Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Faut-il encore utiliser l’étomidate ? - 02/12/08

Doi : 10.1016/j.annfar.2008.09.016 
J.-F. Payen a, , M. Vinclair a, C. Broux a, P. Faure b, O. Chabre c
a Pôle d’anesthésie-réanimation, hôpital Michallon, BP 217, 38043 Grenoble, France 
b Département de biologie intégrée, hôpital Michallon, BP 217, 38043 Grenoble, France 
c Unité d’endocrinologie, pôle DIGE-DUNE, hôpital Michallon, BP 217, 38043 Grenoble, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 5
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

L’étomidate entraîne un blocage de la fonction surrénalienne par inhibition de la synthèse des stéroïdes, principalement au niveau de l’enzyme mitochondriale 11β-hydroxylase. La réalité de cette insuffisance surrénalienne d’origine périphérique est mise en évidence par l’élévation des concentrations sanguines du composé S (ou 11-déoxycortisol), associée à une diminution de la sécrétion de cortisol. Ces deux critères ont été rarement réunis dans les études explorant l’impact de l’étomidate sur la fonction surrénalienne. Néanmoins, chez le patient de réanimation sans choc septique, ce blocage enzymatique est réversible en 48heures après injection unique d’étomidate. Bien que son retentissement sur la morbidité et la mortalité ne soit pas formellement établi, il est préférable d’éviter l’emploi d’étomidate chez les patients en sepsis grave et en choc septique. Le maintien d’une stabilité hémodynamique est essentiel chez le patient ayant un traumatisme crânien grave, objectif qui peut être atteint par une injection unique d’étomidate pour faciliter l’intubation trachéale de ces patients. L’intérêt d’une opothérapie substitutive par de faibles doses d’hydrocortisone après injection unique d’étomidate devrait être évalué aux urgences et en réanimation.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Etomidate blocks the cortisol synthesis by specifically inhibiting the activity of 11β-hydroxylase, resulting in a primary adrenal insufficiency. Therefore, a serum accumulation of 11β-deoxycortisol and a low secretion of serum cortisol must be required as diagnostic criteria to assign that adrenal impairment to the drug. These requirements have been rarely fulfilled in studies exploring the contribution of etomidate to the adrenal insufficiency despite numerous causes of adrenal derangement. In critically ill patients without sepsis, a single dose of etomidate results in a wide adrenal inhibition, reversible in 48h after etomidate administration. Although there are still uncertainties as to whether etomidate directly affects mortality and morbidity, it seems preferable to avoid the use of etomidate in patients with severe sepsis and septic shock. In patients with severe traumatic brain injury, arterial hypotension is one of major factors of poor outcome and can be prevented with the use of etomidate for facilitating tracheal intubation. Substitutive opotherapy with low doses of hydrocortisone should be assessed after a single dose of etomidate for critically ill patients.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Étomidate, Cortisol, Insuffisance surrénalienne, Réanimation

Keywords : Etomidate, Cortisol, Adrenal inhibition, ICU


Plan


© 2008  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 27 - N° 11

P. 915-919 - novembre 2008 Retour au numéro

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.