Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Ostéoradionécrose sur implants dentaires - 29/11/08

Doi : 10.1016/j.stomax.2008.07.008 
L. Ben Slama , W. Hasni, C. De Labrouhe, F. Bado, J.-C. Bertrand
Service de stomatologie et de chirurgie maxillofaciale, hôpital de la Salpêtrière, 45, boulevard de l’Hôpital, 75013 Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 5
Iconographies 11
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

L’ostéoradionécrose est une complication sévère de la radiothérapie. Un facteur déclenchant est fréquemment retrouvé. Le plus souvent, il s’agit d’un traumatisme dentaire ou chirurgical ou parodontal. Nous rapportons un cas d’ostéoradionécrose mandibulaire bilatérale. La première atteinte est apparue trois mois après la fin de l’irradiation, au niveau d’une plaque d’ostéosynthèse ; elle a été traitée par résection interruptrice. La seconde, controlatérale, est survenue sur une péri-implantite, trois ans et demi après la fin de l’irradiation. Elle s’est compliquée d’une fracture pathologique. Les implants avaient été mis en place dix ans avant la radiothérapie. Il s’agit du premier cas rapporté d’ostéoradionécrose sur implants dentaires mis en place antérieurement à l’irradiation.

Observation

Une femme âgée de 75 ans a consulté pour un carcinome épidermoïde de la joue droite étendu à la commissure intermaxillaire, la tubérosité, le voile, la jonction linguale et le vestibule jusqu’en région 45. La tumeur était classée T4 N0. Elle avait eu une réhabilitation orale implantaire, 15 et dix ans auparavant, par un implant en position 14, trois implants cylindriques et un implant lame dans le secteur prémolomolaire mandibulaire gauche. Les implants étaient ostéo-intégrés et mis en fonction. Le traitement a été une buccopharyngectomie transmandibulaire non interruptrice avec curage ganglionnaire fonctionnel droit, complétée six semaines plus tard par une irradiation de 65Gy de la cavité buccale et de l’oropharynx et de 45Gy sur les aires cervicales antérieures, postérieures et sus-claviculaires droites. Un retard de cicatrisation dans la zone d’ostéotomie mandibulaire droite était observé au cours de l’irradiation. Un premier foyer d’ostéoradionécrose sur plaque d’ostéosynthèse a été constaté à droite trois mois après la fin de l’irradiation, traité par résection mandibulaire interruptrice sans reconstruction. L’implant en position 14 a été perdu ensuite. De multiples extractions ont aboutit à une édentation maxillaire quasi totale. Trois ans et demi après la fin de l’irradiation, une péri-implantite était constatée sur un implant cylindrique en position 35, rapidement compliquée d’une ostéoradionécrose étendue à tout le secteur prémolomolaire mandibulaire gauche. L’implant lame a été déposé. Une fracture pathologique mandibulaire gauche est survenue rapidement après, traitée par curetage-séquestrectomies. L’âge et l’état locorégional n’ont pas permis une chirurgie de reconstruction. À la dernière consultation, en mai 2008, la patiente était porteuse d’une prothèse totale maxillaire. Aucune réhabilitation n’avait pu être réalisée sur le fragment résiduel mandibulaire antérieur.

Discussion

Il s’agit du premier cas publié d’ostéoradionécrose sur implants dentaires mis en place antérieurement à l’irradiation. L’irradiation est un facteur de risque d’échec implantaire. Les échecs sont relativement rares, mais imprévisibles. Il s’agit le plus souvent d’absence ou de perte d’ostéo-intégration et exceptionnellement d’ostéoradionécrose. Dans notre cas, l’ostéoradionécrose mandibulaire a été bilatérale. Le premier épisode, survenu trois mois après la fin de l’irradiation, était probablement dû au traumatisme chirurgical. Le second, controlatéral, était apparu trois ans et demi après la fin de la radiothérapie à la faveur d’une péri-implantite. Un surdosage de l’irradiation au voisinage des implants pourrait être incriminé. L’ostéoradionécrose sur péri-implantite a été caractérisée par l’absence de douleurs invalidantes et par une évolution lente aboutissant à une fracture pathologique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

Osteoradionecrosis (ORN) is a severe complication of radiation therapy (RT). A triggering factor is frequently present. It is often a dental, periodental, or surgical traumatism. We report the case of a bilateral ORN: the first lesion appeared 3months after the end of RT around the osteosynthesis plate and was treated by mandibular resection. The second lesion appeared 40months after RT on the opposite side, due to peri-implantitis. Dental implants had been inserted 10years before cancer therapy. No case of ORN in post-implantation RT had been previously reported.

Case report

A 75-year-old woman was admitted for a squamous cell carcinoma of the right cheek extending to the intermaxillary commissure, the maxillary tuberosity, the soft palate, the lingual junction, and the vestibule up to the second premolar area. There was no suspicious lymph node. She had undergone dental implant procedure 15 and 10 years before, respectively, one in the second premolar position of the right maxilla and four in the premolar and molar left mandible area. All of them were osseo-integrated and charged. A trans-mandibular buccopharyngectomy with modified radical neck dissection was performed, completed by RT. The total dose of irradiation was 65Gy in the oral cavity and 45Gy on cervical and supraclavicular areas. Delayed mucosal healing was observed on the right mandible and ORN appeared in this area 3months after the end of irradiation. Mandibular resection was necessary. Later, the right maxillary implant was lost, and multiple dental extractions were required. Forty months after RT, peri-implantitis was observed on the left side of the mandible, complicated by ORN and pathological fracture. No surgical reconstruction could be performed because of the patient’s age and state. The patient was carrying a complete removable maxillary prosthesis on latest follow-up.

Discussion

This was the first case of ORN on dental implants placed before RT. RT is a risk factor of implant failure, a relatively rare and unpredictable event. Most often, it causes implant loss and exceptionally ORN. In our case, ORN was bilateral. The first lesion was probably due to surgical trauma. The second one, on the opposite side, was caused by peri-implantitis. Irradiation overdose on the alveolar mandibular ridge, close to the implant, may have been the cause. In our case, there was no severe pain, and slow evolution led to a pathological fracture.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Implants dentaires, Péri-implantite, Ostéoradionécrose

Keywords : Dental implants, Peri-implantitis, Osteoradionecrosis


Plan


© 2008  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 109 - N° 6

P. 387-391 - décembre 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Dysplasie fibreuse mandibulaire : une forme monostotique
  • S. Boisramé-Gastrin, P. Zimmermann, P. Saint Blancard, F. Denhez
| Article suivant Article suivant
  • Commentaire de l’article « Ostéoradionécrose sur implants »
  • J. Ferri

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.