Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Quelle activité professionnelle envisagent les internes en gynécologie-obstétrique en 2006 ? Résultats d’une enquête nationale - 03/06/08

Doi : 10.1016/j.jgyn.2008.02.005 
B. Dedet a, X. Carcopino b, c, , J. Nizard d
a Service de gynécologie et obstétrique, hôpital Jeanne-de-Flandre, 2, avenue Oscar-Lambret, 59037 Lille cedex, France 
b AGOF, 9, route de la Goulée, 95510 Villers-en-Arthies, France 
c Service de gynécologie-obstétrique, hôpital du Nord, chemin des Bourrellys, 13915 Marseille cedex 20, France 
d CHI de Poissy-St-Germain-en-Laye, Poissy, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

But

Évaluer quel postinternat et quel type d’installation et d’activité professionnelle envisagent les internes inscrits au Diplôme d’études spécialisées (DES) de gynécologie-obstétrique (GO).

Matériels et méthodes

Une enquête nationale par questionnaire anonyme a été réalisée auprès des 909DES de GO pendant l’année universitaire 2005–2006.

Résultats

Le taux de réponse était de 34,5 %. La quasi-totalité (96,5 %) des DES de GO qui a répondu souhaite faire un postinternat. Seulement 55,6 % d’entre eux pensent pouvoir y accéder. Au total, 78,7 % des internes souhaitent pratiquer l’obstétrique, 66,9 % la chirurgie gynécologique, 41,4 % l’échographie et le diagnostic anténatal, 34,1 % la gynécologie médicale, 28 % l’oncologie gynécologique et 23,6 % la procréation médicalement assistée. Une carrière hospitalière exclusive est envisagée par 51,6 % des internes, dont 45,1 % en centre hospitalo-universitaire, 54,9 % en hôpital général. Une carrière libérale exclusive est envisagée par 8,9 % des internes et 47,7 % envisagent avoir une activité mixte couplant une activité libérale avec des vacations hospitalières.

Conclusion

Les DES de GO souhaitent d’avoir une activité clinique future polyvalente principalement hospitalière dans laquelle l’obstétrique garde la première place.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Objective

To survey French trainees in obstetrics and gynaecology on the type of short and long-term professional activity they wish to have following specialisation.

Material and methods

A questionnaire was sent to the 909 trainees in obstetrics and gynaecology during the academic year 2005–2006.

Results

Answer rate was 34.5%. Almost all trainees (96.5%) wish to have a two-year hospital position before applying for consultant or beginning a private practice. Only 55.6% of these trainees think this option realistic. Overall, 78.7% of trainees wish to continue practicing obstetrics, 66.9% surgery, 41.4% ultrasound screening or prenatal diagnosis, 34.1% office gynaecology, 28% oncogynaecology and 23.6% assisted medical procreation. An exclusive public hospital position was desired by 51.6% of trainees, with 45.1% in academic hospitals and 54.9% in non academic hospitals. Exclusive private practice was desired by 8.9% of trainees and 47.7% wish a private practice with a part-time public hospital position.

Conclusion

Actual trainees in obstetrics and gynaecology see their future practice as polyvalent, mostly in public hospitals and including for most at least obstetrics.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Postinternat, Diplôme d’études spécialisées, Gynécologie-obstérique

Keywords : Obstetrics and gynaecology, Long-term professional activity, Specialisation


Plan


© 2008  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 37 - N° 4

P. 400-408 - juin 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Prévention des infections bactériennes néonatales précoces à streptocoque B : L’expérience du CHRU de Lille en 2005
  • C. Thibaudon Baveux, A. Stroebel Noguer, I. Boulard Mallet, M. Djavadzadeh-Amini, N. Kacet, P. Truffert, D. Subtil, J.-P. Dubos
| Article suivant Article suivant
  • Lymphome malin non Hodgkinien primitif du corps utérin. À propos d’un cas et revue de la littérature
  • F. Leung, R. Ramanah, F. Arbez Gindre, B. Kantelip, R. Maillet, D. Riethmuller

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.