S'abonner

Intégrité scientifique : le nouveau défi de la science et de la recherche - 19/11/23

Scientific integrity: The new challenge for science and research

Doi : 10.1016/j.anrea.2023.10.007 
Marc Léger
 Université de Nîmes, laboratoire CHROME (EA 7352), Nîmes, France 

Marc Léger, Université de Nîmes, laboratoire CHROME (EA 7352), Nîmes, France.Université de Nîmes, laboratoire CHROME (EA 7352)NîmesFrance

Résumé

Bien qu’introduite il y a quelques années seulement dans le monde de la recherche, l’intégrité scientifique a déjà connu une évolution majeure en France. Conçue à l’origine comme un ensemble de règles et de bonnes pratiques que la communauté scientifique se donne à elle-même, sur le mode de l’autorégulation, elle est devenue depuis fin 2020 une norme juridique, dont les exigences s’imposent aux chercheurs comme aux établissements d’enseignement supérieur et aux organismes de recherche dans le but, clairement exprimé par la loi, de « consolider le lien de confiance avec la société ». Pour y contribuer, un décret d’application impose aux entités participant à la recherche publique un certain nombre d’obligations parmi lesquelles celle de désigner un « référent à l’intégrité scientifique », dont l’une des missions, exclusive, est d’instruire les signalements de manquements à l’intégrité scientifique, entendus comme des écarts par rapport à certaines valeurs et principes qui doivent régir les activités de recherche, y compris dans le management et les relations interpersonnelles. La loi fait également obligation aux docteurs à l’issue de la soutenance de leur thèse de prêter serment en s’engageant à respecter les exigences de l’intégrité scientifique, faisant ainsi de cette notion le principe directeur à la fois de la conduite de toute activité de recherche mais aussi du comportement individuel de chaque docteur.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Although introduced only a few years ago in the world of research, research integrity has already undergone a major evolution in France. Originally conceived as a set of rules and good practices that the scientific community gives to itself, as a self-regulation process, it has become since the end of 2020 a legal standard, whose requirements are imposed on researchers as well as higher education institutions and research organizations with the aim, clearly expressed by law, of “consolidating the trust bond with society”. To contribute to this, an implementing decree imposes a number of obligations on entities involved in public research, including the obligation to designate a “scientific integrity officer”, one of whose missions, considered as exclusive, is to investigate alerts on research misconducts, understood as deviations from certain values and principles that must govern research activities, including in managing and personal relationships. The law also requires doctors at the end of their thesis defense to take an oath by committing to respect the requirements of research integrity, thus making this notion the guiding principle both of the conduct of any research activity but also of the individual behavior of each doctor.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Intégrité scientifique, Référent à l’intégrité scientifique, Manquement à l’intégrité scientifique, Signalement

Keywords : Research integrity, Research integrity officer, Research misconduct, Whistleblowing


Plan


© 2023  Société française d'anesthésie et de réanimation (Sfar). Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 9 - N° 5-6

P. 428-433 - novembre 2023 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Règlementation pour la recherche clinique en France en 2023
  • Shanice Roriz, Elisabeth Toulouse, Marylène Bacle, Sophie Granier, Loubna Elotmani, Audrey Ambert, Valérie Billard, Virginie Rage Andrieu, Morgan Grit, Yann Gricourt
| Article suivant Article suivant
  • Les journaux prédateurs en anesthésie-réanimation : les connaître pour les éviter
  • Abdellah Darraz, Youssef Motiaa, Es-saad Ounci, Mohammed Aabdi, Smael Labib, Hicham Sbai

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.


Tout le contenu de ce site: Copyright © 2024 Elsevier, ses concédants de licence et ses contributeurs. Tout les droits sont réservés, y compris ceux relatifs à l'exploration de textes et de données, a la formation en IA et aux technologies similaires. Pour tout contenu en libre accès, les conditions de licence Creative Commons s'appliquent.