Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Hystérectomie vaginale par électrofusion : étude sur 96 cas - 19/05/08

Doi : 10.1016/j.jgyn.2007.10.002 
J. Dubuisson a, , F. Golfier a, M. Massoud a, M. Benchaib b, B. Bryssine a, D. Raudrant a
a Service de gynécologie obstétrique, hôpital Hôtel-Dieu, 61, quai Jules-Courmont, 69288 Lyon cedex, France 
b Laboratoire de biologie du développement, hôpital Edouard-Herriot, 5, place d’Arsonval, 69003 Lyon, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectifs

Évaluer la technique de ligature par électrofusion dans la pratique de l’hystérectomie vaginale en comparaison avec la ligature par suture.

Matériels et méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective réalisée sur une période de 47 mois portant sur 96 patientes. Deux groupes ont été constitués : un groupe « électrofusion » (n=54) et un groupe témoin « suture » (n=42). Les paramètres étudiés sont la durée de l’intervention, la douleur postopératoire, la durée d’hospitalisation et les complications opératoires.

Résultats

La durée de l’intervention est significativement réduite en cas d’utilisation de l’électrofusion (51,3±22,6minutes versus 67,6±20,1minutes). La douleur postopératoire évaluée par l’échelle visuelle analogique (EVA) est diminuée dans le groupe « électrofusion » (1,9±2,0 versus 3,5±2,3). Les doses cumulées de morphine et la durée d’utilisation de la morphine sont moins importantes (respectivement 22,4±31,0mg versus 45,4±51,3mg et 22,4±13,4heures versus 29,4±18,8heures). Il y a moins d’antalgiques associés aux morphiniques (1,9±2,0 versus 3,5±2,3). La durée d’hospitalisation est plus courte (4,2±1,3 jours versus 5,0±1,0 jours). Concernant les complications opératoires, il n’y a pas de différence significative entre les deux groupes.

Conclusion

L’utilisation de l’électrofusion semble une alternative de choix dans la pratique de l’hystérectomie vaginale en réduisant de façon significative la durée de l’intervention, la douleur postopératoire et la durée d’hospitalisation.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Objective

To compare ligature by electrofusion versus sutures in the practice of vaginal hysterectomy.

Study design

This is a retrospective study on 96 patients completed over a period of 47 months. Patients were allocated into two groups: the electrofusion “suture-free” group (n=54) and the “suture” control group (n=42). Designed-end points were operating time, postoperative pain, duration of postoperative hospitalization and perioperative complications.

Results

In the electrofusion group, the operating time was significantly reduced (51.3±22.6min versus 67.6±20.1min) as well as the reported postoperative pain (based on the visual analog scale — VAS) (1.9±2.0 versus 3.5±2.3). The average morphine consumption rate and the timing of postoperative morphine administration were lower in the electrofusion group (22.4±31.0mg versus 45.4±51.3mg and 22.4±13.4h versus 29.4±18.8h, respectively). Moreover, in the electrofusion group there was less need for additional analgesics (1.9±2.0 versus 3.5±2.3) and the hospital-stay was shorter (4.2±1.3 days versus 5.0±1.0 days). There was no significant difference between the two groups in regard to perioperative complications.

Conclusion

The use of electrofusion in vaginal hysterectomy appears to be a reliable ligation technique which reduces significantly the operating time, the postoperative pain and the length of postoperative hospitalization.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Electrofusion, Hystérectomie vaginale, Douleur postopératoire

Keywords : Electrofusion, Vaginal hysterectomy, Postoperative pain


Plan


© 2007  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 37 - N° 1

P. 82-87 - février 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Risque de cancer du sein lié à la grossesse
  • B. Lesieur, M. Vercambre, G. Dubernard, K. Khosrotehrani, S. Uzan, S. Aractingi, R. Rouzier
| Article suivant Article suivant
  • Syndrome de Ballantyne résolutif après interruption sélective chez une grossesse gémellaire
  • B. Delaby, S. Lanta-Delmas, J. Gondry

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.