Médecine

Paramédical

Autres domaines


Incontinence urinaire : faut-il traiter chirurgicalement les femmes en âge de procréer ? - 27/03/09

Doi : 10.1016/j.gyobfe.2008.09.018 
L. Panel a, , P. Mares b, R. de Tayrac b
a Service de gynécologie, CMC Beau-Soleil, 119, avenue de Lodève, 34070 Montpellier, France 
b Service de gynécologie–obstétrique, CHU Carémeau, place du professeur-Robert-Debré, 30009 Nîmes cedex 9, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 5
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

L’objectif de cet article est de faire un point sur la littérature au sujet de la possibilité d’une grossesse survenant après traitement chirurgical d’une incontinence urinaire (IU). La grossesse et l’accouchement ont-ils un impact sur le succès du traitement chirurgical, notamment en cas de bandelette sous-urétrale ? Peut-on sans risque opérer une patiente avant la fin de ses maternités ? Il existe une enquête nord-américaine datant de 1998, qui retrouve moins de risque de récidive d’IU après césarienne par rapport à un accouchement par voie basse (p=0,03) en cas d’antécédent de colposuspension ou de fronde sous-urétrale. Après bandelette sous-urétrale, nous avons recensé dix cas cliniques et une enquête nationale réalisée en France en 2006, rapportant des cas de grossesse. Aucune complication inhérente à la bandelette sous-urétrale n’a été décrite. Au cours de la grossesse, on retrouve un risque de récidive d’IU transitoire ou permanent de 15 %. Le risque de récidive de récidive global (pendant la grossesse ou après l’accouchement) est de l’ordre de 20 %. En conclusion, la grossesse en elle-même constitue un risque de récidive d’IU, l’accouchement par voie vaginale semble favoriser les récidives par rapport à la césarienne. Toutefois, ces arguments, et le taux de récidive observé ne nous semblent pas suffisants pour opposer à une femme souhaitant de nouvelles grossesses un traitement efficace pour une IU altérant sévèrement sa qualité de vie. Nous n’avons pas de données objectives à ce jour pour le choix de la voie d’accouchement. Bien que difficiles à mener, des études beaucoup plus larges seraient nécessaires.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

The goal of this study was to make a Medline research about pregnancies which occur after surgical procedures for stress urinary incontinence (SUI). Therefore, we do not know the recurrence rate of SUI after pregnancy and the influence of the way of delivery on the risk of recurrence. We do not know either if we should apply a surgical procedure on women who have not achieved their pregnancies. In 1998, a questionnaire based survey conducted in the USA showed a lower risk of recurrence after a caesarean section than after a vaginal delivery (p=0,03) when women had previously colposuspension or sling procedures. We found ten case reports and a French national survey (2006) about pregnancies after TOT or TVT procedure. No complication related to the tape was described during pregnancy. The recurrence rate along the pregnancy is about 15%, and the global recurrence rate (during pregnancy and after the childbirth) is about 20%. As a conclusion, pregnancy itself has an influence, and vaginal delivery seams to increase the risk of recurrence after the birth compare to the c-section. However this recurrence rate and these data do not appear enough to us to refuse a surgical treatment for women who have not completed their pregnancies and who suffer from UI without efficacy of physiotherapy. We do not have objective data to assess the best way of delivery. Further and large studies are needed although they are difficult to be carried through.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Incontinence urinaire d’effort, Grossesse, Bandelette sous-urétrale, TOT

Keywords : TVT, TOT, Stress Urinary Incontinence, Pregnancy


Plan


© 2008  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 37 - N° 2

P. 167-171 - février 2009 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Modèles prédictifs d’envahissement des ganglions non sentinelles en cas de métastases des ganglions sentinelles dans le cancer du sein
  • C. Coutant, R. Rouzier, C. Olivier, C. Bezu, O. Marpeau, Y. Delpech, S. Uzan, E. Daraï
| Article suivant Article suivant
  • Physiopathologie, diagnostic et prise en charge des infections génitales hautes
  • P.G. Judlin, O. Thiebaugeorges

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.