Médecine

Paramédical

Autres domaines


Place des filtres caves dans le traitement de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients cancéreux - 04/06/08

Doi : 10.1016/j.patbio.2008.03.002 
P. Mismetti , K. Rivron-Guillot, N. Moulin
Unité de recherche clinique, d’innovation et de pharmacologie EA 3065, CIE 3, service de médecine interne et thérapeutique et thérapeutique, CHU de Saint-Étienne, 42055 Saint-Étienne cedex 02, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 4
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Malgré une littérature abondante, il n’existe aujourd’hui qu’un seul essai randomisé ayant évalué les filtres caves dans le traitement de la maladie thromboembolique veineuse (MTEV). Cette étude ayant montré un effet bénéfique précoce (les trois premiers mois) sur le risque d’embolie pulmonaire (EP), mais un effet délétère tardif au-delà du sixième sur le risque de récidive de la thrombose veineuse profonde (TVP) et notamment de thrombose cave, les recommandations internationales sont contre une utilisation systématique des filtres caves en prévention secondaire de la MTEV, grade 1A. Il est seulement suggéré de mettre en place un filtre cave en cas de récidive sous traitement anticoagulant optimal ou en cas de contre-indication à un traitement anticoagulant grade 2C. Or ces deux situations sont fréquentes en cas de MTEV associée au cancer puisque le risque de récidive sous traitement optimal (héparine de bas poids moléculaire [HBPM]) est d’environ 5 à 10 % et le risque hémorragique majeur est également estimé entre 5 et 10 %. Il faut noter que les récidives de MTEV sont fréquemment précoces (le premier mois de traitement) et que les contre-indications résultant de complications hémorragiques sont le plus souvent temporaires. Dans ces conditions les filtres caves retirables, (retrait possible jusqu’au sixième mois après la pose pour certains d’entre eux) semblent utiles afin de couvrir la période à risque thromboembolique et de ne pas exposer les patients à un risque de thrombose cave. Cependant, la mise en place de ces filtres n’est pas dénué de risque (bascule, migration, infectieuse…) et en l’absence de validation rigoureuse, ils restent une option thérapeutique en cours d’évaluation.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Despite numerous publications, there is still only one randomised clinical trial with vena cava filter in the treatment of venous thrombembolism (VTE). This study has shown a potential and early benefit on the risk of pulmonary embolism (PE) (the first three months) but a late negative effect on the risk of deep vein thrombosis (DVT) recurrences (beyond the sixth month) especially on the risk of filter thrombosis. Consequenttly, the international recommendations are against a systematic use of vena cava filter to treat VTE (garde 1A) and they suggest to use them in case of a recurrence despite adequate treatment or in case of a contra-indication to anticoagulants (grade 2C). But these two conditions are frequent with VTE associated with cancer since, the risk of VTE recurrences is about 5 to 10% despite prolonged low-molecular-weight heparins (LMWH) treatment and the major bleeding risk is also about 5 to 10% in this case.These VTE recurrences are frequently early (first month of treatment) and contra-indications to anticoagulants due to major bleeding are mostly temporary. In this way, retrievable vena cava filters (possible retrieval until six months after placement) could be useful in order, to prevent recurrences during the thromboembolic risk period without any prolonged increasing risk of vena cava thrombosis. However, vena cava filters could be associated with some complications (tilt, migration sepsis…). So without any strong validation, they have still to be considered as a therapeutic strategy needing to be evaluated especially in cancer patient.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Embolie pulmonaire, Thrombose veineuse profonde, Filtre cave, Cancer, Héparines

Keywords : Pulmonary embolism, Deep vein thrombosis, Vena cava filter, Cancer, Heparins


Plan


© 2008  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 56 - N° 4

P. 229-232 - juin 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Traitement de la maladie thromboembolique veineuse chez le cancéreux
  • D. Farge-Bancel, L. Florea, L. Bosquet, P. Debourdeau
| Article suivant Article suivant
  • Les anticoagulants allongent-ils la survie des patients cancéreux ?
  • G. Meyer

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.