Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Quoi de neuf en recherche dermatologique ? - 04/03/09

What’s new in dermatological research?

Doi : 10.1016/S0151-9638(08)75485-1 
P. Humbert
Service de Dermatologie, CHU Saint-Jacques, Université de Franche-Comté, INSERM U645 2, place Saint-Jacques, 25030 Besançon cedex, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 1
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

La littérature médicale est riche en informations nouvelles et pertinentes, résultant de la recherche fondamentale ou appliquée. Quelques points forts sont mis en exergue dans ce document. Tout d’abord, la découverte du rôle d’un virus, le polyomavirus, dans le développement de la tumeur de Merkel. Il s’agit d’un petit virus à double brin d’ADN qui code pour une oncoprotéine. Si le polyomavirus joue un rôle causal dans la tumorigenèse, il agit par différents mécanismes.

Les micro-RNAs représentent une classe abondante de petits ARN non codant pour des protéines, mais qui régulent l’expression de gènes codant pour des protéines à un niveau post-transcriptionnel. La première évidence du rôle des micro-RNAs dans les dermatoses inflammatoires est apparue récemment, notamment lorsque ces micro-RNAs associés au psoriasis et à la dermatite atopique ont été identifiés au travers d’une large analyse génomique de leur expression.

Une nouvelle souche de virus géants abritant en leur sein un autre virus minuscule inconnu à ce jour, vient d’être découverte. Ce virus infiniment petit surnommé Spoutnik a la faculté d’altérer un plus gros virus baptisé Mama, au point de l’empêcher de fabriquer des particules virales normales et de se reproduire. Cette découverte pose une question cruciale : Spoutnik est-il un nouveau système de transfert de gènes d’une espèce de virus à une autre ?

Un groupe de cellules d’origine sanguine exprimant E-cadhérine, les dot-cells, trouvées dans le sang fœtal du derme, contribue à la réparation tissulaire au travers des mécanismes de différenciation cellulaire et leur action permet une cicatrisation sans cicatrice. Les lymphocytes T CD4+ helpers produisant de l’interleukine 17 (IL17) jouent un rôle pathogénique dans la dermatite atopique. les gènes des β défensines pourraient être impliqués dans la susceptibilité génétique de la maladie psoriasique. L’origine autoimmune de la pelade est supportée par un grand nombre d’observations. Le rôle des neuropeptides dans l’initiation de l’auto-immunité au cours de la pelade vient d’être démontré. Les cellules dendritiques sont des cellules présentatrices d’antigène qui jouent un rôle crucial dans la réponse immunitaire adaptative. Il a été montré que l’activation de la prolifération des lymphocytes T après la migration de cellules dendritiques au niveau du ganglion lymphatique dépendait non pas de la cellule de Langerhans, mais de la cellule dendritique.

Une nouvelle voie paraît gouverner l’autoimmunité dans le psoriasis et fait intervenir les cellules dendritiques plasmacytoïdes qui se sensibilisent à l’ADN du soi lorsqu’il est couplé à un peptide anti-microbien. Les mastocytes expriment le peptide antimicrobien cathélicidine, qui agit comme un antibiotique à large spectre et influence la défense immunitaire des épithéliums de surface.

On a peut-être trouvé une nouvelle cible thérapeutique pour la rosacée reposant sur la découverte de taux élevés des peptides antimicrobiens cathélicidines et d’une série de protéases associées.

Les sébocytes expriment des peptides fonctionnels antimicrobiens dérivant de la cathélicidine qui peuvent avoir un effet bactéricide contre P. acnes.

Une vaste étude génomique dans l’alopécie androgénétique a mis en évidence l’existence d’un nouveau locus associé au risque d’alopécie androgénétique localisé sur le chromosome 20p11.

