Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Devenir des patients présentant un rhumatisme inflammatoire débutant non classable - 30/05/08

Jacques Morel a, Marie-Christine Legouffe a, Marie-Cécile Bozonnat b, Jacques Sany a, Jean-François Eliaou c, Jean-Pierre Daurès b, Bernard Combe a
a Fédération de rhumatologie, hôpital Lapeyronie, 34295 Montpellier cedex 5, France 
b institut universitaire de recherche clinique, Montpellier, France 
c laboratoire d'immunologie, hôpital Saint-Eloi, Montpellier, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 6
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectif. Étudier le devenir de patients vus pour un rhumatisme inflammatoire périphérique évoluant depuis moins d'un an, ne répondant pas aux critères de classification des rhumatismes définis : polyarthrite rhumatoïde (PR), spondylarthropathie (SpA), connectivite, pseudo-polyarthrite rhizomélique. Méthodes. Quarantetrois patients (10 hommes, 33 femmes), atteints cliniquement de rhumatisme inflammatoire inclassable débutant, d'âge moyen 50 ans (21–74) ont eu une évaluation clinique et biologique à l'inclusion et lors du suivi (de 14 à 60 mois après). Résultats. Lors de la visite d'inclusion, pour 16 des 43 patients, une présomption diagnostique pouvait être proposée sur des données cliniques. Lors de la visite de suivi, les diagnostics retenus sont : 7 rhumatismes inflammatoires inclassables, 18 PR bénignes, 2 rhumatismes psoriasiques, 2 syndromes de Gougerot-Sjögren, 1 lupus, 1 syndrome paranéoplasique. Douze patients n'ont plus de rhumatisme inflammatoire (3 arthroses, 9 sont totalement asymptomatiques). La présence initiale de facteur rhumatoïde, de l'allèle HLA DRB104 et la présomption clinique de PR sont des éléments prédictifs d'évolution vers une PR certaine. Conclusion. Le suivi de ces patients permet de diagnostiquer un rhumatisme inflammatoire défini dans 55 % des cas dont une PR dans 42 % des cas. Il s'agit toujours d'une forme bénigne. Vingt-huit % des patients n'ont plus de rhumatisme inflammatoire. Certaines données cliniques, biologiques et génétiques peuvent aider le clinicien à prédire l'évolution ultérieure.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Objective. To determine outcomes in patients with onset within the last year of peripheral inflammatory arthritis that does not meet classification criteria for any specific disease. Methods. Symptoms and laboratory tests were evaluated at baseline and 14 to 60 months later in 43 patients, 32 women and 11 men, with a mean age of 50 years. Results. At baseline, a presumptive clinical diagnosis was made in 16 of the 43 patients. Diagnoses at last follow-up were undifferentiated inflammatory arthritis in seven cases, mild rheumatoid arthritis in 18, psoriatic arthritis in two, Sjögren's syndrome in two, lupus in one, and paraneoplastic syndrome in one. The remaining 12 patients were free of inflammatory joint symptoms; three had symptoms of osteoarthritis and nine were asymptomatic. Factors present at baseline and predictive of progression to definite rheumatoid arthritis were a positive test for rheumatoid factor, presence of an HLA DRB104 allele, and a presumptive clinical diagnosis of rheumatoid arthritis. Conclusion. 55% of our patients developed a specific inflammatory joint disease, and 42% developed rheumatoid arthritis, which was consistently mild. Resolution of all inflammatory joint symptoms occurred in 28% of cases. A number of clinical, laboratory, and genetic findings of use for predicting the outcome of undifferentiated arthritis were identified.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clé : polyarthrite rhumatoïde / rhumatismes inflammatoires non classables

Keywords : rheumatoid arthritis / undifferenciated arthritis


Plan

Plan indisponible

© 2000  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 67 - N° 1

P. 58-63 - janvier 2000 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Phénotype MDR-I de multirésistance aux traitements de fond dans les maladies rhumatismales auto-immunes : Deuxième partie : une activité accrue de la P-glycoprotéine lymphocytaire semble s'accompagner de besoins plus importants en glucocorticoïdes dans le lupus érythémateux disséminé
  • Alejandro Díaz-Borjón, Yyvonne Richaud-Patin, Claudia Alvarado-de la Barrera, Juan Jakez-Ocampo, Alejadro Ruiz-Argüelles, Luis Llorente
| Article suivant Article suivant
  • Informations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.