Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Intérêt de la recherche du papillomavirus humain (HPV) dans le suivi post-conisation des CIN2–3 : À propos de 386 cas - 03/06/08

Doi : 10.1016/j.jgyn.2007.12.012 
D. Riethmuller a, , C. Gabelle a, R. Ramanah a, J.-L. Sautière a, J.-L. Prétet b, J.-P. Schaal c, B. Kantelip d, C. Mougin b, R. Maillet a
a Service de gynécologie–obstétrique, CHU Saint-Jacques, 2, place Saint-Jacques, 25000 Besançon, France 
b Service de biologie moléculaire, CHU Jean-Minjoz, Besançon, France 
c Service de gynécologie–obstétrique, CHU de Grenoble, France 
d Service d’anatomie pathologique, CHU Jean-Minjoz, Besançon, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

Les lésions cervical intraepithelial neoplasia (CIN) 2+ représentent des anomalies précancéreuses vraies, même si certaines d’entre elles vont guérir spontanément. Cette progression potentielle fait que leur prise en charge est basée sur la chirurgie d’exérèse qui amène à la guérison de ces lésions intraépithéliales dans la grande majorité des cas. Toutefois les femmes sont, malgré ce traitement considéré comme efficace, plus exposées au risque de cancer invasif du col utérin et c’est pour cette raison qu’un suivi spécifique est préconisé afin de dépister les lésions résiduelles (traitement incomplet) et les récidives (reprise du processus lésionnel après traitement complet). Le problème de cette surveillance est le caractère imparfait des outils utilisés pour ce dépistage appliquée à une population à haut risque de cancer. Ces lésions sont dues aux papillomavirus humains à haut risque (HPV HR) et il n’y a pas de progression lésionnelle sans HPV. Par conséquent, un test viral devrait pouvoir participer à la caractérisation d’une sous-population de femmes conisées particulièrement à risque.

Matériel et méthodes

Nous avons étudié sur une série rétrospective de 386 conisations réalisées dans un même centre sur une période de 80 mois, l’apport du test HPV (Hybrid Capture 2®) dans le suivi post-thérapeutique des CIN2+.

Résultats

La positivité en HPV de trois à six mois post-conisation était de 22,5 %. La sensibilité du test HPV pour le dépistage des lésions résiduelles et des récidives a été de 100 %, celle de la cytologie était de 72 % alors que celle de l’analyse histologique des berges n’atteignait que 67 %. La valeur prédictive négative d’un test HPV négatif associé à une cytologie normale était de 100 %.

Discussion

Le test HPV, par sa pertinence, optimise la surveillance postopératoire et aboutit à une sélection rapide et efficace du sous-groupe réellement à risque d’invasion qui représente moins d’une patiente sur trois, et de rassurer les autres. En effet, en cas de négativité, son association à une cytologie normale présente une valeur prédictive négative proche de 100 % ce qui permet d’espacer l’intervalle entre deux dépistages et de retourner rapidement dans un suivi de routine.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

Cervical intraepithelial neoplasia (CIN) 2 and CIN3 lesions clearly represent precancerous states even if some of them would heal spontaneously. Management is based on surgical excision of part of the uterine cervix because such lesions can potentially progress into carcinomas. In most cases, this treatment leads to the cure of intraepithelial lesions. However, even after such an efficient treatment, theses patients are still at a higher risk of developing an invasive cervical cancer. That is why guidelines recommend a specific follow-up in order to screen for residual disease (incomplete excision) or for recurrences (after a complete excision). The actual problem in the follow-up strategy lies in the screening tools in use – cervical smears and colposcopy – whose sensitivities are low and hence, not quite sufficient when applied to a high risk population. These intraepithelial lesions are due to high risk human papillomaviruses (HPV) and there cannot be any lesion progression without HPV. Consequently, a viral testing would help in identifying a high risk subpopulation of women after cone loop cervical excision.

Material and methods

We studied, retrospectively, the contribution of HPV testing (Hybrid Capture 2®) in the follow-up after CIN2–3 treatment in 386 cone loop cervical excisions performed at a single centre during 80 months.

Results

Between three to six months follow-up after surgery, HPV remained present in 22.5% cases. The sensitivity of HPV testing in the screening for residual lesions or for recurrences was 100%, that of cervical smears cytology was 72%, whereas that of the pathological analysis of margins reached only 67%. The negative predictive value of a negative HPV detection associated with a normal cytology was 100%.

Discussion

Owing to its clinical relevance, HPV testing optimises postoperative follow-up and leads to the rapid and efficient selection of a subgroup, representing less than one upon three patients who are really at risk of an invasive lesion and to wholly reassure the others. Indeed, a negative HPV testing, associated with a normal cervical cytology, obtained after surgery correspond to a negative predictive value of almost 100% and this allows us to increase the time-interval between two screenings and to rapidly place the patient in a routine follow-up.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : CIN, HPV, Conisation, Colposcopie

Keywords : CIN, HPV, Colposcopy, Cervical excision


Plan


© 2008  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 37 - N° 4

P. 329-337 - juin 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Durée des efforts expulsifs : données de la littérature
  • C. Le Ray, F. Audibert
| Article suivant Article suivant
  • Prévention des troubles coronaires par le traitement hormonal précoce à la ménopause : une idée qui s’impose à nouveau
  • U. Gaspard

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.