De nouveaux allèles pour le déterminisme de la couleur des cheveux et de la pigmentation cutanée ont été identifiés. Deux loci (IRF 4 et SLC24A4) sont hautement associés à la couleur des cheveux, ainsi que trois autres régions. La couleur bleue des yeux pourrait être due à une mutation d’un élément localisé dans le gène HERC2 inhibant l’expression de OCA2. Ainsi de nombreux domaines de la dermatologie ont été l’objet de ces recherches qui ouvrent des perspectives nouvelles en termes de diagnostic et de traitement.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Medical literature is rich with new and relevant information, resulting from basic or applied research. Some strong arguments are presented in this document. Firstly, the discovery and role of a virus, the polyomavirus, in the development of Merkel tumours. It is a small virus with double bit DNA strand, coding for a oncoprotein. If the polyomavirus plays a causal role in the tumorigenesis, it acts by various mechanisms.

The micro-RNAs represent an abundant class of small RNA not coding for proteins, but which control the gene expression coding for proteins on a post-transcriptional level. The first obvious sign of the role of the micro-RNAs in the inflammatory dermatoses appeared recently, in particular when these micro-RNAs associated with psoriasis and atopic dermatitis were identified through a broad genomic analysis of the expression of these micro-RNAs. A new giant virus strain sheltering another unknown tiny virus to date has just been discovered. This virus infinitely small called Sputnik enables to deteriorate a much larger virus baptized Mama, at the point of preventing it to manufacture normal viral particles and also preventing it from reproducing. This discovery raises a crucial question: Is Sputnik a new system of transfer of genes of a species of one virus to another?

A group of blood cells expressing E-cadherin, the dot cells, found in the fetal blood of the dermis, contributes to tissue repair through the mechanisms of cellular differentiation and their action allows healing without scar.

CD4+ T helper lymphocytes producing interleukin 17 (IL17) play a pathogenic part in atopic dermatitis. The genes of the β defensins could be involved in the genetic susceptibility of the psoriatic disease.

The autoimmune origin of the alopecia areata is supported by a great number of observations, the role of neuropeptides in the initiation of the autoimmunity during alopecia areata has just been demonstrated. The dendritic cells are cells presenting antigens which play a crucial role in the adaptive immunological response. It was shown that activation of the proliferation of the lymphocytes T after the migration of dendritic cells on the level of the lymphatic ganglion depended not on Langerhans cell, but of the dendritic cell.

A new way appears to control the autoimmunity in the psoriasis and involves the plasmacytoid dendritic cells which are sensitized with the DNA itself when it is coupled with an antibacterial peptide.

Mast cells express cathelicidin, which acts like an antibiotic with broad spectrum and influences the defence system of the epitheliums.

We have perhaps found a new therapeutic target for rosacea by disclosing high rates of cathelicidin and a series of associated proteases in skin lesions.

The sebocytes express antibacterial functional peptides deriving from cathelicidin which can have a bactericidal effect against P. Acnes.

A vast genomic study in the androgenetic alopecia highlighted the existence of new loci localized on the 20p11 chromosome, associated with the risk of androgenetic alopecia.

New alleles to determine the color of hair and the cutaneous pigmentation were identified.

Two loci (IRF 4 and SLC24A4) are highly associated with the color of hair, like three other areas.

The blue color of the eyes could be due to a change of an element located in gene HERC2 preventing of the expression of OCA2.

Thus, many fields of dermatology were the object of research which opens new prospects for diagnosis and treatment.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Tumeur de Merkel, Polyomavirus, Micro-ARN, Psoriasis, Cicatrisation, Alopecia areata, Neuropeptide, E-cadherine, Cathélicidine, Rosacée, Alopécie androgénétique, Pigmentation

Keywords : Merkel tumor, Polyomavirus, Micro-RNA, Psoriasis, Healing, Alopecia areata, Neuropeptide, E-cadherin, Cathelicidin, Rosacea, Androgenetic alopecia, Pigmentation


Plan


© 2008  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 135 - N° S7

P. -1--1 - décembre 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Quoi de neuf en dermatologie clinique ?
  • P. Berbis
| Article suivant Article suivant
  • Quoi de neuf en médecine interne
  • C. Francès

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.