S'abonner

Parcours clinique et paraclinique de l’enfant suspect de maltraitance et influence sur le signalement - 25/02/24

Child abuse: The impact of the clinical presentation and imaging findings on the physician's notification of the authorities

Doi : 10.1016/j.banm.2023.10.006 
Olivier Jardé a, , Florian Manoeuvrier b, Cécile Manaouil a, Richard Gouron c, Patrick Berquin d, Pierre Tourneux a, b, c, d, e, Céline Klein c
a Department of Forensic Medicine, University of Picardie Jules Verne and Amiens Picardie University Hospital, Amiens, France 
b Paediatric Intensive Care Unit, Amiens University Hospital, Amiens, France 
c Department of Pediatric Orthopaedics, University of Picardie Jules Verne and Amiens Picardie University Hospital, Amiens, France 
d Department of Pediatric Neurology, University of Picardie Jules Verne and Amiens Picardie University Hospital, Amiens, France 
e PériTox Laboratory UMR_I 01, UFR de Medicine, University of Picardie Jules Verne, Amiens, France 

Auteur correspondant. Service de médecine légale et sociale, CHU d’Amiens Picardie, 1, rond point du professeur Cabrol, 80054 Amiens, France.Service de médecine légale et sociale, CHU d’Amiens Picardie1, rond point du professeur CabrolAmiens80054France

Résumé

La maltraitance physique concerne 4 % à 20 % des enfants par an. Il existe un défaut diagnostic des situations de maltraitance. L’objectif principal était de déterminer l’influence de facteurs cliniques et paracliniques dans la prise en charge de l’enfant maltraité. Il s’agit d’une étude rétrospective sur le CHU d’Amiens des patients de moins de 3ans suspects de maltraitance, hospitalisés entre le 01/12/2013 et le 01/04/2019. Les données cliniques et paracliniques ont été recueillies dans le dossier médical. Nous avons inclus 126 enfants avec un âge moyen 7,7 mois (0,4–33 mois). Une symptomatologie neurologique (OR IC95 % : 5,5 [1,3–23,4]) ou orthopédique (OR IC95 % : 6,0 [1,0–35,4]) étaient significativement liées à la réalisation d’un signalement. Un résultat compatible avec des lésions de maltraitance à l’IRMc (OR IC95 % : 7,3 [3,2–16,7]), à la scintigraphie osseuse (OR IC95 % : 11,0 [1,3–90,2]) et au fond d’œil (OR IC95 % : 9,1 [2,5–33,3]) était significativement lié à la réalisation d’un signalement. La prise en charge par des services peu qualifiés dans la prise en charge des situations de maltraitance est un facteur de risque de non réalisation des examens complémentaires adéquats nécessaires au diagnostic. La maltraitance infantile est un diagnostic difficile et sa prise en charge fait appel à des connaissances et des compétences médicales spécialisées. Le recours aux différents examens complémentaires est essentiel au diagnostic et fait appels à un travail en équipe spécialisée. Cependant, il ne faut pas oublier que certains signes cliniques non spécifiques peuvent dans certains cas être liés à une maltraitance.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

The annual incidence of physical child abuse is 4% to 20%. Notification of suspected child abuse to the authorities is a public health issue. The main objective was to identify the clinical signs and paraclinical factors that prompted physicians to notify the authorities of suspected child abuse. This is a retrospective cohort study at the Amiens University Hospital. We included suspected victims of child abuse under the age of 3 admitted to a pediatric unit between 01/12/2013 and 01/04/2019. Clinical data and imaging findings were retrospectively collected from the medical records and then univariate analyses were performed. We included 126 children with a mean age of 7.7 months (0.4–33 months). Notification was more likely when the child presented with neurological signs (OR [95%CI] 5.5 [1.3–23.4]) and orthopedic symptoms (OR [95%CI]: 6.0 [1.0–35.4]). With regard to imaging data, suggestive findings in cMRI (OR [95%CI]: 7.3 [3.2–16.7]), bone scintigraphy (OR [95%CI]: 11.0 [1.3–90.2]) and fundus examination (OR [95%CI]: 9.1 [2.5–33.3]) were significantly associated with the notification of suspected child abuse. Compared to the highly trained units, basic trained units had an increased risk to break the guidelines with no cMRI (OR: 10.0 95%CI [3.8–26.3]), no skeletal survey (OR: 19.0 95%CI [6.0–60.6]), no bone scintigraphy (OR: 24.6 95%CI [8.5–70.8]), no fundus (OR: 13.6 95%CI [5.1–35.8]) and no social assessment (OR: 9.9 95%CI [4.1–24.1]). Child abuse is a difficult diagnosis and its management requires advanced medical knowledge and skills. The use of complementary examinations is essential to the diagnosis and requires specialized team works. It would seem interesting to set up a medico-social protocol containing the national guidelines. However, we must not forget that some non-specific clinical signs can in certain cases be linked to abuse.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Maltraitance des enfants, Diagnostic, Imagerie diagnostique, Signes et symptômes

Keywords : Child abuse, Diagnosis, Diagnostic imaging, Signs and symptoms


Plan


 Séance du 3/10/2023.


© 2024  l'Académie nationale de médecine. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 208 - N° 3

P. 290-297 - mars 2024 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Bien-être et bientraitance des animaux
  • Jean-Luc Angot, Serge Georges Rosolen
| Article suivant Article suivant
  • Le harcèlement et les violences dans le sport : quelles stratégies de prévention ?
  • Xavier Bigard

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.


Tout le contenu de ce site: Copyright © 2024 Elsevier, ses concédants de licence et ses contributeurs. Tout les droits sont réservés, y compris ceux relatifs à l'exploration de textes et de données, a la formation en IA et aux technologies similaires. Pour tout contenu en libre accès, les conditions de licence Creative Commons s'appliquent.