Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

SFCP-P07 – Urologie – Quelle peut être la place de l’abord scrotal seul dans les reprises chirurgicales d’abaissement testiculaire ? - 26/06/08

Doi : 10.1016/S0929-693X(08)72011-6 
J. Rod, O. Chamond, T. Petit, P. Ravasse
CHU Côte de Nacre, Caen, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectifs

La reprise chirurgicale pour abaissement testiculaire est une intervention souvent délicate, à risque pour les éléments du pédicule spermatique. La voie d’abord inguinale qui est classiquement utilisée permet une dissection haute du cordon spermatique mais l’abord du testicule par cette voie est souvent difficile. Depuis 2003 nous privilégions l’abord scrotal selon la technique de Bianchi pour ces reprises et nous souhaitons en rapporter notre expérience.

Matériels et méthodes

De Janvier 2003 à Septembre 2007 sur 16 patients ayant eu un abaissement testiculaire après chirurgie préalable inguinoscrotale nous avons relevé 14 patients opérés par voie scrotale. L’intervention était réalisée par une incision scrotale haute avec éventuelle reprise de l’incision inguinale si la libération du cordon spermatique n’était par satisfaisante par la seule voie scrotale. Ont été évalués : l’âge lors de la reprise chirurgicale, la nature des antécédents de chirurgie inguinale, le recours à un abord inguinal complémentaire, le résultat clinique (trophicité, position du testicule) avec un recul de 3 mois minimum.

Résultats

L’âge moyen des patients était de 6 ans (2 à 10 ans). Cinq avaient été opérés d’une hernie inguinale sans orchidopexie, 9 avaient eu un abaissement testiculaire pour anomalie de migration, intervention signalée difficile en raison d’un pédicule vasculaire spermatique court pour 3 d’entre eux. Dans 12 cas l’intervention a pu être réalisée par voie scrotale exclusive, un abord inguinal complémentaire a été réalisé dans 2 cas. L’examen clinique post opératoire montre un testicule en position scrotale moyenne ou basse chez 13 patients, scrotale haute dans un cas. Il n’y a eu aucune atrophie testiculaire.

Conclusions

La voie d’abord scrotale seule permet l’abaissement de la majorité des testicules après chirurgie inguinale préalable avec des résultats satisfaisants. En cas de difficulté un abord inguinal complémentaire doit bien sur être réalisé.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2008  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 15 - N° 5

P. 905 - juin 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • SFCP-P06 – Urologie – Le « Y vanishing syndrome » – présentation de 3 cas cliniques
  • D. Gorduza, C.L. Gay, D. Demède, P.Y. Mure, F. Hameury, Y. Morel, M. Forest, M. Nicolino, P. Chatelain, M. David, P. Mouriquand
| Article suivant Article suivant
  • SFCP-P08 – Chirurgie viscérale – Avaler des aimants : un pari dangereux
  • C. Raquillet, F. Guérin, H. Martelli, D. Goldszmidt, F. Gauthier, B. Wildhaber

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.