S'abonner

Prise de décision dans le centre pluridisciplinaire de diagnostic prénatal : le changement est permis - 18/11/23

Decision-making in the multidisciplinary prenatal diagnosis center: The staff function and functions contributing to decision-making synergy

Doi : 10.1016/j.etiqe.2023.07.002 
S. Missonnier a, , S. Moutier b, M. Gargiulo a, E. Schaerer c, M. Dommergues d, D. Héron e, A. Durr e
a Psychologie clinique, URP PCPP EA 4056, université Paris Cité, Paris, France 
b Psychologie du développement, LPPS (UR 4057), université Paris Cité, Paris, France 
c Hôpital de la Salpêtrière, Paris, France 
d Service de la maternité, hôpital de la Salpêtrière, Sorbonne université, AP–HP, Paris, France 
e Service de génétique clinique et médicale, hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Sorbonne université, AP–HP, Paris, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Contexte

La réalisation d’un diagnostic prénatal et par conséquent une possible interruption médicale de grossesse pour motif fœtal est réglementairement soumise à une décision collégiale, lié au Centre pluridisciplinaires de diagnostic prénatal, sous la forme de réunion pluridisciplinaire (RCP). Pour certaines maladies génétiques, l’incertitude quant à l’expression clinique individuelle ne permet pas de prendre une décision binaire d’emblée, acceptation ou refus de la demande. L’équipe de la Pitié a mis en place un staff dédié aux maladies génétiques depuis 2023 au sein du CPDPN de l’est parisien de Trousseau.

Objectifs

(1) Déterminer quelle était la fonction du staff pour les professionnels qui participent ; (2) Évaluer l’évolution des positionnements individuels et collectifs avant et après un staff ; (3) Détailler les mécanismes psychologiques impliqués qui sous-tendent la prise de décision collégiale finale.

Méthodes

L’étude comporte trois temps distincts. T1. Nous avons accueilli au sein du staff composé d’environ 30 soignants deux chercheurs en psychologie comme des observateurs durant une période d’un an. T2. Nous avons évalué par le biais d’un questionnaire la fonction du staff selon les participants et nous l’avons analysé selon les catégories professionnelles. T3. À partir d’une situation clinique, présentée par l’une des généticiennes, nous avons demandé aux participants de se positionner favorablement ou défavorablement par rapport à une demande de diagnostic prénatal en cours de grossesse pour un couple à risque de transmettre le syndrome de l’X fragile et le syndrome FXTAS. Leur positionnement a été évalué a priori (avant les discussions au sein du staff) et a posteriori (à la suite des discussions pluridisciplinaires au sein du staff).

Résultats principaux

(1) La phase d’observation des chercheurs a permis d’identifier 2 facteurs facilitateurs à la prise de décision : bienveillance didactique et animation productive. Un facteur de résistance à la prise de décision : le degré d’incertitude clinique ; (2) Un élément de communication essentiel a été identifié : nommer explicitement le questionnement spécifique avant de présenter le cas ; (3) La fonction du staff de diagnostic prénatal selon les participants est de favoriser la pluridisciplinarité (83 %), la collégialité (60 %), la réflexivité et complexification (46 %), la transmission des connaissances participant à la formation (46 %), le dégagement de la solitude dans le groupe (46 %), l’aide et la guidance (33 %), le partage et la mise à distance (16 %), l’approfondissement des cas (3 %) et le bénéfice pour les familles (26 %) ; (4) Après la discussion de la situation clinique, 18/30 modifient leur opinion après le staff (59 %).

