Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Effet de l’introduction du traitement endovasculaire chez les patients à haut risque chirurgical sur notre pratique du traitement électif des anévrysmes de l’aorte abdominale sous-rénale - 30/04/09

Doi : 10.1016/j.acvfr.2009.02.003 
Jean-Marc Alsac , Rabih Houbballah, Fady Francis, Nikolaos Paraskevas, Thierry Coppin, Olivier Cerceau, Yves Castier, Guy Lesèche
Service de Chirurgie Vasculaire, Thoracique et Transplantation Pulmonaire, Hôpital Bichat – Claude Bernard Paris, France 

Correspondance: Jean-Marc ALSAC, Service de Chirurgie Vasculaire, Thoracique et Transplantation Pulmonaire, Hôpital Bichat – Claude Bernard, 42, rue Henri Huchard, 75018 Paris, France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 6
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Le but de ce travail était d’évaluer les modifications en terme d’activité et de résultats post-opératoires immédiats de notre prise en charge chirurgicale élective des anévrysmes de l’aorte abdominale sous-rénale (AAA) induites par l’introduction du traitement endovasculaire par endoprothèse aortique suivant les recommandations de décembre 2003 de l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (AFSSAPS). Cette étude rétrospective monocentrique a repris les données cliniques des patients opérés de façon élective entre janvier 2001 et décembre 2006 pour un AAA asymptomatique. Le traitement endovasculaire des AAA par endoprothèse aortique a été introduit en janvier 2004 dans notre pratique courante, en respectant les indications recommandées par l’AFSSAPS (patients présentant un AAA ≥50mm à risque chirurgical élevé). Le groupe I est composé des patients opérés entre janvier 2001 et décembre 2003 selon la technique conventionnelle de mise à plat-greffe chirurgicale. Le groupe II est composé des patients opérés entre janvier 2004 et décembre 2006, soit par mise à plat-greffe chirurgicale, soit par technique endovasculaire. Les principaux critères de jugement étaient le nombre de patients, leur score de risque chirurgical de l’American Society of Anaestesiology (ASA), et la morbi-mortalité intra-hospitalière. Le nombre de patients traités a augmenté de façon significative entre les deux périodes (groupe I : n=49 ; groupe II : n=88, dont 38 traitements endovasculaires ; P<0,001), sans modification de l’âge moyen (70 ans contre 72 ans), du pourcentage d’hommes (93,7% contre 95,5%), et de la taille moyenne des AAA (57 ,8 mm contre 56 mm) entre les deux groupes. Les scores ASA étaient significativement plus élevés dans le groupe II (ASA 3 et 4 : Groupe I=20,4% contre Groupe II=55,7% ; P<.0001), alors que le taux de mortalité intra-hospitalière (4,1% contre 3,4%), et le taux de complications majeures post-opératoires (16,3% contre 11%) sont demeurés stables respectivement. La médiane de durée d’hospitalisation a significativement diminué dans le groupe II (12 jours contre 9 jours, P<0,001). En conclusion, dans notre centre, l’introduction du traitement endovasculaire suivant les recommandations de l’AFSSAPS a permis de traiter de façon élective une population plus large et à plus haut risque chirurgical de patients présentant un AAA, sans aggraver les suites opératoires immédiates.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


 Travail présenté au XXIIème Congrès Annuel de la Société de Chirurgie Vasculaire de Langue Française, Lyon, France, 5-7 juin 2007.


© 2008  Annals of Vascular Surgery Inc.. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 22 - N° 6

P. 905-910 - novembre 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Chirurgie des anévrysmes thoraco-abdominaux de type IV : facteurs prédictifs de mortalité, d’ischémie médullaire et d’ischémie intestinale aiguë post-opératoire
  • Edouard Kieffer, Laurent Chiche, Gilles Godet, Fabien Koskas, Amine Bahnini, Michèle Bertrand, Marie-Hélène Fléron, Jean-Pierre Goarin, Geoffroy Warnier de Wailly, Albert-Claude Benhamou

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.