Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

SFP-55 – Imagerie et explorations – Maltraitance physique de l’enfant : place de la scintigraphie osseuse - 26/06/08

Doi : 10.1016/S0929-693X(08)72122-5 
F. Samson 1, M. Njoya 2, E. Samson 2, M. Balençon 1, A.M. Bernard 1, L. Martrille 3, C. Treguier 1, M. Roussey 1
1 CHU, Rennes, France 
2 Université Laval, Québec, Canada 
3 CHU, Montpellier, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectif

Déterminer la place de la scintigraphie osseuse (SO) en comparaison avec les radiographies de squelette complet (RSC) dans la suspicion de maltraitance physique de l’enfant.

Population et Méthodes

Etude prospective réalisée au CHU de Rennes du 30/10/2001 au 21/06/2005 portant sur les dossiers d’enfants de moins de 8 ans suspects de maltraitance physique vus en consultation ou hospitalisés. Chaque enfant a bénéficié de RSC et d’une SO relues par 2 équipes distinctes, selon un protocole standardisé.

Résultats

Quarante-six enfants entre 1 mois et 8 ans (âge moyen = 12,7 mois, âge médian = 6 mois) ont été inclus. Associées, les RSC et la SO détectaient 22 anomalies osseuses dans 12 dossiers, dont 19 (86 %) étaient confirmées à l’issue de la prise en charge. Un test de concordance utilisant le coefficient Kappa mettait en évidence de manière significative (K = 0.58 ; p < 0,001) un accord entre la SO et les RSC pour l’identification des dossiers cliniques présentant ou non, une ou plusieurs anomalies osseuses. Le test Kappa montrait également, de manière non significative, une plus grande sensibilité de la SO pour la détection des anomalies osseuses. Les lésions osseuses étaient dans 65,2 % des cas, détectées par ces deux examens, dans 17,4 % des cas par la SO seule, dans 13 % des cas par les RSC seules et dans 4,4 % des cas par un autre examen. Concernant les performances de la SO par rapport aux RSC pour le diagnostic final, le test de dépendance de McNemar retrouve une p-value à 0,0833 (>0.05), montrant le manque de preuve pour affirmer que l’une des méthodes est plus souvent mise en défaut que l’autre.

Conclusion

Cette étude, préliminaire à un PHRC national à l’initiative du CHU de Montpellier, montre que les RSC et la SO sont complémentaires dans la suspicion de maltraitance physique de l’enfant. La plus grande sensibilité de la SO par rapport aux RSC n’a pas pu être démontrée du fait de la petite taille de l’échantillon. L’inclusion d’un nombre d’enfant plus important permettra d’affiner les données statistiques pressenties. Au vu de ces résultats préliminaires, il nous paraît pour le moment approprié de réaliser les deux examens dans le cadre d’une suspicion de maltraitance physique de l’enfant.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2008  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 15 - N° 5

P. 940 - juin 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • SFP-54 – Urgences – Prévalence des motifs dermatologiques aux urgences pédiatriques générales
  • A. Duhamel, V. Soussan, N. Kramkimel, A. Beauchet, B. Chevallier, E. Mahe
| Article suivant Article suivant
  • SFP-56 – Néphrologie – Recueil d’urines aux urgences : poche ou sondage ?
  • C. Jacot, M. Reveret, D. Brouet, P. Blanc, F. Garnier, V. Guigonis

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.