Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Comment prescrire les bêtabloquants chez l’insuffisant cardiaque âgé̊? - 03/06/08

Doi : 10.1016/j.lpm.2008.02.011 
Michel Galinier 1, , Jean-Paul Emeriau 2
1 Pôle cardiovasculaire et métabolique, CHU de Toulouse, Hôpital Rangueil TSA 50032, F-31509 Toulouse Cedex 9, France 
2 Service de médecine interne gériatrie, CHU de Bordeaux, Hôpital Xavier-Arnozan, F-33604 Pessac Cedex, France 

Michel Galinier, Pôle cardiovasculaire et métabolique, CHU de Toulouse, Hôpital Rangueil TSA 50032, F-31509 Toulouse Cedex 9, France. Tél.̊: +33 5 61 32 26 61

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 8
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 0

Points essentiels

Les bêtabloquants demeurent sous-utilisés chez l’insuffisant cardiaque âgé.

L’âge élevé n’est pas une contre-indication à l’emploi des bêtabloquants.

L’étude SENIORS a confirmé l’efficacité et la bonne tolérance des bêtabloquants chez l’insuffisant cardiaque âgé quelle que soit la valeur de la fraction d’éjection.

Le risque d’effets indésirables étant plus fréquent et plus grave chez les personnes âgées, les protocoles de prescription doivent être strictement appliqués.

Les bêtabloquants doivent être débutés chez des patients en stade II ou III de la NYHA stable, à distance d’au moins 1 mois d’une décompensation.

La posologie initiale de bêtabloquant doit être la plus faible possible (1.25mg/j pour le bisoprolol et le nébivolol).

L’augmentation des doses doit être très progressive et des paliers supérieurs à 15 jours peuvent être nécessaires.

L’objectif demeure d’atteindre la dose cible (10mg/j pour le bisoprolol et le nébivolol), un effet dose-réponse existant pour le bénéfice des bêtabloquants chez les insuffisants cardiaques âgés.

En cas d’hypotension, il faut diminuer ou arrêter les traitements hypotenseurs associés (dérivés nitrés, inhibiteurs calciques, etc.), puis éventuellement réduire la posologie de diurétique et enfin si nécessaire la dose de bêtabloquant.

En cas de bradycardie, il faut diminuer ou arrêter les traitements bradycardisants associés (digoxine, amiodarone, etc.), puis éventuellement réduire la posologie de bêtabloquant.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Key points

Beta blockers remain underused in elderly patients with heart failure.

Age is not a contraindication to beta blockers.

The SENIORS study confirmed that beta blockers are both efficacious and well tolerated in elderly people with heart failure, regardless of their ejection fraction.

Because adverse effects may be both more frequent and more serious in the elderly, prescription protocols must be strictly applied.

Patients in stable NYHA stages II or III may begin beta blocker treatment, at least 1 month after any decompensation.

The initial dose must be as low as possible (1.25mg/d for bisoprolol and nebivolol).

Doses must be increased very progressively and stages longer than 15 days may be necessary.

The objective is to reach the target dose (10mg/d for bisoprolol and nebivolol), given the dose-response effect that exists for beta blockers in elderly people with heart failure.

In the case of low blood pressure, antihypertensive treatments must be reduced or stopped (for example, nitrate derivatives or calcium channel blockers). A reduction in the dosage of any diuretic dosage and finally of the beta blocker may follow, if necessary.

Should bradycardia occur, any anti-bradycardia treatments (such as digoxin or amiodarone) must be reduced or stopped before the beta blocker dosage is reduced.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2008  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 37 - N° 6P2

P. 1047-1054 - juin 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Perspectives thérapeutiques dans l’artériopathie des membres inférieurs : thérapie génique et cellulaire
  • Elisa Pasqualoni, Emmanuel Messas, Jean-Noël Fiessinger, Joseph Emmerich
| Article suivant Article suivant
  • Nouveaux antiagrégants plaquettaires
  • Anne Bellemain, Jean-Philippe Collet, Gilles Montalescot

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.