Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Prévention des infections bactériennes néonatales précoces à streptocoque B : L’expérience du CHRU de Lille en 2005 - 03/06/08

Doi : 10.1016/j.jgyn.2007.12.002 
C. Thibaudon Baveux a, A. Stroebel Noguer a, I. Boulard Mallet a, M. Djavadzadeh-Amini a, N. Kacet b, P. Truffert b, D. Subtil c, J.-P. Dubos a,
a Pédiatrie en maternité, hôpital Jeanne-de-Flandre, centre hospitalier régional universitaire de Lille, 59037 Lille cedex, France 
b Pole de médecine néonatale, France 
c Pole d’obstétrique, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

But

Étudier l’application des recommandations officielles sur la prévention des infections bactériennes néonatales précoces à streptocoque B et l’impact de cette stratégie.

Matériels et méthodes

Étude prospective en 2005. Tous les enfants nés vivants à l’hôpital Jeanne-de-Flandre (CHRU de Lille) sont inclus ainsi que leurs mères. Les données récoltées concernaient la grossesse (prélèvement vaginal, antibiothérapie pré- et perpartum) et l’enfant (indemne, colonisation et infection bactérienne néonatale précoce).

Résultats

Notre étude a inclus 4353 couples mères–enfants. Un prélèvement vaginal a été réalisé chez 92 % des femmes incluses. La prévalence du portage vaginal du streptocoque B est de 7 %. Une antibioprophylaxie perpartum du streptocoque B a été réalisée chez 12 % des femmes incluses. Le streptocoque B est responsable de 60 % des infections bactériennes néonatales précoces probables et certaines avec une incidence de 9/1000 naissances. L’exposition à une antibiothérapie anténatale multiplie par deux le risque de résistance à l’ampicilline des bacilles Gram négatif (RR=2 [1,1–3,8]).

Conclusion

Les recommandations sont bien appliquées, mais dans notre centre, le streptocoque B reste le principal responsable des infections bactériennes néonatales précoces. Le risque de sélection microbienne devrait conduire à préférer une antibioprophylaxie plus ciblée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Objectives

To study the efficiency of the official recommendations on the prevention of group B streptococcus and the impact of this strategy.

Materials and methods

A prospective study was realized in 2005. All infants who were live-born at the Jeanne-de-Flandre hospital (Lille, France) and their mothers were included in the study. Data concerned both pregnancy (vaginal screening, intrapartum antibiotic) and newborn (safe, colonization and early-onset neonatal bacterial disease).

Results

Our study included 4353 mother-newborn couples. Vaginal screening was performed on 92% of the women included in the study. Prevalence of vaginal group B streptococcus in screened women was 7%. Perpartum antibioprophylaxia of group B streptococcus was achieved in 12% of the women included in the study. Group B streptococcus was associated to 60% of probable and certain early-onset bacterial neonatal diseases, with an incidence of 9/1000 births. Exposition to antenatal antibiotherapy multiplied by two the risk of ampicillin resistant Gram-negative bacilli (RR=2 [1.1–3.8]).

Conclusion

Recommendations were well followed, but in our health center group, B streptococcus was the main bacteria responsible for early-onset bacterial neonatal diseases. Because of the risk of germ selection, a more targeted antibioprophylaxia has to be preferred.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Infection néonatale précoce, Streptocoque B, Antibioprophylaxie, Résistance bactérienne

Keywords : Early-onset bacterial neonatal diseases, Group B streptococcus, Antibioprophylaxia, Bacterial resistance


Plan


© 2007  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 37 - N° 4

P. 392-399 - juin 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Évaluation de l’amniocentèse au troisième trimestre pour le dépistage des anomalies chromosomiques chez les patientes n’acceptant pas le risque de perte fœtale
  • O. Picone, F. Fuchs, M.-V. Sénat, S. Brisset, G. Tachdjian, F. Audibert, H. Fernandez, R. Frydman
| Article suivant Article suivant
  • Quelle activité professionnelle envisagent les internes en gynécologie-obstétrique en 2006 ? Résultats d’une enquête nationale
  • B. Dedet, X. Carcopino, J. Nizard

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.