S'abonner

P11 - Pathologies des enfants en France métropolitaine, en 2018, à partir des données du SNDS et association avec le désavantage social - 10/05/24

Doi : 10.1016/j.jeph.2024.202451 
J. Pergeline 1, 2, , T. Lesuffleur 1, A. Rachas 1, P. Tuppin 1
1 Caisse nationale de l'assurance maladie, Direction de la stratégie, des études et des statistiques, Paris, France 
2 Hôpital Robert Debré, Unité d'épidémiologie clinique, Paris, France 

Auteur correspondant

Résumé

Introduction

Au 1er janvier 2019, la France métropolitaine comptait 13,9 millions de mineurs. Un rapport de la Cour des comptes de 2021, mettait en avant les difficultés à caractériser la santé des enfants par manque d'informations régulières. De plus, des associations existent entre les mauvaises conditions socio-économiques, y compris au plus jeune âge, et une moins bonne santé, physique et mentale. Les objectifs de cette étude observationnelle étaient de décrire les maladies prises en charge par une affection longue durée (ALD) ou lors d'une hospitalisation selon l’âge et le niveau de défavorisation.

Méthodes

Cette étude, réalisée à partir des données du Système national des données de santé, portait sur les individus de moins de 18 ans au 31/12/2018, vivant en France métropolitaine avec au moins un remboursement par l'Assurance maladie en 2018. Les informations des individus ont été incluses sur un an depuis le premier jour du mois d'anniversaire en 2018. Nous avons étudié la prévalence des ALD, la fréquence des diagnostics d'hospitalisations et d'hospitalisations potentiellement évitables en regard de leur motif, d'après une liste de 24 pathologies établie par une étude néo-zélandaise. Deux marqueurs de défavorisation ont été retenus : l'indice de défavorisation de la commune de résidence (FDep) et l'affiliation à la CMUc. Les prévalences des pathologies en fonction de la défavorisation ont été standardisées sur l’âge et le sexe en utilisant la population totale comme population de référence. Des ratios ont été calculés pour comparer les individus avec ou sans CMUc (rCMUc/Non) et les individus vivant dans les communes les plus défavorisées et les moins défavorisées (rQ5/Q1).

Résultats

Nous avons inclus 13,2 millions d'individus, l’âge médian était de 9 ans et 51,2 % étaient des garçons. La répartition selon les quintiles du FDep était homogène et 17,5 % des individus étaient bénéficiaires de la CMUc. La prévalence des ALD était de 4 %. Parmi les 10 ALD les plus fréquentes, 6 étaient des troubles mentaux et du comportement, la plus fréquente étant les troubles envahissants du développement (0,5%). La prévalence des ALD augmentait selon la défavorisation sociale (rQ5/Q1=1,44, rCMUc/Non=1,61) avec des ratios proches de 2 pour les ALD psychiatriques. Sur une période d'un an, 9 % des enfants avaient été hospitalisés avec comme diagnostics les plus fréquents les maladies digestives (comprenant les pathologies dentaires) et respiratoires. Le recours aux soins hospitaliers était plus fréquent chez les enfants défavorisés (rQ5/Q1=1,20, rCMUc/Non=1,24). Les tumeurs (bénignes ou malignes) étaient le motif d'une hospitalisation pour 1,5% de l'ensemble des enfants hospitalisés dans l'année mais de façon moins fréquente parmi les enfants défavorisés (rQ5/Q1=0,76, rCMUc/Non=0,75). Parmi l'ensemble des hospitalisations réalisées par les enfants de 0 à 10 ans dans notre étude, plus d'un quart étaient considérées comme potentiellement évitables. Cette proportion augmentait légèrement avec la défavorisation (rQ5/Q1=1,15, rCMUc/Non=1,06).

Conclusion

Cette étude suggère l'existence de nombreuses associations entre la défavorisation et les pathologies chroniques et les hospitalisations notamment évitables. Les associations avec les pathologies mentales étaient particulièrement fortes. On retrouve également dans la littérature internationale des éléments en faveur d'une association entre le niveau socio-économique pendant l'enfance et les troubles psychiatriques.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Enfants, Adolescents, Pathologies, Inégalités sociales, SNDS



© 2024  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 72 - N° S2

Article 202451- mai 2024 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • P10 - Projet DEEPSARC - De l'appariement à la recherche de données dans le SNDS, exemple d'une base de données nationale sur les sarcomes : NETSARC+
  • V. Thevenet, E. Drezen, C. Chemin-Airiau, A. Happe, JY. Blay, E. Oger, N. Huchet
| Article suivant Article suivant
  • P12 - Algorithme d'identification des patients atteints d'Hémoglobinurie paroxystique nocturne (HPN) à partir des données du PMSI
  • R. Peffault de Latour, L. Chillotti, S. Bénard, J. Vercruyssen, N. Grandfils, ML. Bellais, S. Pibre, D. Pau

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.


Tout le contenu de ce site: Copyright © 2024 Elsevier, ses concédants de licence et ses contributeurs. Tout les droits sont réservés, y compris ceux relatifs à l'exploration de textes et de données, a la formation en IA et aux technologies similaires. Pour tout contenu en libre accès, les conditions de licence Creative Commons s'appliquent.