S'abonner

Bullying and self-harming behavior in universities – A cross-sectional study of a sample of 327 university students - 19/11/23

Harcèlement et association aux conduites auto-agressives en milieu universitaire – Étude transversale chez un échantillon de 327 étudiants universitaires

Doi : 10.1016/j.encep.2023.08.012 
Waël Ghandour a, b, Sami Richa a, b, Nizar Hojaili c, Wissam El-Hage d, e, Bénédicte Gohier f, François Kazour a, e, f,
a Faculty of medicine, Saint-Joseph University, Beirut, Lebanon 
b Hotel-Dieu de France Hospital, Beirut, Lebanon 
c Clemenceau Medical Center Hospital, Dubai, United Arab Emirates 
d Clinique Psychiatrique Universitaire, CHRU de Tours, 37000 Tours, France 
e UMR 1253, iBrain, Université de Tours, Inserm, Tours, France 
f CHU d’Angers, Angers, France 

Corresponding author at: Service de Psychiatrie, CHU d’Angers, 4, rue Larrey, 49100 Angers, France.Service de Psychiatrie, CHU d’Angers4, rue LarreyAngers49100France
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le Sunday 19 November 2023

Abstract

Introduction

Bullying is a widespread public health issue, found in different contexts (e.g. schools, universities, workplaces, families), and it has negative consequences on both the perpetrator and the victim. There is a lack of studies addressing bullying among university students in Arab countries and more specifically in Lebanon. The objective of our study was to determine the prevalence of bullying among a sample of university students in Lebanon, its forms, and associated factors.

Methods

The study consists of a cross-sectional online survey addressed to university students in Lebanon that evaluates sociodemographic data, presence and type of bullying, history of bullying during childhood, adverse childhood experiences, daily life functioning, and mental health status (reported psychiatric disorders, substance use, self-harming behaviors, and suicidal attempts). Chi-Square and Fisher's exact tests were used to compare the results between victims of bullying and the rest of the sample.

Results

Three hundred and twenty-seven university students participated in this study. The prevalence of bullying was 14.1%. The main forms of reported bullying were verbal (58.7%) and social bullying (65.2%). The main associated factors were being a witness of bullying at university (84.8% vs. 56.2% – P<.001) and history of cyberbullying (13% vs. 4.6% – P=.024). Among students who reported current bullying, 28.3% had a psychiatric diagnosis, 19.6% reported substance use, 15.2% had self-harming behaviors, and 8.7% had suicide attempts. Victims of bullying in the university reported a significant negative impact on their daily lives (lack of interest in daily activities, academic decline) (83.7%) and mental health concerns (psychiatric disorders, substance use, suicide attempts) (88.4%).

Conclusion

Even though bullying is an event less experienced in university than in school, it is nevertheless still present with potential negative impact on the victims. Bullying in a university setting is a public health issue that could benefit from more studies as well as prevention and intervention programs.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Introduction

Le harcèlement (ou bullying) est un problème de santé publique retrouvé dans différents contextes sociaux et familiaux (scolaire, universitaire, professionnel, familial). Ce comportement peut entraîner des répercussions négatives autant pour la victime que pour l’agresseur. Il existe un manque d’études évaluant le harcèlement universitaire dans le monde arabe en général et au Liban en particulier. L’objectif de cette étude est de déterminer la prévalence du harcèlement dans une population d’étudiants universitaires au Liban, puis d’évaluer les différentes formes de harcèlement ainsi que les facteurs qui y sont associés.

Méthodes

Il s’agit d’une étude transversale qui évalue le harcèlement chez des étudiants universitaires au Liban à travers un questionnaire en ligne. Le questionnaire recueille des données socio-démographiques, la présence et le type de harcèlement, les antécédents de harcèlement, d’expériences négatives ou d’événements traumatisants pendant l’enfance, le fonctionnement dans la vie quotidienne, la santé mentale (troubles psychiatriques déclarés, consommation de substances, comportements auto-agressifs et tentatives de suicide). Les tests de Khi2 et de Fisher ont été utilisés pour comparer les résultats entre les victimes de harcèlement et le reste de l’échantillon.

Résultats

Trois cent vingt-sept étudiants universitaires ont participé à cette étude. La prévalence du harcèlement était de 14,1 %. Les principales formes rapportées étaient le harcèlement verbal (58,7 %) et social (65,2 %). Les principaux facteurs associés étaient le fait d’avoir été témoin de harcèlement (84,8 % vs. 56,2 % – p<001) et les antécédents de cyberharcèlement (13 % vs. 4,6 % – p=.024). Parmi les étudiants qui ont rapporté un harcèlement, 28,3 % ont reçu un diagnostic psychiatrique, 19,6 % rapportent une consommation de substances, 15,2 % des comportements auto-agressifs et 8,7 % des tentatives de suicide. Les victimes de harcèlement perçoivent un impact négatif sur leur vie quotidienne (perte d’intérêt, baisse des résultats académiques) dans 83,7 % des cas et sur leur santé mentale (troubles psychiatriques, utilisation de substances, tentatives de suicide) dans 88,4 % des cas.

Conclusion

Même si le harcèlement est moins retrouvé à l’université que dans le milieu scolaire, sa présence peut avoir un potentiel un impact négatif avec des conduites à risque chez les victimes. Le harcèlement universitaire est un problème de santé publique peu identifié qui pourrait bénéficier de plus d’exploration, ainsi que de stratégies de prévention et d’intervention spécifiques.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Bullying, University, Student, Self-harming behavior, Suicide, Mental health

Mots clés : Harcèlement, Université, Étudiant, Conduites auto-agressives, Suicide, Santé mentale


Plan


© 2023  L'Encéphale, Paris. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.


Tout le contenu de ce site: Copyright © 2024 Elsevier, ses concédants de licence et ses contributeurs. Tout les droits sont réservés, y compris ceux relatifs à l'exploration de textes et de données, a la formation en IA et aux technologies similaires. Pour tout contenu en libre accès, les conditions de licence Creative Commons s'appliquent.