Médecine

Paramédical

Autres domaines


The effect of music therapy on mood and anxiety–depression: An observational study in institutionalised patients with traumatic brain injury - 10/03/09

Doi : 10.1016/j.annrmp.2008.08.009 
S. Guétin a, b, c, 1, , B. Soua a, c, G. Voiriot c, M.-C. Picot d, C. Hérisson e
a Service de neurologie, centre Mémoire de ressources et de recherches (CMRR), Inserm U888, CHRU Montpellier, 34295 Montpellier, France 
b Association de musicothérapie applications et recherches cliniques (Amarc), 75017 Paris, France1  
c Foyer d’accueil médicalisé « Les-Fontaines-d’Ô », ADAGES, 71, rue Henri-Noguères, 34090 Montpellier, France 
d Département d’information médicale, CHRU Arnaud-de-Villeneuve, CHRU, 34295 Montpellier cedex 5R, France 
e Service de rééducation fonctionnelle, CHRU de Montpellier, 34295 Montpellier cedex 5, France 

Corresponding author.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Abstract

Introduction

A previous study (carried out in 2003–2004) had included 34 patients with traumatic brain injury in order to study the feasibility and usefulness of music therapy in patients with this type of injury.

Objective

To evaluate the effect of music therapy on mood, anxiety and depression in institutionalised patients with traumatic brain injury.

Study methodology

A prospective, observational study.

Materials and methods

Thirteen patients with traumatic brain injury were included in the present study and took part in individual, weekly, 1-hour music therapy sessions over a period of 20 weeks. Each session was divided into two 30-minute periods – one devoted to listening to music (receptive music therapy) and the other to playing an instrument (active music therapy). The assessment criteria (measured at weeks 1, 5, 10, 15 and 20) were mood (on the face scale) and anxiety–depression (on the Hospital Anxiety and Depression [HAD] Scale). Mood was assessed immediately before and after the first music therapy session and every fifth session.

Results

Music therapy enabled a significant improvement in mood, from the first session onwards. This short-term effect was confirmed by the immediate changes in the scores after music therapy sessions (from 4.6±3.2 to 2.6±2; p<0.01). Music therapy also led to a significant reduction in anxiety–depression (p<0.05) from week 10 onwards and up until the end of the study (week 20).

Conclusion

These results confirm the usefulness of music therapy in the treatment of anxiety–depression and mood in patients with traumatic brain injury. Music therapy could usefully form an integral part of the management programme for these patients.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Objectif

Évaluer l’intérêt de la musicothérapie sur l’humeur et l’anxiété–dépression dans la prise en charge des patients cérébrolésés traumatiques (Glasgow Coma Scale de 3 et 4) institutionnalisés en foyer d’accueil médicalisé.

Matériels et méthodes

Étude prospective observationnelle sur 13 patients cérébrolésés. Les patients étaient suivis pour une période de 20 semaines et participaient une fois par semaine à une séance individuelle de musicothérapie d’une heure. La séance était partagée en deux périodes de 30minutes à savoir une partie consacrée à l’écoute musicale (musicothérapie réceptive : méthode validée en U) et une partie à la pratique instrumentale (musicothérapie active). Les critères de jugement, mesurés à S1, S5, S10, S15 et S20, étaient l’humeur (échelle à visages) et l’anxiété–dépression (Hospital Anxiety and Depression [HAD] Scale). L’humeur était évaluée juste avant et après les séances de musicothérapie.

Résultats

La musicothérapie s’est accompagnée d’une amélioration significative de l’état d’humeur dès la première séance. L’effet à court terme a été confirmé par les résultats apportés juste après les séances de musicothérapie (4,6 [±3,2] à 2,6 [±2] ; p<0,01). La musicothérapie permettait aussi de réduire de façon significative l’anxiété–dépression (p<0,05) à partir de S10 jusqu’à S20.

Conclusion

Ces résultats confirment l’intérêt de la musicothérapie dans la prise en charge de l’anxiété–dépression et sur l’état de l’humeur des patients traumatisés crâniens. La musicothérapie peut être une démarche s’intégrant parfaitement dans la prise en charge de ces patients. Une étude contrôlée, randomisée est possible et doit être promue pour confirmer l’impact de la musicothérapie sur l’humeur et, éventuellement sur la consommation d’antidépresseurs chez des patients traités.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Music therapy, Mood, Anxiety–depression, Non-drug therapy

Mots clés : Musicothérapie, Traumatisme crânien, Anxiété–dépression, Traitement non pharmacologique


Plan


© 2008  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 52 - N° 1

P. 30-40 - janvier 2000 Retour au numéro

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.