Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Lésions liées à l'intubation oro- et nasotrachéale et aux techniques alternatives : lèvres, cavités buccale et nasales, pharynx, larynx, trachée, oesophage - 01/01/03

Doi : 10.1016/S0750-7658(03)00163-1 

J.  Lacau Saint Guily a ,  D.  Boisson-Bertrand b * ,  P.  Monnier c *Auteur correspondant.

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 16
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Les lésions induites par l'intubation oro- et nasotrachéale s'étagent des lèvres à la trachée. Une dysphagie supérieure à 48 h justifie une laryngoscopie indirecte, surtout lorsque s'associent odynophagie et otalgie dans la crainte d'une luxation aryténoïdienne. La gravité fonctionnelle potentielle des lésions laryngées post-intubation incite à utiliser la plus petite sonde compatible. L'association douleur, crépitation cervicale, fièvre suggère une plaie pharyngée nécessitant la suspension de toute alimentation orale et une antibiothérapie anti-anaérobie en attendant une éventuelle intervention. Il n'existe pas d'argument pour recommander le recours systématique à une protection dentaire lors de toute intubation. La recherche préanesthésique par l'interrogatoire de notion de fragilité dentaire est recommandée. Les traumatismes des fosses nasales sont réduits par un méchage narinaire anesthésiant et vasoconstricteur, préparant l'introduction d'une sonde de petit calibre souple, lubrifiée. Le masque laryngé induit plus fréquemment des maux de gorge que des traumatismes aigus néanmoins plus graves. L'introduction selon la technique classique d'un masque de taille appropriée (F : 4/ H : 5), dont le ballonnet est gonflé, autorisant une fuite à une pression d'insufflation de 20 cm H2O, réduit leur fréquence. Les lésions dues au masque facial résultaient surtout de son utilisation prolongée. L'inhalation bronchique, liée à l'action pharmacologique des drogues, l'augmentation de pression abdominale, l'urgence ou l'intubation difficile est diminuée lors de l'intubation trachéale par la manoeuvre de Sellick, l'induction rapide et la neutralisation de l'acidité gastrique. Une technique de pose du masque laryngé rigoureuse, une anesthésie adaptée, une vigilance particulière lors de la décurarisation ou des changements de position, un réveil calme, sont les meilleurs garants d'une utilisation sans problème, à moins que le Proseal ne modifie prochainement cette opinion.

Mots clés  : Voie aérienne ; Masque laryngé ; Tube laryngé.

Abstract

Dysphagia of greater than 48h duration is an indication for indirect laryngoscopy and when odynophagia and otalgia occur simultaneously, the possibility of subluxation of the arytenoids demands an urgent ENT assessment. The potential seriousness of laryngeal lesions following intubation obliges us to use the smallest compatible endotracheal tube. The occurrence of pain cervical surgical emphysema and fever suggests a pharyngeal lesion necessitating the suspension of oral feeding and the initiation of antibiotic therapy with anaerobic activity, while awaiting possible surgical intervention. There is no argument to use a tooth-guard for each intubation, but tooth fragility must be researched. The incidence of nasal fossa trauma is reduced with the use of nasal packs impregnated with local anaesthetic containing a vasoconstrictor. This allows the introduction of a small flexible lubricated tube. Laryngeal mask-induced sore throat is more common than the more serious injuries. The classical technique of introducing a laryngeal mask of appropriate size (4 for women, 5 for men) in which the cuff is inflated to a leak pressure of 20 cm H2O reduces this frequency. The facial mask may cause injuries especially with prolonged use. The incidence of pulmonary aspiration, linked to the action of drugs, raised intra-abdominal pressure; an emergent situation or difficult intubation is decreased with the performance of the Sellick maneuver at intubation, rapid induction and the neutralization of gastric acidity. A meticulous technique of insertion of the, individualized anaesthesia, particular vigilance at the time of decurarisation and position changes and a calm awakening assure its optimal use, unless the Proseal laryngeal mask modifies this point of view.

Mots clés  : Airway equipment ; Laryngeal mask ; Laryngeal tube.

Plan



© 2003  Publié par Elsevier Masson SAS.

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 22 - N° S1

P. 81-96 - janvier 2003 Retour au numéro

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.