S'abonner

P72 - Automédication par les médicaments modernes chez les femmes enceintes de l'Afrique - Revue systématique et méta-analyse - 10/05/24

Doi : 10.1016/j.jeph.2024.202512 
A. Bouqoufi 1, , L. Lahlou 1, F. Ait El Hadj 1, S. Boujraf 2, R. Razine 3, R. Abouqal 3, Y. Khabbal 1
1 Laboratory of innovation research in health sciences, therapeutic innovation, Translational research and epidemiology. Faculty of Medicine and Pharmacy Ibn Zohr University, Agadir, Morocco 
2 Clinical Neurosciences Laboratory, Faculty of Medicine, Sidi Mohamed Ben Abdellah University, Fez, Morocco 
3 Laboraoty of epidemiology and clinical research, Faculty of Medicine and Pharmacy, University Mohamed V, Rabat, Morocco 

Auteur correspondant

Résumé

Introduction

L'automédication peut être définie comme « l'acte du sujet, de consommer de sa propre initiative un médicament sans consulter un médecin, et que le médicament soit déjà en sa possession ou qu'il se le procure dans une pharmacie ou auprès d'une autre personne » [1]. C'est une pratique très répandue, et la majorité des médicaments consommés par la population sont vendus sans ordonnance médicale [2]. L'objectif de notre étude était d'estimer la prévalence de l'automédication chez les femmes enceintes africaines par une revue systématique et une méta-analyse des études publiées sur l'automédication durant la grossesse.

Méthodes

Nous avons effectué une recherche bibliographique exhaustive dans les bases de données Pubmed, Science direct, Google Scholar et Web of Science afin d'identifier les études pertinentes disponibles de janvier 2011 au décembre 2021. Nous avons utilisé le logiciel Covidence pour sélectionner toutes les études pertinentes. Les données couvraient l'auteur, pays, année de publication, taille de l’échantillon, âge des participantes, prévalence de l'automédication ont été extraites et rassemblées dans un tableau Excel. La prévalence poolée a été calculée par un modèle à effet aléatoire. L'hétérogénéité des études a été évalué par test Q de Cochrane et l'indice de I2. Une analyse des sous-groupes a été faite. Le logiciel R a été utilisé pour l'analyse statistique et l'analyse de biais de publication a été réalisé par test de begg egger.

Résultats

Au total, 26 études sont éligibles. Onze études ont été menées en Éthiopie, six au Nigeria, trois au Congo, deux au Cameron et Ghana et une étude en Afrique du Sud et Tanzanie. La taille totale de l'échantillon analysé comprenait 11 783 femmes enceintes. La prévalence poolée de l'automédication en Afrique était de 43,34 % avec Intervalle de confiance (34,19; 52,97). Le test I2 a révélé une forte hétérogénéité statistiquement significative de 99 %. Les résultats de l'analyse en sous-groupes est basée sur le niveau de revenu, la qualité de l'étude de publication et la taille de l’échantillon. L'hétérogénéité, évaluée par le test statistique I2 était élevée, statistiquement significative pour toutes les analyses en sous-groupes et allant de 96 % à 99 %. Le graphique en entonnoir a montré qu'il existait une possibilité de biais de publication avec une P-value hautement significative.

Conclusion

Nous recommandons que les professionnels de la santé envisagent de mettre en place des programmes sur les risques de l'automédication, et de renforcer le contrôle et la surveillance de la vente libre de médicaments.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Automédication, Femmes enceintes, Afrique, Santé reproductive, Méta analyse



© 2024  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 72 - N° S2

Article 202512- mai 2024 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • P71 - Application de ChatGPT dans la réalisation des revues systématiques - Une nouvelle approche dans l'utilisation de l'intelligence artificielle dans la recherche scientifique
  • A. Ouarhim, EA. Bouaiti, K. Ennibi
| Article suivant Article suivant
  • P73 - Méta-analyse des consommations de substances psychoactives chez les jeunes NEET (« Not in Employment, Education or Training »)
  • C. Eyraud, C. Collin, C. Alberti, A. Dumas, P. Martin, E. Le Roux

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.


Tout le contenu de ce site: Copyright © 2024 Elsevier, ses concédants de licence et ses contributeurs. Tout les droits sont réservés, y compris ceux relatifs à l'exploration de textes et de données, a la formation en IA et aux technologies similaires. Pour tout contenu en libre accès, les conditions de licence Creative Commons s'appliquent.