Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Financial impact of coronary stenting in emergency for acute coronary syndromes - 16/06/09

Doi : 10.1016/j.acvd.2009.02.017 
Delphine Nidegger a , Damien Metz b, 1, , Christophe Vacter c , Sophie Tassan-Mangina b, 1, Alain Deschildre b, 1, Michel Gawron b, 1, Jacqueline Bourgeois a
a Département d’information médicale, hôpital Maison-Blanche, centre hospitalier universitaire de Reims, rue Cognacq-Jay, 51092 Reims cedex, France 
b Service de cardiologie, hôpital Robert-Debré, centre hospitalier universitaire de Reims, avenue du Général-Koenig, 51092 Reims cedex, France 
c Direction du contrôle de gestion, centre hospitalier universitaire de Reims, 23, rue des Moulins, 51100 Reims cedex, France 

Corresponding author. Fax: +33 03 26 78 70 40.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Summary

Background

Since the prospective payment system, health institutions have only specific payments for the emergency care in the emergency room. The direct urgent admissions in coronary care units for acute coronary syndrome (ACS) do not collect this complementary refund. For the patient’s stay, hospital is remunerated with fixed national prices which are similar even in case of emergent or planed coronary revascularization when realized.

Aims

To analyze and compare the financial impact between emergent and planed coronary stenting in the setting of ACS.

Patients and methods

This retrospective study was based on patients suffering from ACS who experienced emergent coronary stenting during the year 2005. On 154 patients, 127 were age-, sex- and diagnosis-related group (called “groupe homogène de malades” in the French Health Care system)-matched with 127 suffering from same ACS but with planed “ad hoc” coronary stenting. The overall charges (medical and paramedical team, pharmacy, biology, implantable coronary devices, radiology) were compared between the two groups.

Results

Mean stay duration was 6.7 days and did not differ between the two groups. Mean financial retributions were significantly higher in the emergent group (7338 € [6831–7846] IC95 vs 6509 € [5994–7023]; p=0,02) but with a much more raised consumption (6810 € [6283–7336] vs 5223 € [4632–5814]; p=0,001). This overcost was due especially to drugs and biological expenses. The hospitalization payments did not cover the overall expenses for 25% of the patients’ stays (N=64) among whom 39 have had emergent coronary stenting (30.7%, p=0.04). Among the different GHM, the most important difference was observed in non-STEMI without complication with a negative receipts/costs ratio for 37.8% of the stay with coronary stenting in emergency.

Conclusion

The application of the recent guidelines for coronary revascularization in the management of ACS represents a financial venture for hospital institutions. The engaged charges for emergent coronary stenting are covered with difficulties contrary to planed revascularization.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Introduction

Depuis la mise en place de la tarification à l’activité (T2A), les établissements de santé publics disposent de financement spécifique pour la prise en charge des urgences effectuées par les services d’urgences. En revanche, les entrées directes en urgence dans les services de soins, ne donnent pas lieu à un financement complémentaire spécifique. Cela s’applique à la prise en charge des syndromes coronariens aigus (SCA) admis en unité de soins intensifs de cardiologie (USIC) et pris en charge immédiatement par cathétérisme interventionnel. Pour ces séjours, l’établissement ne perçoit qu’un tarif définit au niveau national équivalent en urgence comme en programmé. À partir des données d’activité issues du PMSI et du service de cardiologie, nous avons étudié l’impact financier de la prise en charge en urgence des SCA avec pose d’endoprothèse coronarienne par rapport à une prise en charge équivalente mais de façon programmée.

Méthode

Cette étude rétrospective a porté sur les poses en urgence de stents coronaires de l’année 2005 dans notre service de cardiologie. Sur 154 patients pris en charge pour SCA avec sus-décalage ST persistant, ou sans sus-décalage à haut risque pris en urgence en salle de cathétérisme, 127 ont pu être appariés sur l’âge, le sexe et le groupe homogène de malades (GHM) avec 127 patients ayant bénéficié d’une pose de stent à l’issue d’une coronarographie programmée. Pour ces 254 séjours, l’ensemble des charges (personnels, pharmacie, biologie, radiologie, DMI) et des recettes ont été rattachées aux séjours correspondants. L’analyse réalisée selon le type de prise en charge a porté sur les recettes et les charges constatées.

Résultats

La durée moyenne des séjours est de 6,7 jours [5,9–7,4] IC95 et ne diffère pas selon le type de prise en charge. Il existe une valorisation moyenne par séjour significativement supérieure pour les prises en charge urgentes (7338 € [6831–7846] IC95 vs 6509 € [5994–7023] ; p=0,02) mais avec un écart plus marqué sur les dépenses (6810 € [6283–7336] vs 5223 € [4632–5814] ; p=0,001). Ce surcoût est lié aux dépenses médicamenteuses (anti-GPIIb/IIIa) et aux examens biologiques. Les recettes d’hospitalisation ne couvrent pas les dépenses engagées pour 25 % des séjours (n=64) parmi lesquels 39 ont un type de prise en charge en urgence (30,7 %) (p=0,04). Parmi les différents GHM, la différence la plus importante entre les deux types de prises en charge est observée dans le groupe 05K06V (endoprothèses vasculaires sans infarctus sans comorbidité), avec un écart recettes/dépenses négatif pour 37,8 % des séjours avec prise en charge en urgence (n=14) (p=0,03).

Conclusion

L’application des récentes recommandations sur la prise en charge des SCA avec pose d’endoprothèse en urgence représente un investissement pour les hôpitaux dont la valorisation financière couvre difficilement les dépenses engagées contrairement aux poses programmées.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Prospective payment system, Acute coronary syndrome, Coronary stent, Cost analysis, Emergency

Mots clés : Tarification à l’activité, Syndrome coronaire aigu, Coût, Urgence


Plan


© 2009  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 102 - N° 5

P. 409-418 - mai 2009 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Recurrent unexplained syncope may have a cerebral origin: Report of 10 cases of arrhythmogenic epilepsy
  • Claude Kouakam, Christine Daems, Laurence Guédon-Moreau, Arnaud Delval, Dominique Lacroix, Philippe Derambure, Salem Kacet
| Article suivant Article suivant
  • Robotic magnetic navigation for ablation of human arrhythmias: Initial experience
  • Decebal G. Latcu, Philippe Ricard, Naima Zarqane, Khelil Yaici, Jean-Paul Rinaldi, Alexandre Maluski, Nadir Saoudi

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.