Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Hypertonie oculaire aiguë tardive compliquant une rétinopathie de la prématurité - 19/06/08

Doi : JFO-05-2008-31-5-0181-5512-101019-200803436 

C. Faure,

G. Caputo,

J.-A. Sahel,

M. Paques

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Hypertonie oculaire aiguë tardive compliquant une rétinopathie de la prématurité

Introduction : Nous présentons le cas d’une hypertonie oculaire aiguë apparue plusieurs décennies après le traitement d’une rétinopathie de la prématurité.

Observation : Une femme, âgée de 54 ans, ancienne prématurée, présenta des douleurs oculaires unilatérales en rapport avec une hypertonie oculaire. L’examen du segment antérieur montrait une dilatation des vaisseaux iriens évoquant une rubéose irienne. L’examen du fond d’œil était peu contributif en raison des troubles des milieux cornéens et cristalliniens. L’échographie ne mit pas en évidence d’anomalies. Le fond d’œil adelphe montrait une attraction temporale des vaisseaux évoquant une rétinopathie des prématurés au stade cicatriciel. Dans l’hypothèse d’un glaucome néovasculaire, une cryoapplication transclérale associée à une cyclodestruction fut réalisée, permettant le contrôle tensionnel. Après résolution de l’œdème de cornée, l’examen révéla un angle iridocornéen synéchié sur 360°, mais sans néovaisseau visible, au fond d’œil une attraction des vaisseaux temporaux avec des cicatrices de photocoagulation périphérique similaire à celle de l’œil controlatéral. Le mécanisme retenu pour expliquer l’hypertonie oculaire fut une fermeture de l’angle irido-cornéen sur séquelles fibreuses dans un contexte de rétinopathie de la prématurité. La vision est restée réduite aux mouvements de la main.

Conclusion : La rétinopathie de la prématurité peut tardivement se compliquer d’hypertonie oculaire aiguë par synéchies irido-cornéennes. Le diagnostic différentiel avec un glaucome néovasculaire est difficile en raison de la dilatation pseudo-rubéotique de la collerette irienne présente dans les stades plus des rétinopathies de la prématurité. Ce cas rappelle que les patients ayant eu une rétinopathie de la prématurité peuvent présenter des complications oculaires très tardives.

Abstract

Retinopathy of prematurity complicated by late glaucoma: a case report

Introduction: We report the case of an acute rise in intraocular pressure occurring decades after the treatment for prematurity (ROP).

Case report: A 54-year-old preterm woman presented an acute rise in intraocular pressure in her right amblyopic eye. Prominent dilatation of iridal vessels was noted. Fundus was not visible at that time because of corneal edema. Ocular echography was normal. The fellow eye showed temporal attraction of temporal vessels suggestive of retinopathy of prematurity at the cicatricial stage. Neovascular glaucoma was postulated and pressure control was obtained after cyclodestruction and transscleral cryoapplication. After resolution of corneal edema, fundus examination revealed extensive peripheral retinal photocoagulation scars. Iridocorneal angle presented extensive iridocorneal synechias without true new vessels. Visual acuity remained limited to hand motion.

Conclusion: Prominent iris dilatation seen in some preterm patients can mimic rubeosis, and, in the present case, mislead to a diagnosis of neovascular glaucoma. Diagnosis can be difficult if the patient is not specifically asked for a history of prematurity. The case underlines the notion that ROP patients may present very late complications of the disease.


Mots clés : Rétinopathie des prématurés , glaucome à angle fermé , rubéose irienne

Keywords: Retinopathy of prematurity , angle-closure glaucoma , rubeosis


Plan



© 2008 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 31 - N° 5

P. 535-537 - mai 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Fonte purulente de la cornée secondaire à une infection à Fusarium oxysporum polyrésistant favorisée par une corticothérapie topique
  • A. Sauer, F. Abry, B. Lhermitte, E. Candolfi, C. Speeg-Schatz, T. Bourcier
| Article suivant Article suivant
  • Dégénérescence maculaire liée à l’âge exsudative : efficacité et limites des différents traitements
  • M. Berdugo Polak, F. Behar-Cohen

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.