Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Diagnostic et prise en charge des corps étrangers végétaux intra-orbitaires - 26/02/09

Doi : 10.1016/j.jfo.2008.07.001 
S. Prazeres a, , P.-V. Jacomet a, O. Galatoire a, F. Lafitte b, F. Heran b, H. Boissonet c, S. Morax a
a Service de chirurgie oculoplastique, Fondation Ophtalmologique Adolphe de Rothschild, Paris, France 
b Service d’Imagerie Médicale, Fondation Ophtalmologique Adolphe de Rothschild, Paris, France 
c Service de Neurochirurgie, Fondation Ophtalmologique Adolphe de Rothschild, Paris, France 

Auteur correspondant. Servico de Oftalmologia, Centro Hospitalar de Coimbra, Quinta dos Vales, Sao Martinho do Bispo, 3000 Coimbra, Portugal.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

Les corps étrangers végétaux de l’orbite sont rares et peuvent avoir des présentations cliniques différentes. L’objectif de cet article est de mettre en évidence le danger inhérent à ce type de corps étrangers, de présenter les aspects en imagerie et de suggérer une approche diagnostique ainsi qu’une attitude thérapeutique quand un corps étranger végétal est suspecté. Nous rapportons trois cas de corps étrangers végétaux intra-orbitaires qui se sont présentés par différents tableaux cliniques.

Observations

Le premier cas est un homme, âgé de 43 ans, ayant consulté pour une fistule cutanée chronique de la paupière inférieure droite depuis 4 mois suite à un traumatisme de l’orbite avec un objet en bois. Deux chirurgies furent nécessaires pour l’exérèse des corps étrangers végétaux intra-orbitaires. Dans le deuxième cas, une femme âgée de 37 ans, examinée pour un ptôsis post-traumatique apparu après une chute de bicyclette, l’imagerie mit en évidence une fracture du toit de l’orbite gauche et un corps étranger extra-conique supérieur qui fut enlevé par voie neurochirurgicale. Enfin, le troisième cas est un homme, âgé de 69 ans, adressé pour un abcès orbitaire droit suite à un traumatisme avec une branche d’arbre. Le patient présentait une inflammation orbitaire droite persistante depuis 4 mois malgré deux chirurgies de drainage et d’exérèse d’un corps étranger végétal de l’orbite. Une troisième chirurgie fut nécessaire pour l’exérèse complète des corps étrangers.

Discussion/Conclusion

La détection d’un corps étranger végétal intra-orbitaire est parfois difficile, principalement dans les cas où l’histoire du traumatisme orbitaire n’est pas claire, l’examen ophtalmologique apparemment sans anomalie, ou chez les patients qui consultent plusieurs mois après le traumatisme. Les corps étrangers végétaux intra-orbitaires peuvent entraîner des complications orbitaires et intracrâniennes potentiellement graves. La tomodensitométrie et l’échographie orbitaires peuvent être faussement négatives: en particulier, l’hypodensité du corps étranger en bois à la tomodensitométrie peut être confondu avec de l’air. Des fragments de corps étranger mobiles ou friables peuvent persister même après plusieurs interventions. L’imagerie par résonance magnétique orbitaire est utile dans un contexte de traumatisme quand un corps étranger végétal est suspecté. La suspicion clinique est cependant primordiale pour poser le diagnostic.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

Orbital organic foreign bodies are rare and can present different clinical features. The objective of this report is to show the danger of this type of foreign body, present the imaging data, and suggest a diagnostic approach and therapeutic management. We describe three cases of orbital organic foreign bodies with three different clinical presentations.

Case reports

The first case was a 43-year-old male complaining of a chronic cutaneous fistula of the inferior right eyelid lasting 4 months after an orbital trauma with a wooden object. Two surgeries were necessary to extract the foreign bodies. In the second case, a 37-year-old female with post-traumatic ptosis after a bicycle accident several months before, the imaging exams revealed a fracture of the left orbital ceiling and a superior extraconical foreign body that was removed by a neurosurgery approach. The third case, a 69-year-old male with a right orbit abscess following a trauma with a tree branch had a persistent right orbit inflammation lasting 4 months despite two drainage surgeries and an extraction of an orbital organic foreign body. A third surgery was necessary to completely extract the foreign bodies.

Discussion/Conclusion

Detecting an orbital organic foreign body is sometimes difficult, especially when the clinical history is unclear, the ophthalmologic exam reveals no abnormalities, or if the patient is referred to the hospital several months after the traumatic event. Orbital organic foreign bodies can lead to potentially serious orbital or intracranial complications. Computed tomography and orbital ultrasound sometimes do not yield an evocative pattern: for instance, in computed tomography, the low density of wood can be misdiagnosed as air. On the other hand, these foreign bodies can persist in the orbit after several surgical explorations because they can easily break or migrate. Magnetic resonance imaging is useful when an orbital organic foreign body is suspected, but the analysis is easier when clinical data are suggestive.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Traumatisme orbitaire, Corps étranger intra-orbitaire, Tomodensitométrie, Imagerie par résonance magnétique

Keywords : Orbital trauma, Intraorbital foreign body, Computed tomography, Magnetic resonance imaging


Plan


© 2008  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 32 - N° 1

P. 8-15 - janvier 2009 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Cross-linking du collagène cornéen induit par ultraviolet-A et riboflavine dans le traitement du kératocône évolutif
  • P. Fournié, S. Galiacy, J.L. Arné, F. Malecaze
| Article suivant Article suivant
  • Manifestations ophtalmologiques des méningiomes sphéno-orbitaires : À propos de 23 cas chirurgicaux
  • N. Franquet, P. Pellerin, P. Dhellemmes, S. Defoort-Dhellemmes

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.