Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Sommeil et schizophrénie : une revue des données expérimentales - 25/02/09

Doi : 10.1016/S1769-4493(08)70005-0 
F. Guénolé a, , P. Domenech b, c, L. Garma d, A. Nicolas b
a Service hospitalo-universitaire de psychiatrie, Centre Esquirol, Caen 
b Unité d’exploration hypnologique, Service hospitalo-universitaire de psychiatrie, Centre hospitalier Le Vinatier, Bron 
c Centre de neuroscience cognitive, Bron 
d Fédération des pathologies du sommeil et Service du Pr J.-C.Willer, Hôpital Pitié-Salpêtrière, Paris 

Correspondance : Fabian Guénolé, Service hospitalo-universitaire de, psychiatrie, Centre Esquirol, Avenue de la Côte-de-Nacre, 14033 Caen cedex.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 9
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Le tableau clinique de la schizophrénie, la plus invalidante des pathologies psychiatriques, comporte très fréquemment des troubles du sommeil, dont la nature et l’intensité varient selon la forme clinique de la maladie et sa phase évolutive. Expérimentalement, le sommeil des schizophrènes se caractérise avant tout par un retard d’endormissement, une réduction du temps total de sommeil,une augmentation de l’éveil intrasommeil et du nombre de réveils nocturnes. Ce trouble de l’initiation et de la continuité du sommeil est maximal en phase de décompensation aiguë, mais peut aussi exister à la phase chronique de la maladie. Sur le plan architectural, plusieurs anomalies peuvent être retrouvées. Chez les schizophrènes présentant des symptômes négatifs, on observe une diminution de la durée et du pourcentage de sommeil lent profond. Les anomalies touchant le sommeil paradoxal (diminution de la durée, du taux et de la latence de sommeil paradoxal, absence de rebond de sommeil paradoxal après privation spécifique) ne concerneraient que des patients atteints de symptômes positifs sévères, en période de décompensation aiguë. Hormis le déficit de sommeil lent profond qui persiste au long cours, toutes les altérations polysomnographiques tendent à se corriger sous l’effet des médicaments antipsychotiques. Enfin, les études disponibles ne permettent pas de retenir l’existence d’un trouble endogène de la régulation du cycle veille/sommeil dans la schizophrénie, les perturbations chronobiologiques observées relevant plus probablement d’une désafférentation comportementale et de l’effet sédatif des traitements médicamenteux. De nouvelles études sont nécessaires afin de préciser les caractéristiques fondamentales de l’organisation du sommeil et de l’éveil chez les malades schizophrènes.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Schizophrenia, the most disabling of psychiatric diseases, is frequently associated with sleep disorders which nature and severity depend on the active/chronic phase and subtype of the disease. Experimentally schizophrenic patient’s sleep is characterized by an increased latency and fragmentation leading to decrease of total sleep time and sleep efficiency, which are maximal during active phases of the disease and may persist during chronic phases. Several sleep architectural abnormalities have been reported. Schizophrenic patients with negative symptoms may have a decrease in duration and proportion of slow wave sleep. REM sleep disturbances (decrease in REM sleep duration, proportion and latency and lack of rebound after REM sleep deprivation) seem to be restricted to patients presenting severe positive symptoms, during acute phases. These polysomnographic changes tend to normalize under antipsychotic medication with the exception of the deficit in slow wave sleep. Finally, we found no evidence favoring an endogenous perturbation of the wake-sleep regulation in the literature. Indeed, most of the chronobiological changes previously reported were attributable to a disruption of wake-sleep behavioral patterns and to sedative side effects of medications. Further studies are necessary to characterize more precisely the hypnologic patterns of schizophrenics.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Antipsychotiques, insomnie, polysomnographie, psychiatrie, schizophrénie, sommeil

Keywords : Antipsychotics, insomnia, polysomnography, psychiatry, schizophrenia, sleep


Plan

Plan indisponible

© 2008  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 5 - N° 17

P. 25-33 - septembre 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • L’éducation au sommeil chez l’enfant
  • F. Delormas
| Article suivant Article suivant
  • Dossier médical sommeil : un outil de partage de données L’expérience du Réseau Morphée
  • S. Royant-Parola, S. Dagneaux, S. Hartley, P. Escourrou

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.