Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Sédation du patient présentant un syndrome de détresse respiratoire aiguë - 30/07/08

Doi : 10.1016/j.annfar.2008.04.013 
I. Boyadjiev, J. Albanèse
Département d’anesthésie et de réanimation, hôpital Nord, boulevard Pierre-Dramard, 13915 Marseille cedex 20, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 7
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectif

Analyser les avantages et inconvénients de la sédation et de la curarisation lors du syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) et proposer une conduite à tenir réactualisée en fonction des données récentes de la littérature.

Source des données

Recherche dans la banque de données Medline et la librairie Cochrane des articles en langue anglaise et française. Les mots clés employés séparément ou en combinaison, étaient : acute respiratory distress syndrome, acute lung injury, general anaesthetics, inhalation, intravenous anaesthetics, intensive care.

Sélection des travaux

La sélection a porté sur les articles originaux, les revues générales et les textes d’experts. Les cas cliniques ont été exclus ainsi que les lettres à la rédaction.

Synthèse des données

Le SDRA est une situation clinique où les contraintes ventilatoires sont majeures, en raison de l’importance de l’hypoxémie. Pour suppléer à la détresse respiratoire aiguë et assurer l’hématose, la ventilation mécanique est le plus souvent incontournable. Elle constitue alors l’indication la plus fréquente de la sédation en réanimation, dont les buts recherchés sont la facilitation de la ventilation artificielle et l’amélioration de l’hématose, en contrôlant l’agitation et les efforts inspiratoires et les risques de désynchronisation du patient avec le ventilateur et contribue ainsi à minimiser les lésions associées à la ventilation mécanique. Dans cette situation, la curarisation vise avant tout à faciliter la synchronisation du patient et de la machine et elle permet une amélioration de l’oxygénation surtout à la phase précoce et inflammatoire du SDRA. De très nombreux mécanismes sont évoqués pour expliquer cette amélioration de l’hématose. L’un des mécanismes de l’effet favorable d’une curarisation précoce, en plus d’une sédation profonde, sur l’oxygénation et la mécanique ventilatoires pourrait être la possibilité d’optimiser la ventilation protectrice lors de la phase précoce et inflammatoire du SDRA et ainsi de minimiser et de prévenir les lésions associées à la ventilation mécanique.

Conclusion

Compte tenu de ses avantages et ses inconvénients, la sédation est considérée dans le SDRA comme une thérapeutique à part entière. Ces objectifs sont certes le confort du patient et son adaptation au ventilateur, mais aussi la prévention des lésions associées à la ventilation mécanique. Ainsi, pour la plupart des auteurs, la sédation est le plus souvent profonde, tout au moins à la phase précoce des SDRA. Dans ce contexte, la curarisation est un adjuvant qui peut s’avérer très intéressant, lorsque la sédation s’avère insuffisante. Les bénéfices en termes de survie et de séquelles respiratoires, neuromusculaires et de qualité de survie de cette stratégie thérapeutique restent à démontrer.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Aim

To assess the role of sedation and myorelaxant agents in acute respiratory distress syndrome (ARDS) and to propose an updated management according to recent literature.

Extraction of data

From Medline and Cochrane database of English and French language articles. Keywords were: acute respiratory distress syndrome, acute lung injury, general anaesthetics, inhalation, intravenous anaesthetics and intensive care. Selection of original articles, reviews and expert reports. Case reports have been included.

Topic

ARDS is a clinical picture in which respiratory constraints are major because of hypoxemia. To insure correct haematosis, mechanical ventilation has to be considered. It constitutes, then, the most frequent indication of sedation in the intensive care unit. The objectives are to help the ventilation of lungs and to improve gas exchange, by controlling agitation, fight against ventilation and to reduce mechanical ventilation associated injuries. In this situation, use of myorelaxant agents is aimed at facilitating synchronization of the patient with his/her ventilator and serves to improve oxygenation during the early inflammatory phase of ARDS. Several mechanisms may enflame this improvement of oxygenation. One of the most probable effect on optimization is the possibility of optimize protective ventilation at the cares phase of ARDS and to reduce mechanical ventilation-associated injuries.

Conclusion

With regard to benefits and inconvenient, sedation is considered as a treatment of ARDS. Its goals are the well being of patient and his/her adaptation to ventilator, but also the prevention on mechanical ventilation associated injuries. Hence, most authors suggest using a deep sedation at the early phase of ARDS. In this contact, use of myorelaxant agent is an intersecting adjuvant if sedation is not enough. The benefit is terms of survival and outcome remains to show.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Syndrome de détresse respiratoire aiguë, Anesthésie générale, Inhalation, Anesthésie intraveineuse, Réanimation

Keywords : Acute respiratory distress syndrome, Acute lung injury, General anaesthetics, Inhalation, intravenous anaesthetics, Intensive care


Plan


 Conférence de consensus Sfar–SRLF. Sédation et analgésie en réanimation (nouveau-né exclu). Paris, 15 novembre 2007.


© 2008  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 27 - N° 7-8

P. 604-610 - juillet-août 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • La sédation-analgésie du patient cérébrolésé
  • L. Abdennour, L. Puybasset
| Article suivant Article suivant
  • Sevrage de la sédation : modalités et conséquences
  • J. Mantz

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.