqûres et les envenimations scorpioniques. Ses autres composantes étaient la formation, la sensibilisation et l’instauration d’un système d’information pour suivre les indicateurs de morbidité et de létalité. Après un recul de cinq années, les indicateurs ont montré qu’il y a eu une diminution du taux de létalité et une rationalisation des dépenses. Cette conduite à tenir repose sur un algorithme permettant la distinction entre un patient piqué sans envenimation et un patient envenimé. Les malades piqués font l’objet d’une surveillance jusqu’à un temps postpiqûre de quatre heures, alors que les patients envenimés seront mis en condition et transférés à un service de réanimation pour leur prise en charge.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Scorpion stings are the first cause of poisoning, and represent between 30 and 50% of all cases reported to the Moroccan Poison Control Centre. Concerned by the size of the problem, we have paid special attention to this pathology. Through retrospective and prospective studies, it has been possible to determine the nature and the chronology of clinical stages, as well as the epidemiological, clinical and therapeutic factors of gravity. On this basis, we worked out a new management to provide support for patients. This management will standardize support provided at the national level, and will reduce the number of lethal case and rationalize spending by reviewing medication, transfer of patients and hospital care. This standardization is an essential component of the national strategy against scorpion poisoning. Other components include training of medical staff, awareness campaigns, and information systems to monitor lethal cases. A survey over five years shows a reduction in the number of lethal cases and rationalization of costs. Medical care provided rests upon the distinction between patients stung by scorpions and patients actually poisoned. The first category of patients will be monitored up to four hours after the scorpion sting, while poisoned patients will be transferred to an intensive care unit.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Piqûre de scorpion, Envenimation, Conduite à tenir, Traitement, Stratégie nationale

Keywords : Scorpion stings, Management, Treatment, National strategy, Assessment


Plan


© 2008  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 27 - N° 4

P. 317-322 - avril 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Neurotoxines ophidiennes
  • S. Larréché, G. Mion, P. Clapson, B. Debien, D. Wybrecht, M. Goyffon
| Article suivant Article suivant
  • Envenimation cobraïque en France métropolitaine : repenser la prise en charge des envenimations exotiques
  • T. Leclerc, B. Debien, J.-P. Perez, M.-P. Petit, B. Lenoir

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.