Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Chirurgie du cancer de l'oesophage : controverses actuelles - 01/01/03

Doi : 10.1016/S0003-3944(03)00122-6 

P.  Thomas a * ,  P.  Acri a ,  C.  Doddoli a ,  B.  D'journo a ,  D.  Trousse a ,  P.  Michelet b ,  B.  Chetaille c ,  L.  Papazian d ,  M.  Giovannini e ,  J.F.  Seitz f ,  R.  Giudicelli a ,  P.  Fuentes a *Auteur correspondant.

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Toute tentative de définir le rôle actuel de la chirurgie du cancer de l'oesophage doit intégrer les changements spectaculaires auxquels nous avons assisté au cours des 2 dernières décennies : changements épidémiologiques avec l'émergence d'un type histologique prédominant, amélioration considérable des méthodes d'évaluation préthérapeutique, réduction spectaculaire de la mortalité opératoire, standardisation des principes de la chirurgie oncologique focalisée sur le caractère complet de l'exérèse et développement de stratégies thérapeutiques multidisciplinaires. La chirurgie conserve toujours un rôle central dans le traitement de cancer de l'oesophage. Elle doit être réalisée par des chirurgiens expérimentés dans des établissements dédiés. La chirurgie radicale, c'est-à-dire l'oesophagectomie monobloc avec curage 2 champs, est le traitement chirurgical de référence des patients à faible risque ayant une tumeur de topographie sous-carinaire. Les traitements d'induction ont le potentiel d'augmenter les chances de guérison. Le rapport risque/bénéfice de telles stratégies multidisciplinaires est probablement optimal en cas des tumeurs de stades précoces. Pour les tumeurs localement avancées, particulièrement celles localisées dans le médiastin supérieur et le cou, une prise en charge médicale exclusive est une possible alternative à la chirurgie. Cependant, la chirurgie reste une option à même d'assurer au mieux le contrôle local de la maladie et une palliation optimale de la dysphagie. Dans cette optique palliative, les abords minimalement invasifs comme l'oesophagectomie transhiatale et la vidéochirurgie ont probablement une place de choix, en particulier chez les patients ayant substantiellement répondu à un traitement d'induction. Les tumeurs développées à proximité de la jonction pharyngo-oesophagienne sont l'indication de choix d'une radiochimiothérapie à visée curative. Cependant, la chirurgie de sauvetage, en cas de non réponse ou de récidive, garde une place chez des malades hautement sélectionnés.

Mots clés  : Cancer de l'oesophage ; Chirurgie ; Traitements combinés.

Abstract

Any attempt to define the present role of surgery in the treatment of oesophageal cancer should integrate the dramatic changes that occurred within this disease over the last 2 decades: major shift in the histologic type of tumours, improved staging methods, spectacular reduction of operative risks, standardization of oncologic principles focusing on the completeness of resection, and development of multimodality therapeutic strategies. Surgery has still a pivotal role. Esophagectomy should be performed by trained surgeons in high-volume institutions. Radical surgery with en-bloc resection and 2 fields lymphadenectomy, should be encouraged in low-risk patients with subcarinal tumors. Although multimodality treatment strategy is commonly applied for locally advanced disease, few data support its superiority over surgical resection alone, followed by adjuvant therapy when appropriate. One may thus hypothesize that the risk/benefit ratio of such strategies is probably optimal in case of early stage tumors, and future studies may further clarify this issue. Conversely, locally advanced tumors, particularily those located in the upper mediastinum and the neck, may be managed alternatively without surgery. However, surgery remains an important tool to ensure optimal palliation of dysphagia, to achieve local control, and finally to improve quality of life. In that way, video-assisted techniques and/or trans hiatal approaches aiming to minimize the surgical insult may have a place in the treatment of patients who have substantially responded to induction therapy. Tumors located close to the pharyngo-oesophageal junction are best managed with chemotherapy and radiotherapy. Finally, salvage surgery may be considered in highly selected patients in case of non-response or local relapse without distant metastases.

Mots clés  : Oesophageal cancer ; Surgery ; Combined modalities.

Plan



© 2003  Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés.

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 128 - N° 6

P. 351-358 - juillet 2003 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Traitement des cancers coliques en occlusion
  • B. Millat
| Article suivant Article suivant
  • Prothèse métallique expansive dans le traitement palliatif des occlusions colorectales malignes : risque de perforation
  • R. Scurtu, A. Barrier, T. André, S. Houry, M. Huguier

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.