Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Candidoses invasives en réanimation : analyse des traitements antifongiques au cours de l’enquête française AmarCand - 10/12/08

Doi : 10.1016/j.annfar.2008.10.004 
O. Leroy a, , J.-P. Mira b, P. Montravers c, J.-P. Gangneux d, e, F. Gouin f, J.-P. Sollet g, J. Carlet h, J. Reynes i, M. Rosenheim j, B. Régnier k, O. Lortholary l, m

pour le groupe AmarCand1

  Voir annexe.

a Service de réanimation médicale et des maladies infectieuses, hôpital G.-Chatliez, centre hospitalier Gustave-Dron, 155, rue du Président-Coty, BP 619, 59208 Tourcoing cedex, France 
b Inserm U567, service de réanimation médicale, université Paris-V, hôpital Cochin, AP–HP, 75679 Paris cedex 14, France 
c Département d’anesthésie-réanimation chirurgicale, université Paris-VII, centre hospitalier universitaire Bichat–Claude-Bernard, AP–HP, 46, rue Henri-Huchard, 75018 Paris, France 
d Laboratoire de parasitologie-mycologie, centre hospitalier universitaire de Rennes, 35033 Rennes, France 
e Inserm U522, centre hospitalier universitaire Pontchaillou, 2, rue Henri-Le-Guilloux, 35033 Rennes, France 
f Département d’anesthésie-réanimation, hôpital de La-Timone, 264, rue Saint-Pierre, 13385 Marseille cedex 05, France 
g Service de réanimation polyvalente, centre hospitalier Victor-Dupuy, 95100 Argenteuil, France 
h Service de réanimation médicochirurgicale, groupe hospitalier Paris–Saint-Joseph, 185, rue Raymond-Losserand, 75674 Paris cedex 14, France 
i Service des maladies infectieuses et tropicales, hôpital Gui-de-Chauliac, 80, avenue Augustin-Fliche, 34295 Montpellier cedex 5, France 
j Service de santé publique, hôpital Pitié-Salpêtrière, 17–81, boulevard de l’Hôpital, 75651 Paris, France 
k Clinique de réanimation médicale et des maladies infectieuses, centre hospitalier universitaire Bichat–Claude-Bernard, AP–HP, 46, rue Henri-Huchard, 75018 Paris, France 
l Centre d’infectiologie Necker–Pasteur, service de maladies infectieuses et tropicales, université Paris-V, hôpital Necker–Enfants-Malades, AP–HP, 149, rue de Sèvres, 75743 Paris cedex 15, France 
m CNRS URA3012, centre national de référence de mycologie et antifongiques, Institut Pasteur, 209-211, rue de Vaugirard, 75015 Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 9
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectif

Analyse de la conformité des traitements antifongiques instaurés au cours de candidoses invasives en milieu de réanimation par rapport aux recommandations consensuelles françaises.

Type d’étude

Prospective, observationnelle, multicentrique française (octobre 2005–mai 2006).

Patients et méthodes

Sélection des patients présentant une candidose invasive au cours de laquelle la sensibilité des Candida sp. a été documentée. Les traitements empiriques instaurés avant la connaissance des données mycologiques et curatifs prescrits après leur connaissance ont été colligés. Leur conformité par rapport aux recommandations de la conférence de consensus de 2004 sur le traitement des candidoses invasives de l’adulte a été évaluée.

Résultats

Cent quatre-vingt-six patients ont été étudiés. Une candidose invasive liée à une ou plusieurs souches de Candida sp. résistant ou de sensibilité diminuée au fluconazole est retrouvée chez 18,3 % des patients, sans influence significative d’une exposition antérieure aux azolés. Les traitements étaient totalement conformes aux recommandations dans 47 % des cas. Les principales déviations étaient observées lorsque le traitement préconisé était l’amphotéricine B qui a quasiment disparu de l’arsenal thérapeutique en réanimation. Enfin, dans 16,9 % des épisodes de candidoses pour lesquels le fluconazole était le traitement empirique recommandé, au moins une souche de Candida résistant ou de sensibilité diminuée à ce traitement était isolée.

Conclusion

L’adhésion des réanimateurs aux recommandations de la conférence de consensus de 2004 sur la prise en charge des candidoses invasives de l’adulte a été observée pour 47 % des patients. La non-utilisation de l’amphotéricine B quelle que soit sa forme galénique doit être soulignée. L’observation d’une incidence non négligeable d’isolats de Candida de sensibilité diminuée ou résistant au fluconazole, en particulier chez les patients naïfs de toute exposition antérieure aux azolés et l’impossibilité de la prédire devraient conduire à envisager une actualisation des recommandations de 2004.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Objective

Comparison of treatments initiated during invasive candidiasis in intensive care units with current French guidelines.

Study design

Prospective, observational, French multicenter study (October 2005–May 2006).

Patients and methods

Selection of patients with Candida species identification and in vitro antifungal susceptibility determination. The empiric treatments instituted before the microbiologic documentation of infection and the curative treatments instituted after identification of the causative Candida and determination of its susceptibility were collected and compared with treatments proposed by the French clinical practice guidelines (2004) for the management of patients with invasive candidiasis.

Results

One hundred and eighty-six patients were studied. Invasive candidiasis was due to fluconazole-resistant or susceptible-dose dependent Candida in 18.3% of patients, without any significant influence of a previous treatment with azoles. Empiric and curative treatments were both in accordance with recommendations for 47% of patients. Recommendations were mainly not respected when proposed therapy was amphotericin B that disappeared from therapeutics used in ICU. Finally, 16.9% of episodes of invasive candidiasis, for which fluconazole was the recommended treatment, were due to fluconazole-resistant or susceptible-dose dependent Candida.

Conclusion

The support of French ICU physicians to current French guidelines was observed in 47% of cases. The infrequent use of amphotericin B must be emphasized. The nonnegligible incidence of fluconazole-resistant or susceptible-dose dependent Candida sp., particularly in patients without any prior exposition to azole agents, and the inability to predict this resistance should lead to propose a revision of 2004 guidelines.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Candida, Réanimation, Épidémiologie, Candidémie

Keywords : Candida, Intensive care, Epidemiology, Candidemia


Plan


© 2008  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 27 - N° 12

P. 999-1007 - décembre 2008 Retour au numéro

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.