Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Impact de la résistance bactérienne sur les infections graves - 03/06/08

J. Raymond , a, 1, M. Bergeret a, D. Gendrel b
a Service de microbiologie, hôpital Saint-Vincent-de-Paul, 82, avenue Denfert-Rochereau, 75014 Paris, France 
b département de pédiatrie, hôpital Saint-Vincent-de-Paul, 82, avenue Denfert-Rochereau, 75014 Paris, France 

Correspondance.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 8
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Depuis de nombreuses années la fréquence des résistances bactériennes n'a cessé d'augmenter tant pour les bactéries communautaires que pour les bactéries nosocomiales chez lesquelles une multirésistance est souvent retrouvée. Ces résistances sont-elles associées à une plus grande mortalité et morbidité ? En ce qui concerne les bactéries communautaires, les pneumocoques de sensibilité diminuée à la pénicilline ne sont ni plus ni moins virulents que les souches sensibles. Excepté chez le patient immunodéprimé, les signes cliniques et l'issue de la maladie (pneumonie, bactériémie ou méningite) ne sont pas dépendants de la résistance à son niveau actuel. Seul un traitement mal adapté à des doses insuffisantes est responsable d'un échec. L'adaptation de l'antibiothérapie empirique a permis d'éviter une augmentation de la mortalité. Il en est de même à ce jour pour le méningocoque pour lequel 32 à 50 % des souches présentent une sensibilité diminuée à la pénicilline. Parmi les bactéries multirésistantes impliquées dans les infections nosocomiales, Staphylococcus aureus résistant à la méticilline a été le plus étudié. En unité de soins intensifs, les porteurs de Staphylococcus aureus résistant à la méticilline sont à haut risque de bactériémie mais la survenue d'une bactériémie n'aggrave pas le pronostic vital. Après ajustement des facteurs de risque, la résistance à la méticilline n'a pas un impact significatif sur la mortalité aussi bien pour les bactériémies que pour les pneumopathies. L'impact de la résistance sur l'issue des infections à bacilles à Gram négatif et à entérocoque résistant aux glycopeptides est encore discuté. Aucune étude statistiquement irréprochable n'est venue démontrer leur responsabilité. La mortalité est toujours reliée à la gravité de la maladie sous-jacente : les groupes à risque sont les transplantés, les neutropéniques et les patients en unités de soins intensifs. C'est pourquoi des mesures de prévention doivent être appliquées pour éviter la dissémination de ces bactéries multirésistantes. La pression de sélection doit être diminuée au maximum tant pour les bactéries communautaires qu'hospitalières.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Since many years, the antimicrobial resistance increases as well as for community-acquired as for nosocomial infections. Antibiotic-resistant pneumococci are neither more nor less virulent susceptible strains. Except for immunocompromised patients, the outcome of penicillin-resistant pneumococcal infections have been similar to those in patients who are infected by susceptible ones. Current levels of S. pneumoniae resistance to penicillin and cephalosporin are not associated to an increase in mortality in children with meningitis if adequate doses of antibiotics are given. Because empiric therapy has changed, antibiotic resistance has not been associated with increased mortality. This statement can be extended to Meningococcus, for which 32 to 50 % of the strains have a decreased susceptibility to penicillin. For nosocomial infections, S. aureus is the main studied pathogen. Several studies report that in patients with severe diseases (bacteremia or pneumonia) methicillin resistance of S. aureus had no significant impact on patient outcome after adjustement for different confounders. The main risk factor for mortality is the severe underlying diseases rather than the resistance as well for methicillin -resistant S.aureus, as for vancomycin resistant enterococci, Klebsiella with extended spectrum beta lactamase and Enterobacters. Recommendations for controlling epidemiologic surveillance, using barrier precautions and limiting the use of antibiotics as well in the hospital as in the community must be undertaken.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clé : infection / résistance aux antibiotiques

Keywords : antibiotics / resistance / bacterial infections / child


Plan

Plan indisponible

© 2001  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 8 - N° S4

P. 697-704 - janvier 2001 Retour au numéro

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.