Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Éventrations : Plasties aponévrotiques et prothèses extrapéritonéales - 01/01/02

[45-679]
Jean-Louis Grolleau : Professeur des Universités, praticien hospitalier
Philippe Micheau : Chirurgien
Jean-Pierre Chavoin : Professeur des Universités, praticien hospitalier, chef de service
Service de chirurgie plastique, réparatrice et esthétique, hôpital Rangueil, centre hospitalier universitaire de Toulouse, 1, avenue Jean-Poulhès, 31403 Toulouse cedex 4 France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 10
Iconographies 10
Vidéos 0
Autres 0
Article archivé , publié initialement dans le traité EMC Techniques chirurgicales - Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique
et remplacé par un autre article plus récent: cliquez ici pour y accéder

Résumé

Le traitement des grandes éventrations nécessite souvent la conjonction de méthodes chirurgicales complémentaires. Par souci de clarté, nous envisageons successivement les sutures [11, 21], les plasties [25] et incisions de décharge des zones aponévrotiques [7], puis les prothèses de comblement. Les tissus autologues sous forme de greffes de fascia [15] ou de peau [9] sont aujourd'hui peu utilisés en raison de leur forte distension secondaire et de leur sensibilité à l'infection. Les lambeaux, notamment le lambeau de muscle tenseur du fascia lata [20], gardent des indications dans les éventrations sous-ombilicales en milieu septique.

En simplifiant, on peut retenir que les éventrations de taille raisonnable (inférieure à 10 cm de diamètre) peuvent être traitées par suture ou plastie aponévrotique isolée. En revanche, lorsque l'éventration est étendue (supérieure à 10 cm) ou lorsqu'il s'agit de récidive, la plupart des auteurs optent pour l'utilisation d'une prothèse, seule capable d'obtenir une réparation durable.

Certaines équipes restent fidèles à l'implantation intrapéritonéale de la prothèse, mais bon nombre optent pour un site d'implantation extrapéritonéal généralement associé à une plastie aponévrotique. La prothèse extrapéritonéale peut avoir une position prémusculoaponévrotique [5] ou rétromusculaire [23]. Les auteurs ont choisi, au vu de leur expérience clinique, l'option d'une prothèse rétromusculaire préfascioaponévrotique. Ils présentent en détail la technique utilisée.



Mots-clés : éventration abdominale, réparation pariétale, prothèse de renforcement

Plan



© 2002  Éditions Scientifiques et Médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.