S'abonner

Changes in suicide-related tweets before and during the COVID-19 pandemic in France: The importance of social media monitoring in public health prediction - 01/12/23

Changements dans les tweets liés au suicide avant et pendant la pandémie de COVID-19 en France : l’importance de la surveillance des médias sociaux dans la prédiction de la santé publique

Doi : 10.1016/j.encep.2023.09.006 
Jeanne Jerpan a, f, Véronique Moriceau b, Alexandrine Salis a, f, Remy Klein c, f, François Olivier d, f, Juliette Salles e, f,
a Department of Psychiatry, CHU de Toulouse, University Hospital of Toulouse, Toulouse, France 
b IRIT, université de Toulouse, CNRS, Toulouse INP, UT3, Toulouse, France 
c Union sanitaire et sociale Aude Pyrénées (USSAP), Limoux, France 
d Centre Hospitalier de Montauban, Montauban, France 
e Department of Psychiatry, Infinity (Toulouse Institute for Infectious and Inflammatory Diseases), Inserm UMR1291, CNRS UMR5051, CHU de Toulouse, University Hospital of Toulouse, Université Toulouse III, Toulouse, France 
f Fédération Régionale de Recherche en Psychiatrie et santé mentale Occitanie, FERREPSY Occitanie, France 

Corresponding author. Department of Psychiatry, Toulouse Purpan University Hospital, Toulouse, France.Department of Psychiatry, Toulouse Purpan University HospitalToulouseFrance

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le Friday 01 December 2023

Abstract

Introduction

The COVID-19 pandemic impacted mental health, as demonstrated by numerous studies. In recent years, especially during the pandemic, the use of social networks, including Twitter, increased. This suggests that this media could help with mental health monitoring, as attested by previous studies.

Method

We conducted a multidisciplinary study on French tweets that were posted between January 1, 2019, and December 31, 2021. We selected the tweets via the Twitter API (Application Programming Interface) using five keywords relating to suicide: want to die, suicidal ideation, commit suicide, suicidal, and suicide attempt. A word frequency analysis was performed, and the data were compared with the number of emergency visits for suicidal ideation before and during the COVID-19 pandemic as recorded by the French national suicide observatory.

Results

We observed that 189,005 tweets were related to suicide in 2019, 261,993 in 2020 (+38.62% of that observed in 2019), and 301,177 in 2021 (+59.35% of that observed in 2019). We also observed an increase in the number of tweets containing control words in 2020 (+30.07% of that observed in 2019), but in 2021, the number almost fell back to the level of that in 2019 (+5.96% of that observed in 2019). Furthermore, the difference between both ratios (of suicide-related tweets and of tweets containing control words) was most significant during the third lockdown. The change in the number of suicide-related tweets followed a curve that overlapped with the change in the number of emergency visits following suicidal ideations, as reported by the French national suicide observatory. In conclusion, Twitter can be an adequate and reliable tool for screening for suicidal ideation in the general population.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Introduction

La pandémie de COVID-19 a eu un impact sur la santé mentale comme le démontrent de nombreuses études. De manière générale, les études n’ont démontré aucune augmentation significative du nombre d’idées suicidaires, ce qui semble contredire les observations faites aux urgences. Cependant, ces études se sont concentrées principalement sur les premiers mois de la pandémie et ont utilisé des méthodes de collecte traditionnelles telles que des questionnaires. Ces dernières années, et notamment pendant la pandémie, l’utilisation des réseaux sociaux, dont Twitter, s’est accrue. Cela suggère que ce média pourrait aider à la surveillance de la santé mentale comme l’attestent des études antérieures.

Objectif

Dans cette recherche, notre objectif était d’analyser l’évolution des tweets français liés aux idées suicidaires en France sur une période comprise entre 2019 et 2021, et de comparer nos résultats aux données officielles de l’Observatoire national du suicide.

Méthode

Cette étude multidisciplinaire impliquant des psychiatres et un informaticien expert, a été menée sur des tweets français postés du 1er janvier 2019 au 31 décembre 2021, et sélectionnés via l’API Twitter (Application Programming Interface) à l’aide de cinq mots-clés relatifs au suicide : envie de mourir, idées suicidaires, se suicider, suicidaire and tentative de suicide. Une analyse de la fréquence des mots a été réalisée et les données ont été comparées au nombre de visites aux urgences pour idées suicidaires avant et pendant la pandémie de COVID-19 enregistrées par l’Observatoire national du suicide.

Résultats

Nous avons observé une augmentation du nombre de tweets liés au suicide entre 2019 et 2021. En effet, 189 005 tweets étaient liés au suicide en 2019, 261 993 en 2020 (+38,62 % pour 2019), et 301 177 en 2021 (+59,35 % par rapport à 2019). Nous avons également observé une augmentation du nombre de tweets contenant des mots de contrôle en 2020 par rapport à 2019 (+30,07 % par rapport à 2019), mais pour 2021 le nombre revient quasiment au niveau de 2019 (+5,96 % par rapport à 2019). Une comparaison du ratio de tweets liés au suicide (tweets contenant des mots de contrôle) postés pendant chaque période de confinement et de tous les tweets liés au suicide (tous les tweets contenant des mots de contrôle) postés pendant toute l’année correspondante, a montré que le ratio au cours de la deuxième période de confinement était le plus élevé. De plus, une comparaison de la différence entre ces deux ratios (pour les tweets liés au suicide et pour les tweets contenant des mots de contrôle) a montré qu’il était le plus significatif lors du 3e confinement. Enfin, lorsque nos données ont été comparées à celles de l’Observatoire national du suicide, nous avons constaté que l’évolution du nombre de tweets suicidaires suivait une courbe qui se superposait à l’évolution du nombre de passages aux urgences pour idées suicidaires. En conclusion, Twitter pourrait être un outil de dépistage adéquat et fiable des idées suicidaires dans la population générale en plus d’un outil plus traditionnel.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : COVID-19, Suicidal ideation, Social networks, Longitudinal study, Public health

Mots clés : COVID-19, Idées suicidaires, Réseaux sociaux, Étude longitudinale, Santé publique

Abbreviations : API, ED, OSCOUR, PCR


Plan


© 2023  L'Encéphale, Paris. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.


Tout le contenu de ce site: Copyright © 2024 Elsevier, ses concédants de licence et ses contributeurs. Tout les droits sont réservés, y compris ceux relatifs à l'exploration de textes et de données, a la formation en IA et aux technologies similaires. Pour tout contenu en libre accès, les conditions de licence Creative Commons s'appliquent.