Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Faut-il encore opérer les cancers de l’œsophage localement évolués ? - 18/12/08

Doi : 10.1016/j.canrad.2008.05.005 
C. Hennequin , L. Quero, V. Baruch-Hennequin, C. Maylin
Service de cancérologie-radiothérapie, hôpital Saint-Louis, 1, avenue Claude-Vellefeaux, 75475 Paris cedex 10, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 6
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Les résultats de la chirurgie dans les carcinomes de l’œsophage localement évolués (T3 et/ou N1) sont globalement décevants. Les résultats de la chimioradiothérapie exclusive semblent équivalents dans les séries pilotes. Deux essais randomisés ont comparé après chimioradiothérapie première, l’œsophagectomie à la poursuite de la chimioradiothérapie. Ces deux essais ont débouché sur les mêmes conclusions : pour la population globale, la chirurgie n’amène aucun bénéfice de survie. En revanche, elle s’accompagne d’une morbidité et d’une mortalité élevées. Cependant, elle améliore le taux de contrôle local, et dans certains sous-groupes, celui de survie sans récidive. Il importe donc de mieux sélectionner les patients candidats à cette chirurgie radicale. Globalement, 15 à 30 % ont après chimioradiothérapie une pièce opératoire stérilisée et ne tireront donc pas bénéfice de la chirurgie. Mais aucune technique ne peut parfaitement diagnostiquer la réponse complète. La scanographie et l’(écho-)endoscopie ont une faible sensibilité. La TEP-scan aurait une meilleure sensibilité et spécificité mais les études sont encore préliminaires et sur peu de patients. Aucun facteur de prédiction de la réponse à la chimioradiothérapie (p53, NfκB, p21…) n’est disponible. Une autre approche est de ne réserver la chirurgie qu’aux patients en situation d’échec prouvé de la chimioradiothérapie (œsophagectomie de rattrapage), mais sa faisabilité reste à démontrer. Le taux de récidive locale restant élevé après chimioradiothérapie exclusive, son optimisation est nécessaire : l’augmentation de dose de la radiothérapie n’a pas démontré son intérêt. Les protocoles actuels cherchent plus à optimiser la chimiothérapie (taxanes ou oxaliplatine) ou les thérapies ciblées.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Results of surgery in locally advanced esophageal carcinomas (T3 and/or N1) are disappointing. Concomitant chemoradiotherapy (RTCT) gave equivalent survival results in many phase II studies. Two randomized trials (French and German) compared surgery or additional RTCT after a first phase of RTCT. Both drew the same conclusions, that is surgery did not improve overall survival but increased postoperative mortality. However, local control was found better in the surgical arms, and in some subgroups, esophagectomy improved disease-free survival suggesting that some patients may benefit from surgery. After preoperative RTCT, absence of residual disease in the surgical specimen (pathological complete response) occurs in 15 to 30%; these patients underwent a radical surgery without any benefit but with high risk of morbidity and mortality. Nevertheless, it is still difficult to select this sub-population: CT-scan or endoscopy with biopsies have a low sensitivity and specificity. 18-FDG-PET-scan, performed after or during the RTCT, is able to increase sensitivity, but only preliminary results with small populations are available. No biological factor of chemoradiosensitivity (p53, NfκB, p21…) could predict who will respond or not. Another approach is to reserve surgery only to patients with a demonstrated local failure (salvage surgery) but the feasibility of this technique is still debated. Finally, local relapses are frequent after RTCT and optimisation of the current schedules is mandatory to improve oncologic results. Unfortunately, increasing the radiation dose did not improve local control and showed more toxicities. New drugs as taxanes, oxaliplatine, or targeted therapies are tested in on-going phase III trial.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Cancer de l’œsophage, Chimioradiothérapie, Œsophagectomie, TEP-scan

Keywords : Esophageal carcinoma, Chemoradiotherapy, Esophagectomy, TEP-scan


Plan


© 2008  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 12 - N° 8

P. 831-836 - décembre 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Faut-il irradier les glioblastomes chez les patients âgés ?
  • S. Lopez, S. Taillibert, A. Idbaih, J.-M. Simon, J.-J. Mazeron
| Article suivant Article suivant
  • Radiothérapie des métastases osseuses : quel est le meilleur schéma de radiothérapie ?
  • O. Pradier, M. Bouchekoua, N. Albargach, M. Muller, J.-P. Malhaire

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.