Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Anti-CD20 en oncohématologie - 06/05/09

Doi : 10.1016/j.lpm.2009.02.005 
Noël Milpied
Service des maladies du sang, CHU de Bordeaux, Université Bordeaux 2 Victor Segalen, F-33600 Pessac Cedex, France 

Noël Milpied, Service des maladies du sang, CHU de Bordeaux, Université Bordeaux 2 Victor Segalen, Hopital du Haut Léveque, Avenue Magellan, F-33600 Pessac Cedex, France.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 11
Iconographies 3
Vidéos 0
Autres 0

Points essentiels

Cela fait 12 ans que le rituximab, anticorps (Ac) monoclonal chimérique anti-CD20 a été mis à disposition pour une utilisation thérapeutique dans le traitement des lymphomes folliculaires en rechute.

Cet Ac a permis de gagner environ 20 % de survie dans la quasi-totalité des lymphomes B.

Dans les lymphomes folliculaires, le rituximab en association avec une chimiothérapie est indiqué en première ligne lorsque le traitement est nécessaire. Il constitue une option intéressante, seul, ou en association avec une polychimiothérapie, pour le traitement des rechutes, après avoir vérifié la persistance de l’expression du CD20 à la surface des cellules malignes. Il améliore la survie sans rechute en traitement d’entretien d’une deuxième réponse obtenue par une polychimiothérapie avec ou sans rituximab.

Le traitement standard d’un lymphome B diffus de haut grade quel que soit l’âge et quelle que soit la gravité prévisible est désormais l’association d’une polychimiothérapie de type CHOP et de rituximab.

L’association de fludarabine, cyclophosphamide et de rituximab est actuellement le traitement de référence dans les leucémies lymphoïdes chroniques en première ligne pour les patients avec peu de comorbidités ainsi que pour les rechutes.

La place de cet Ac dans le traitement des formes les plus graves des lymphomes B est en cours d’évaluation.

L’administration du rituximab, seul ou en association, dans le traitement des lymphomes de faible grade non folliculaires doit être décidée en fonction de protocoles existants, dans le contexte de réunion de concertation pluridisciplinaires.

La voie ouverte par le rituximab est empruntée par des Ac anti-CD20 de nouvelle génération, « construits » pour améliorer encore le rapport efficacité/toxicité déjà remarquable.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Key points

Twelve years ago, rituximab, a chimeric monoclonal anti-CD20 antibody, became available for the treatment of relapsing follicular lymphoma.

It has resulted in an improvement of approximately 20% in survival for nearly all B cell lymphomas.

In follicular lymphoma, rituximab combined with chemotherapy is indicated as first-line treatment when treatment is necessary. It is also an interesting option, alone or in combination with chemotherapy for the treatment of relapses, after verifying the persistence of CD20 expression on the surface of malignant cells. As a maintenance treatment after chemotherapy with or without rituximab, it improves relapse-free survival and overall survival.

The standard treatment for high-grade diffuse lymphoma, regardless of age and regardless of predicted severity, is now the combination of CHOP chemotherapy and rituximab.

The combination of fludarabine, cyclophosphamide, and rituximab is currently the reference treatment for chronic lymphoid leukemia as first-line treatment for patients with few comorbidities and for those with relapses.

The role of this antibody in the treatment of more serious forms of lymphoma is under evaluation.

The administration of rituximab, alone or in combination, in the treatment of low-grade non-follicular lymphoma must be decided as a function of existing protocols in multidisciplinary consultations.

New-generation anti-CD20 antibodies, designed to improve still further the already remarkable efficacy/toxicity ratio, are now taking the road that rituximab opened.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2009  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 38 - N° 5

P. 788-798 - mai 2009 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Anti-TNF alpha dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde et de la spondylarthrite ankylosante
  • Karine Lanfant-Weybel, Thierry Lequerré, Olivier Vittecoq
| Article suivant Article suivant
  • Indications de l’anakinra
  • Karine Chauffier, Jonathan London, Constance Beaudouin, Bruno Fautrel

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.