Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Champ 2. Épidémiologie (erreurs médicales et événements indésirables patients) - 13/11/08

Field 2. Epidemiology (medical errors and patient adverse events)

Doi : 10.1016/j.annfar.2008.09.008 
L. Soufir a, , Y. Auroy b
a Département d’anesthésie-réanimation postopératoire, hôpital Saint-Joseph, groupe hospitalier Paris–Saint-Joseph, 185, rue Raymond-Losserand, 75014 Paris, France 
b Département d’anesthésie-réanimation, hôpital Percy, Clamart, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 1
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

La pathologie iatrogène est un important problème d’actualité. Les réanimations sont des services à risque de survenue d’événements indésirables (EI) liés aux soins et d’erreurs médicales. L’incidence des EI en réanimation varie de 3 à 31 % selon les publications. Ces variations tiennent essentiellement à la méthodologie du recueil des données. Celle-ci est primordiale. Les indicateurs doivent être standardisés (définitions consensuelles), faciles à colliger. La méthode de recueil doit être idéalement prospective, non punitive, confidentielle, indépendante au sein d’une équipe compliante et réalisée avec la participation de différents acteurs non seulement du service mais aussi extérieurs (biologistes, pharmaciens). Les facteurs de risque des EI en réanimation sont connus : âge et scores de gravité à l’admission élevés, avec prise en charge médicale et paramédicale plus importante. Les EI sont associés à une augmentation de la morbidité des patients en réanimation sans que l’on puisse affirmer formellement un rapport de causalité. Le surcoût lié aux EI a été chiffré à 3961 dollars aux États-Unis. La mortalité des patients présentant un EI est plus élevée mais aucune étude n’a démontré à ce jour que les EI constituaient un facteur de risque indépendant de mortalité en réanimation. Certains EI sont évitables (de 28 à 84 % selon les études). L’implémentation de procédures de sécurisation (PS) est donc capitale. De nombreuses modalités souvent faciles à mettre en œuvre existent : procédures de soins, structurelles et managériales. Le développement d’une culture de sécurité dans les établissements de soins est essentiel. C’est la première étape indispensable à une meilleure compréhension des professionnels de santé et du grand public.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Iatrogenic pathology is currently a serious problem. Intensive care units (ICU) are wards with a high risk of occurrence of adverse events (AE) related to the care and medical errors. The incidence of AE in ICU varies from 3 to 31% according to the publications. These variations are mainly due to the methodology of data collection. The latter is essential. The indicators must be standardized (consensual definitions), and easily collected. The method of collection must be ideally prospective, nonpunitive, confidential, independent within a compliant team, and realized with the participation of various actors not only of the unit but also external (biologists, pharmacists). The risk factors of AE in ICU are known: old age and high severity scores at admission, with medical and nurse workload more important. AE are associated with an increased patients’ morbidity in ICU with no evident causality. The over cost related to AE in ICU was quantified to 3961 dollars in the United States. The mortality of patients with an AE is higher but no study showed to date that AE constituted an independent risk factor of mortality in ICU. Some AE are preventable (from 28 to 84% according to studies). Therefore, the implementation of procedures of security (PS) is capital. Many methods often easy to implement exist such as in care, structural and managerial procedures. The development of a safety culture in hospitals and other delivery care settings is essential. It is the first essential step in a better comprehension of the health care professionals and the public opinion.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Épidémiologie, Réanimation, Événements indésirables, Pathologie iatrogène, Erreurs médicales, Management de sécurisation

Keywords : Epidemiology, Intensive care unit, Adverse effects, Iatrogenic disease, Medical errors, Safety management


Plan


© 2008  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 27 - N° 10

P. e59-e63 - octobre 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Champ 1. Sécurisation des soins et indicateurs en réanimation : taxonomie générale
  • C. Gervais, A. Durocher
| Article suivant Article suivant
  • Champ 3. Les procédures de sécurisation structurelles et managériales
  • B. Guidet, C. Mc-Aree, J. Marty

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.