Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Prélèvements d’organes sur donneurs décédés après arrêt cardiaque - 06/05/09

Doi : 10.1016/j.lpm.2008.10.015 
Nathalie Jousset 1, , Jean Paul Jacob 2, Arnaud Gaudin 1, Damien Mauillon 1, Michel Penneau 1, Clotilde Rougé-Maillart 1
1 Service de médecine légale, CHU Angers, F-49933 Angers cedex 9, France 
2 Service d’anesthésie réanimation, CHU Angers, F-49933 Angers cedex 9, France 

Nathalie Jousset, Service de médecine légale, CHU Angers, 4 rue Larrey, F-49933 Angers cedex 9, France.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 5
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Points essentiels

Les prélèvements sur personne décédée après arrêt cardiaque sont autorisés en France depuis 2005 (décret du 2 août 2005 : art R.1232-4-1,2 et 3 du code de la santé publique).

Récemment, à l’échelle internationale, 4 types de situations pouvant conduire à un prélèvement sur personne décédée après arrêt cardiaque ont été identifiés dans une classification dite de « Maastricht » qui décrit les donneurs potentiels. En France, les prélèvements sur les donneurs de classe III (arrêt des soins) sont exclus.

L’émergence de cette nouvelle technique soulève des réflexions notamment d’ordre éthique, concernant la définition même de la mort, la place de cette pratique par rapport à des techniques de réanimation nouvelles, le vécu des familles et des équipes.

Elle apporte tout de même un élément de solution à la pénurie d’organes manifeste, avec des résultats de suivis des greffés très encourageants selon les publications étrangères appliquant ces techniques.

L’ensemble du dispositif est d’autre part réglementé et sous la tutelle de l’Agence de la biomédecine qui en assure le bon fonctionnement technique et le respect des règles éthiques.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Key points

The transplant of an allograft after cardiac arrest has been allowed in France since 2005 (decree of 2 august 2005: art R.1232-4-1, 2 and 3 of the public health code).

Recently, according to the international scale, 4 situations that could lead to the realization of transplantable organs after cardiac arrest were identified according to a classification called “Maastricht” which describes the potential donors. In France the donors of class III (cessation of all medical care) were excluded.

Ethical questions concerning this new practice come up. Are criteria adopted to define death enough sure? What is the place of non-heart beating donor transplantation with new technical resuscitation as extracorporeal life support for prolonged cardiac arrest? How does family and medical staff live this protocol?

Despite this, non heart-beating donor kidney transplants offer the opportunity to compensate for the growing discrepancy between supply and demand for donor kidneys. Results from foreign studies have shown that they have the same survival and long term function as kidneys from traditional brain-stem dead donors.

This practice is defined by legislation and supervised by the “Agence de la biomédecine” which guarantees technical efficiency and respect of ethics.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2009  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 38 - N° 5

P. 740-744 - mai 2009 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Effet de l’activité physique sur l’anxiété et la dépression
  • Margarida Gaspar De Matos, Luis Calmeiro, David Da Fonseca
| Article suivant Article suivant
  • Biothérapies : vers une deuxième révolution ?
  • Luc Mouthon

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.