Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

SFP-P006 – Néonatalogie – Syndrome de Wolf Parkinson-White chez un nouveau-né prématuré - 26/06/08

Doi : 10.1016/S0929-693X(08)72142-0 
M.C. Djeunang, B. Zemrani, Y. Hennequin, D. Vermeylen, G. Rondia, A. Pardou
Hôpital Erasme, Bruxelles, Belgique 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Le syndrome de Wolf Parkinson-White (WPW) se définit par la présence d’un ou de plusieurs faisceaux accessoires auriculo-ventriculaire courtcircuitant la voie de conduction normale nodo-hissienne. Il en résulte une tachycardie supraventriculaire (TSV) par activation ventriculaire précoce. Il se caractérise à l’électrocardiogramme (ECG) par un intervalle PR court et une onde delta. Syndrome rare, décrit en 1930, et dont l’incidence est de 0,1 à 0,3 % avec une prédominance masculine, il peut rester très longtemps silencieux tant sur le plan clinique que de l’ECG et est de bon pronostic, mais sa dangerosité tient au risque de syncope voir de mort subite associée.

Nous rapportons le cas d’un prématuré de 31 semaines, issu d’une grossesse gémellaire (dont la jumelle est asymptomatique) et de parents consanguins. Il présente au 4e jour de vie des épisodes brefs de tachycardie, attribués initialement à une irritation du cœur par le cathéter épicutanéo-cave. Hypothèse non confirmée par échographie cardiaque (normale par ailleurs). Devant la persistance de ces incidents, un ECG va mettre en évidence un WPW. Dans un premier temps, la caféine (instaurée en raison des apnées) est supprimée avec un effet bénéfique transitoire. Des récidives d’épisodes de TSV paroxystique de plus en plus longs nécessitent des stimulations vagales et l’usage d’adénosine à deux reprises (à 0,1mg/kg), puis l’instauration d’un anti-arythmique par propranolol à 2mg/kg/j en 4 fois, avec une nette diminution puis disparition des épisodes de TSV en 10 jours. Après 18 mois de recul, l’arythmie est bien contrôlée par le propranolol.

Notre observation illustre un syndrome de Wolf Parkinson-White isolé (sans cardiopathie associée), chez un prématuré né de parents consanguins avec une anamnèse familiale négative. Il semblerait que la découverte de ce syndrome à cet âge soit très rare.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

© 2008  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 15 - N° 5

P. 947 - juin 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • SFP-P005 – Néonatalogie – Ostéogenèse imparfaite chez un prématurissime de mère insuffisante rénale
  • M.C. Djeunang, A. Pardou, Y. Hennequin, D. Vermeylen, F. Hutsebaut
| Article suivant Article suivant
  • SFP-P007 – Métabolisme – Les troubles glucidiques chez l’enfant et adolescent martiniquais obèses
  • F. Mbou, C. Benichou, S. Michaud, V. Mbou

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.