Conclusion

Le staff de diagnostic prénatal est un lieu qui ne se résume pas à la juxtaposition ou coordination d’avis et de connaissances techniques. L’avis favorable ou défavorable pour un diagnostic prénatal ou pour accéder à une interruption médicale de grossesse implique une décision relevant tout autant de compétitions de jugements psychologiques et moraux que de compétitions de connaissances strictement médicales. Cette étude révèle que l’intérêt du staff est de faciliter la prise de conscience des conflits émotionnels de ses membres en vue de faciliter une prise de décision réflexive et consciente ainsi que de s’ajuster au mieux aux incertitudes médicales liées aux maladies génétiques. Le staff (en miroir de ce qui se passe en consultation pour les professionnels) confronte à des opinions différentes des siennes et illustrent que le changement d’opinion est permis.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Background

Prenatal diagnosis, and consequently possible termination of pregnancy for fetal reasons, is subject to a collegial decision, linked to the Centre Pluridisciplinaires de Diagnostic Prénatal, in the form of a pluridisciplinary meeting (RCP). In the case of certain genetic diseases, uncertainty as to individual clinical expression makes it impossible to take a binary decision from the outset, i.e. to accept or refuse the request. Since 2023, the Pitié team has set up a staff dedicated to genetic diseases within the Trousseau CPDPN in eastern Paris.

Aims

(1) To determine the function of the staff for participating professionals; (2) To assess changes in individual and collective positioning before and after a staff; (3) To detail the psychological mechanisms involved that underlie final collegial decision-making.

Methods

The study is divided into three distinct phases. T1. We welcomed two psychology researchers as observers on a staff of around 30 caregivers for a period of one year. T2. Using a questionnaire, we assessed the function of the staff according to the participants, and analyzed it according to professional categories. T3. Based on a clinical situation presented by one of the geneticists, we asked the participants to position themselves favorably or unfavorably in relation to a request for prenatal diagnosis during pregnancy for a couple at risk of transmitting fragile X syndrome and FXTAS syndrome. Their position was evaluated a priori (before staff discussions) and a posteriori (following multidisciplinary staff discussions).

Main results

(1) The researchers’ observation phase enabled us to identify 2 factors facilitating decision-making: didactic benevolence and productive facilitation. A factor of resistance to decision-making: the degree of clinical uncertainty; (2) An essential element of communication was identified: explicitly naming the specific questioning before presenting the case; (3) The function of the prenatal diagnosis staff according to the 2 participants is to promote multidisciplinarity (83%), collegiality (60%), reflexivity and complexification (46%), transmission of knowledge contributing to training (46%), relief from solitude in the group (46%), help and guidance (33%), sharing and distancing (16%), in-depth study of cases (3%) and benefit for families (26%); (4) After discussion of the clinical situation, 18/30 modify their opinion after the staff (59%).

Conclusion

The prenatal diagnosis staff meeting is more than just a juxtaposition or coordination of opinions and technical knowledge. The decision to opt for or against prenatal diagnosis, or to terminate a pregnancy, is as much a matter of psychological and moral judgement as of strictly medical knowledge. This study reveals that the staff's interest lies in facilitating awareness of its members’ emotional conflicts, with a view to facilitating reflexive and conscious decision-making, as well as adjusting as well as possible to the medical uncertainties associated with genetic diseases. The staff (mirroring what happens in consultation for professionals) confronts opinions different from its own, and illustrates that a change of opinion is permitted.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Staff de diagnostic anténatal, Prise de décision, Incertitude

Keywords : Ante-natal diagnosis staff, Decision-making, Uncertainty


Plan


© 2023  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 20 - N° 4

P. 267-277 - décembre 2023 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Consultations d’éthique clinique : quels apports pour la pratique des soins primaires ?
  • A. Labrunie, L. Wittke, G. Durand
| Article suivant Article suivant
  • Embryons humains génétiquement modifiés : entre progrès scientifique et dilemmes éthiques
  • A. Ouzaid, V.G. Oancea, C. Ravel

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.


Tout le contenu de ce site: Copyright © 2024 Elsevier, ses concédants de licence et ses contributeurs. Tout les droits sont réservés, y compris ceux relatifs à l'exploration de textes et de données, a la formation en IA et aux technologies similaires. Pour tout contenu en libre accès, les conditions de licence Creative Commons s'appliquent.