Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Les traitements biologiques du cancer bronchique en 2008… et dans un futur proche - 24/09/08

Doi : RMR-10-2008-25-8-C2-01761-8425-101019-200720314 

E. Bergot [1 et 3],

G. Levallet [2 et 3],

G Zalcman [1 et 3]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Les traitements biologiques du cancer, après de multiples avatars, constituent, d’année en année, la principale avancée dans la stratégie thérapeutique des cancers bronchiques non à petites cellules (CBNPC). Il faut rappeler qu’au cours des dix dernières années, 15 essais de phase 3 d’association de nouvelle molécules à la chimiothérapie, ont randomisé 12 073 patients avec CBNPC, en première ligne de traitement, et qu’autant d’essais de phase 2 et 3 ont été réalisés en deuxième et troisième ligne. Très peu se sont avérés positifs, mais d’ores et déjà, la stratégie anti-angiogénique utilisant le bévacizumab a eu une AMM de première ligne chez des patients très sélectionnés (avec tumeurs non proximales, sans métastase cérébrale, de type non épidermoïdes), alors que l’erlotinib, inhibiteur de la tyrosine kinase (TKI) de l’EGFR, a eu une AMM en deuxième et troisième ligne de traitement en monothérapie, avec des résultats comparables à ceux des chimiothérapies. L’année 2008 voit l’émergence de nouvelles thérapeutiques ciblées avec l’anticorps monoclonal chimérique anti-EGFR, le cétuximab, en association avec la chimiothérapie en première ligne, cependant que les TKI de l’EGFR sont développés en première ligne chez des patients sélectionnés (avec mutation de l’EGFR ou FISH EGFR positif). Des TKI anti-VEGFR de nouvelle génération (plus puissants, sinon plus sélectifs) sont développés dans de nouvelles indications (traitement néoadjuvant ou adjuvant), avec des résultats prometteurs en phase 2, cependant que l’immunothérapie active anti-MAGE-A3 ou MUC-1 est développée en phase 3, et en situation adjuvante (post-chirurgicale ou post-radiothérapie), pour reproduire des résultats prometteurs de phase 2. Ainsi, en quelques années, les thérapies ciblées sont passées de l’ère de la science-fiction à notre quotidien, nous forçant d’ailleurs à apprendre à gérer de nouvelles toxicités et à sélectionner les patients sur les caractéristiques moléculaires de leur tumeur.

Abstract

Stage IV NSCLC Biological treatments of lung cancer in 2008… and in the near future

Nowadays, biological cancer treatments represent the major advance in non-small cell lung cancer therapeutic strategies. During the last decade, more than 15 randomized trials associating chemo with biological treatments, in first line setting, have included more than 12,073 NSCLC patients, and as much in phase 2-3 trials in second and third line setting. Very few were positive, but currently anti-angiogenic strategy using the humanized monoclonal antibody bevacizumab has been approved in association with chemotherapy, in first line treatment of carefully selected NSCLC patients (with non proximal tumors, without cerebral metastasis, and of non-squamous histology). On the same way, monotherapy by the EGFR tyrosine kinase inhibitor erlotinib has been approved in second and third line setting, with comparable results as chemotherapy. 2008 was the year of new targeted therapies with cetuximab, the chimeric monoclonal antibody directed against EFGR, in association with chemotherapy in first line setting, whereas EGFR TKI are also tested in first line, in patients selected on the ground of the molecular properties of their tumors (with EGFR mutation or positive EGFR FISH). New generation EGFR TKI (more potent if not more selective) are developed in new settings (neo-adjuvant or adjuvant treatment), with promising results in phase 2 trials, whereas active immunotherapy directed toward MUC1 or MAGE-A3 are tested in large phase 3 randomized trials in adjuvant setting (post-surgery or post-radiotherapy), since phase 2 results were appealing. Therefore, dring the last few years, targeted therapies quit science-fiction to enter in our current practice, leading clinicians to learn how to treat new kind of toxities and to select patients on molecular grounds.


Mots clés : Cancer bronchique non à petites cellules , Thérapeutique ciblée , EGFR , VEGF , Angiogenèse , Vaccin , MAGE-A3 , MUC1

Keywords: Non-small cell lung cancer , Targeted therapies , EGFR , VEGF , Vaccine , MAGE-A3 , MUC1


Plan



© 2008 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 25 - N° 8-C2

P. 119-126 - octobre 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Le traitement de la rechute d’un cancer bronchique non à petites cellules de stade IV
  • E. Quoix
| Article suivant Article suivant
  • Les analyses économiques des cancers bronchopulmonaires (CBP)
  • A. Vergnenègre, K. Atsou, L. Molinier, C. Chouaïd

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.