Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Does first-line surgery still have its place in the treatment of acromegaly? - 30/04/09

Doi : 10.1016/j.ando.2009.03.002 
F. Castinetti a, , I. Morange a, N. Dubois a, F. Albarel a, B. Conte-Devolx a, H. Dufour b, T. Brue a
a Service d’endocrinologie, diabète et maladies métaboliques, centre de référence des maladies rares d’origine hypophysaire, hôpital de la Timone, Assistance publique–Hôpitaux de Marseille, université de la méditerranée, 264, rue Saint-Pierre, 13385 Marseille, France 
b Service de neurochirurgie, Assistance publique–Hôpitaux de Marseille, université de la méditerranée, 13385 Marseille, France 

Corresponding author.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Le traitement de première intention de l’acromégalie est actuellement la chirurgie par voie transsphénoïdale. Celle-ci peut être effectuée dans deux objectifs : à visée curative ou pour faciliter l’action des somatostatinergiques en diminuant le volume tumoral. Dans le premier cas, à visée curative, la chirurgie transsphénoïdale permet la rémission dans 80 à 90 % des microadénomes, 50 à 60 % des macroadénomes non invasifs et moins de 20 % des macroadénomes invasifs. Les principaux facteurs prédictifs sont essentiellement le diamètre de l’adénome et le degré d’invasion et également l’expérience du neurochirurgien, les taux hormonaux initiaux et l’âge au diagnostic. Les complications sont peu fréquentes, avec environ 5 % de diabète insipide définitif et 10 % de patients présentant au moins un nouveau déficit hypophysaire après la chirurgie. Un prétraitement par somatostatinergiques peut également être proposé ; il diminue le volume tumoral dans 25 % des cas et pourrait diminuer le risque de complications postopératoires ; cependant, les taux de rémission des patients prétraités sont significativement différents dans certaines études et non dans d’autres. Il n’y a donc pas encore de certitude concernant ce sujet, les études idéales permettant d’affirmer l’amélioration du taux de guérison ou de la récuser manquant à ce jour. Dans le second cas, la chirurgie peut être proposée même si les chances de rémission sont faibles : c’est la chirurgie de réduction tumorale (debulking), en cas de volumineux macroadénome incomplètement contrôlé par somatostatinergiques ou résistant au traitement médical. La chirurgie conduit alors à un plus grand taux de normalisation de GH et IGF-1 grâce au fait que la chirurgie a permis de réduire les taux hormonaux initiaux.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Transsphenoidal surgery is currently the first-line treatment of acromegaly. Remission is observed in 80 to 90% microadenomas, 50 to 60% non-invasive macroadenomas, and less than 20% invasive macroadenomas. Predictive factors include age, maximal size of the adenoma, cavernous sinus invasion, initial hormone levels and neurosurgeon’s experience. Complications are rare, with about 5% definitive diabetes insipidus and 10% of new anterior pituitary hormone deficits. Somatostatin agonist pretreatment can be proposed as it decreases tumor volume in about 25% cases and might reduce the rate of immediate postsurgical complications; however, there is no obvious difference in surgical remission rate whether patients are pretreated or not. Debulking surgery can also be proposed in very large macroadenomas incompletely controlled by somatostatin agonists or resistant to medical treatment, as it was shown to facilitate somatostatin agonist efficacy in more than 50% cases.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Acromégalie, Chirurgie, Somatostatinergiques, Lanréotide, Octréotide, Hormone de croissance, GH, Réduction tumorale, Prétraitement

Keywords : Acromegaly, Surgery, Somatostatin agonists, Growth hormone, Debulking, Pretreatment


Plan


© 2009  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 70 - N° 2

P. 107-112 - avril 2009 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Consensus français sur la prise en charge de l’acromégalie
  • P. Chanson, J. Bertherat, A. Beckers, H. Bihan, T. Brue, P. Caron, O. Chabre, M. Cogne, C. Cortet-Rudelli, B. Delemer, H. Dufour, R. Gaillard, M. Gueydan, I. Morange, J.-C. Souberbielle, A. Tabarin
| Article suivant Article suivant
  • La chirurgie de première intention a-t-elle encore une place dans le traitement de l’acromégalie ?
  • F. Castinetti, I. Morange, N. Dubois, F. Albarel, B. Conte-Devolx, H. Dufour, T. Brue

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.