S'abonner

CO2.5 - Impact sur la survie à long terme d'un allongement du délai global de prise en charge chez les femmes atteintes d'un cancer du sein en France - 10/05/24

Doi : 10.1016/j.jeph.2024.202406 
A. Blanc-Lapierre 1, 2, , S. Delacour 2, 4, M. Duval 2, S. Ayrault-Piault 2, 4, JS. Frenel 5, A. CowppliBony 2, 3, 4, , F. Monilié 2, 3, 4,
1 Institut de cancérologie de l'Ouest, Département Promotion de la recherche clinique, Saint Herblain, France 
2 Registre des cancers de Loire-Atlantique et Vendée, Nantes, France 
3 Inserm-Université Toulouse III Paul Sabatier, UMR 1295 CERPOP, Toulouse, France 
4 Réseau français des registres de cancers Francim, Toulouse, France 
5 Institut de cancérologie de l'Ouest, Département d'oncologie médicale, Saint Herblain, France 

Auteurs correspondants

Résumé

Introduction

La question de l'impact d'un allongement du délai global de prise en charge (délai entre la 1ère image suspecte et le 1er traitement) sur la survie des patientes atteintes de cancer du sein fait encore débat. L'objectif de cette étude était d'estimer l'impact d'un délai important sur la survie à long terme.

Méthodes

Une étude en population générale a été menée par les registres de cancers français (Francim) sur un échantillon aléatoire de 2104 femmes, représentatives des femmes résidant dans les départements couverts par un registre et ayant été diagnostiquées d'un cancer du sein primitif invasif non métastatique en 2003. Le délai global de prise en charge a été binarisé par une méthode de détermination des seuils optimaux. Les taux de survie brute et nette 10 ans après le diagnostic ont été estimés par les méthodes de Kaplan-Meier et de Pohar-Perme respectivement. L'impact du délai global sur la survie brute et sur la survie nette à 10 ans a été modélisé respectivement par des modèles multivariables de Cox et de Nelson.

Résultats

Le délai global de prise en charge médian était de 34 jours. La durée médiane de suivi était de 15 ans. Les patientes avec un délai ≤52 jours avaient des taux de survie à 10 ans meilleurs que celles avec un délai global >52 jours (survie brute : 79 % [IC 95% : 77 %-81 %] versus 75 % [IC 95% : 70 %-79 %], survie nette : 88 % [IC 95% : 84 %-91 %] versus 86 % [IC 95% : 78 %-91 %]). Les différences de survie à 10 ans augmentaient avec le stade au diagnostic et le grade SBR, et devenaient significatives pour les cancers de stade III (survie brute : 59 % versus 29 %, p<0,01) et les cancers de grade SBR 3 (survie brute : 70 % versus 47 %, p<0,01). Après ajustement sur les facteurs pronostiques connus (âge, stade, grade SBR, statut hormonal, comorbidités), les femmes avec un délai global

>52 jours avaient des survies brute et nette à 10 ans diminuées de 24 % (p=0,14) et 89 % (p<0,01) respectivement par rapport aux autres. L'impact d'un délai allongé sur la survie était particulièrement marqué pour les cancers de grade SBR 3, pour lesquels on observait des Hazard Ratios de 1,96 (Cox) et 2,62 (Nelson).

Conclusion

Un allongement du délai global de prise en charge au-delà de 52 jours a un impact délétère sur la survie à long terme des patientes atteintes d'un cancer du sein. Ce délai de 52 jours reste cependant supérieur au seuil recommandé de six semaines.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Cancer du sein, Survie, Délai de prise en charge, Population générale



© 2024  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 72 - N° S2

Article 202406- mai 2024 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • CO2.4 - Modèle multi-états pour l'estimation du meilleur timing de contrôle scannographique de progression du cancer du sein métastatique
  • M. Saad, FC. Bidard, F. Berger, A. Latouche
| Article suivant Article suivant
  • CO3.1 - Développement et validation d'algorithmes d'identification de patients atteints de lupus érythémateux et de ses sous-types systémique et cutané au sein de l'Entrepôt de données de santé de l'Assistance publique des Hôpitaux de Paris
  • A. Teboul, A. Rozes, C. Gérardin, F. Tubach, F. Chasset

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.


Tout le contenu de ce site: Copyright © 2024 Elsevier, ses concédants de licence et ses contributeurs. Tout les droits sont réservés, y compris ceux relatifs à l'exploration de textes et de données, a la formation en IA et aux technologies similaires. Pour tout contenu en libre accès, les conditions de licence Creative Commons s'appliquent.