Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

SFCP-P64 – Urologie – Reflux vésico-urétéral chez l’enfant : comparaison de 2 populations - 26/06/08

Doi : 10.1016/S0929-693X(08)72068-2 
H. Coridon, E. Aubry, J. Lam-Thamh, R. Sfeir, R. Besson
Jeanne de Flandre, Lille, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

La correction chirurgicale du reflux vésico-urétéral (RVU) de l’enfant est l’intervention la plus fréquente sur les voies urinaires supérieures. Il n’a pas été défini de limite d’âge pour la réaliser. Nous avons voulu étudier l’impact de l’âge des patients opérés d’un RVU sur les suites immédiates de cette intervention.

Nous avons réalisé une étude rétrospective comparative de 2 populations d’enfants opérés d’un RVU par voie chirurgicale classique de janvier 2003 à décembre 2006,au CHRU de Lille. La première population était constituée d’enfants de moins de 1 an, opérés d’un RVU prouvé en cystographie et avec persistance de pyélonéphrites sous antibioprophylaxie. La deuxième population regroupait des enfants opérés pour la même indication mais tous d’âge supérieur à 1 an. Nous avons relevé pour chaque patient les complications post opératoires et la gravité de celle-ci, classées en 4 catégories.

Dix-huit enfants ont été opérés avant l’âge d’1 an selon la technique de Cohen uni ou bilatérale pour RVU avec persistance de pyélonéphrites sous antibioprophylaxie. La population témoin était homogène selon les critères de sexe, de type de RVU, de type d’intervention, et d’indication chirurgicale à la population étudiée.

Le taux de succès est de 98 % dans les deux populations. La comparaison des deux populations ne montrait aucune différence significative concernant les complications post opératoires. Seules la durée moyenne d’hospitalisation est significativement plus courte chez les enfants de plus de 1 an (p < 0,01).

Les résultats précoces de l’intervention anti-RVU ne semblaient pas modifiés par l’âge inférieur à 1 an. Ce facteur rallongeait uniquement la durée d’hospitalisation. Les effectifs de cette étude étaient petits, limités par la sélection de l’indication chirurgicale. Nous envisageons d’effectuer une étude plus complète afin de comparer les résultats selon les motifs qui ont posé l’indication chirurgicale.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2008  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 15 - N° 5

P. 922 - juin 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • SFCP-P63 – Chirurgie viscérale – Kyste cilié de l’intestin antérieur de diagnostic anténatal
  • F. Guérin, M. Fabre, D. Pariente, A. Laufenburger, G. De Miscault, F. Gauthier
| Article suivant Article suivant
  • SFP-01 – Urgences – La procalcitonine (PCT) en pratique quotidienne aux urgences pédiatiques
  • H. Zebiche

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.