PEComa”)"> PEComa”)" /> PEComa”)" />

Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Ectopic hyperprolactinaemia in a woman with a mesocolic perivascular epithelioid cell tumor (PEComa”) - 19/06/08

Doi : 10.1016/j.ando.2008.01.004 
E. Proust-Lemoine a, , V. Mitchell b, P. Deruelle c, A. Lamblin d, B. Néraud e, X. Leroy f, E. Leteurtre f, D. Dewailly g
a Service d’endocrinologie et maladies métaboliques, clinique Marc-Linquette, 6, rue du Pr-Laguesse, CHRU de Lille, 59037 Lille cedex, France 
b Laboratoire de spermiologie, hôpital Calmette, CHRU de Lille, France 
c Service de gynécologie obstétrique, hôpital Jeanne-de-Flandre, CHRU de Lille, France 
d Service de chirurgie digestive, hôpital Claude-Huriez, CHRU de Lille, France 
e Service d’endocrinologie, hôpital de Bicêtre, Le Kremlin-Bicêtre, France 
f Pôle de pathologie, centre de biologie-pathologie, CHRU de Lille, France 
g Service de gynécologie endocrinienne et de médecine de la reproduction, hôpital Jeanne-de-Flandre, CHRU de Lille, France 

Corresponding author.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Abstract

Ectopic prolactin secretion remains exceptional and originates mainly from malignant tumors. We report the case of a 47-year-old woman who presented amenorrhea leading to unravel important hyperprolactinaemia (269ng/mL) with no hypothalamo–pituitary mass on magnetic resonance imaging (MRI). Pelvic imaging revealed the presence of a large pelvic mass that originated from the mesocolon. After complete surgical extraction, histological examination was in favour of a “perivascular epithelioid cell tumor” (PEComa). Prolactin levels normalized after surgical extraction and remained normal after a 3-year follow-up, totally free of tumour recurrence and/or metastasis. This suggests that hyperprolactinaemia was most likely related to the PEComa, despite negative reactions with antiprolactin antibodies at immunohistochemistry. Alternatively to a direct prolactin secretion by the tumor, one could hypothesize that the tumour secreted a prolactin stimulating factor or a dopamine antagonist that could not be identified. In conclusion, in face of an important hyperprolactinaemia without any hypothalamic–pituitary mass, it remains important to search for an ectopic prolactin production, such as a PEComa.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Les hyperprolactinémies d’origine ectopique demeurent rarissimes, et peuvent être liées à différents types de tumeurs, de nature maligne pour la plupart. Nous rapportons ici, le cas d’une patiente de 47 ans présentant une aménorrhée secondaire liée à une hyperprolactinémie importante, sans masse hypophysaire visualisée en IRM. L’échographie abdominopelvienne a permis de découvrir une volumineuse masse pelvienne. Cette masse, développée aux dépends du mésocôlon, s’est avérée être une tumeur rarissime mésenchymateuse de type épithélioïde périvasculaire ou perivascular epithelioid cell tumor (PECome). L’hyperprolactinémie a régressé totalement après l’exérèse de la tumeur et n’est pas réapparue après un recul de trois ans. Malgré un immunomarquage négatif vis-à-vis de la prolactine, il demeure très probable que l’hyperprolactinémie était liée à cette tumeur, par un mécanisme sécrétoire direct, voire indirect (sécrétion d’un facteur stimulant la prolactine ou d’un inhibiteur dopaminergique). Cette observation rappelle qu’il est primordial de rechercher une sécrétion de prolactine d’origine ectopique en cas d’hyperprolactinémie sévère sans image hypophysaire individualisable en IRM.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Prolactin, Secretion, Ectopic, PEComa, Tumor

Mots clés : Prolactine, Sécrétion, Ectopique, PECome, Tumeur


Plan


© 2008  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 69 - N° 3

P. 240-243 - juin 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Diabète insipide central : difficultés diagnostiques
  • N. Matoussi, K. Aissa, Z. Fitouri, M. Hajji, S. Makni, I. Bellagha, S. Ben Becher
| Article suivant Article suivant
  • TSH-secreting adenoma improved with cabergoline
  • F. Mouton, F. Faivre-Defrance, C. Cortet-Rudelli, R. Assaker, G. Soto-Ares, S. Defoort-Dhellemmes, S. Blond, J.-L. Wemeau, M.-C. Vantyghem

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.